Leçons de niveau 18

Cloud computing et entreprise/Les modèles de déploiement du Cloud

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Les modèles de déploiement du Cloud
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Cloud computing et entreprise
Chap. préc. :Les étapes de mise en place d'un Cloud computing en entreprise
Chap. suiv. :Cloud computing au sein des entreprises
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Cloud computing et entreprise : Les modèles de déploiement du Cloud
Cloud computing et entreprise/Les modèles de déploiement du Cloud
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Quels modèles de Cloud?[modifier | modifier le wikicode]

Le Cloud computing comprend trois modèles de service qu’il est important de différencier car le service fourni n’est pas le même et ils ne s’adressent pas aux mêmes utilisateurs. En effet, il existe 3 modèles de service :

SaaS[1]: Le Software as a Service est caractérisée par l’utilisation d’une application partagée. L’utilisateur accède à l’application par le réseau au travers de divers types de terminaux (navigateur internet). L’administrateur de l’application gère et contrôle que quelques fonctions de l’application de paramétrage limitées. Il est donc perçu, à juste titre par les utilisateurs, comme un modèle de consommation des applications. Exemple : messagerie du type Gmail ou Yahoo mail.
PaaS[2]: La Platform as a Service fournit une plateforme et un environnement informatique pour mettre en place différents services et applications sur Internet. L’utilisateur a la possibilité de créer et de déployer sur une infrastructure Cloud PaaS ses propres applications en utilisant les langages et les outils du fournisseur. .L’utilisateur ne gère pas ou ne contrôle pas l’infrastructure Cloud sous jacente (réseaux, serveurs, stockage) mais l’utilisateur contrôle l’application déployée et sa configuration. De plus, le modèle automatise entièrement le déploiement (mises à jour, correctifs, etc) et la montée en charge. Exemple : Intuit Quickbase est l’un des plus anciens, il permet de déployer ses applications bases de données en ligne ou Google Apps Engine pour déployer des services Web.
IaaS[3] : L’ Infrastructure as a Service est une location de moyens de calcul et de stockage, de capacités réseau et d’autres ressources indispensables (partage de charge, pare-feu, cache). L’utilisateur a la possibilité de déployer n’importe quel type de logiciel incluant les systèmes d’exploitation. L’utilisateur ne gère pas ou ne contrôle pas l’infrastructure Cloud sous jacente mais a le contrôle sur les systèmes d’exploitation, le stockage et les applications. Avec un modèle IaaS, l’entreprise peut diminuer ou augmenter ses ressources IT en fonction de ses besoins actuels et futurs.

Exemple : Amazon Web Services est l’exemple emblématique de ce type de service qui fournit du calcul (EC2), du stockage (S3, EBS), des bases de données en ligne et quantité d’autres services de base.


Les modèles de déploiement[modifier | modifier le wikicode]

Le Cloud Computing est une solution qui fournit un espace dans lequel il est possible de placer virtuellement des infrastructures serveur ou réseau, des plateformes de développement ou d’exécution etc , il existe différentes typologies du Cloud :


  1. Le Cloud privé Le Cloud Privé est la typologie de Cloud la plus répandu ; 73% des Clouds déployés dans les entreprises sont des Clouds privés selon en 2013 selon Gartner. Ce dernier peut se déployer sous deux formes distinctes :
    • Cloud privé interne : hébergé par l’entreprise elle-même, parfois partagé ou mutualisé en mode privatif avec les filiales.
    • Cloud privé externe : hébergé chez un tiers, il est entièrement dédié à l’entreprise et accessible via des réseaux sécurisés de type VPN.
  2. Le Cloud public est accessible par Internet et géré par un prestataire externe. Il est ouverte au public ou à de grands groupes industriels. Cette infrastructure est possédée par une organisation qui vend des services Cloud. C’est le cas le plus courant.
  3. Le Cloud hybride ou mixte associe l’utilisation, pour une même entreprise, d’un Cloud privé et d’un Cloud public. Ces infrastructures sont liées entre elles par la même technologie qui autorise la portabilité des applications et des données.
  4. Le Cloud communautaire comme son nom l’indique, est utilisé par plusieurs organisations qui ont des besoins communs. Le Cloud communautaire peut héberger une application métier très spécialisée, mais commune à plusieurs entités, qui décident de fédérer leurs efforts en construisant un cloud pour l’héberger et la gérer. ce cloud est donc plutôt dédié à une communauté professionnelle spécifique incluant partenaires, sous-traitants... pour travailler de manière collaborative sur un même projet ou cloud gouvernemental dédié aux institutions étatiques.

Le Cloud computing est au cœur des innovations digitales, il est devenu un outil indispensable dans les entreprise. Grâce au Cloud elles peuvent se démarquer de leurs concurrents. Il ne faut toutefois pas ignorer certains inconvénients comme la sécurité des données qui reste un sujet délicat. La CNIL mène ses études et recherches. Elle s’est penché sur le sujet, afin de garantir « un haut niveau de protection aux données personnelles tout en tenant compte des enjeux économiques liés au Cloud computing » et de répondre aux craintes des consommateurs.

Au-delàs de l’aspect pratique, le Cloud a aussi un avantage économique à la fois sur les coûts de maintenance et d’investissements sont significatives sur le long terme. La direction informatique est en train d’évoluer d’un modèle CAPEX (investissement de capital) à un modèle OPEX (investissement d’exploitation). Le cloud semble dorénavant un passage obligé pour toute entreprise. La question n’étant pas de savoir si elles doivent y passer, mais comment y aller. Depuis 2010, les dépenses IT mondiales évoluaient à rythme de 5 à 6%, selon IDC. Le marché mondial des infrastructures cloud a dégagé 32,8 Md$ en 2015, pour représenter 33% de l’ensemble des dépenses en infrastructures IT. Cette proportion devrait passer à 46% en 2019.

Ainsi, loin d’être une offre de services d'hébergement ou une nouvelle technologie, le cloud est un modèle inédit de "delivery" de services IT. Le cloud offre souplesse et de liberté : l'entreprise utilisatrice accède au service quand elle le veut, pour le temps qu'elle veut et sera facturée en conséquence. Elle consomme du cloud comme de l'électricité, sauf qu’il s'agit ici d'énergie informatique. Le Cloud computing est en train de révolutionner les pratiques informatiques. Cela a entièrement changé la manière de consommer et d’opérer les ressources informatiques. De plus en plus d’entreprise y adhèrent. Une étude (dans medinsoft)déclare qu'en fin 2020, 840 millions de personnes dans le monde utiliseront des solutions « Cloud Computing », en faisant économiser un minimum de 210 milliards annuels aux entreprises.