Leçons de niveau 11

Citoyenneté et démocratie à Athènes (Ve-IVe siècles av. J.-C.)/Le fonctionnement de la démocratie directe

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Le fonctionnement de la démocratie directe
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Citoyenneté et démocratie à Athènes (Ve-IVe siècles av. J.-C.)
Chap. préc. :La cité athénienne, cadre de la vie politique
Chap. suiv. :Une religion critique
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Citoyenneté et démocratie à Athènes (Ve-IVe siècles av. J.-C.) : Le fonctionnement de la démocratie directe
Citoyenneté et démocratie à Athènes (Ve-IVe siècles av. J.-C.)/Le fonctionnement de la démocratie directe
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le gouvernement est compris de 700 magistrats, il y a 4 rôles tenus pendant 1 an :

  1. 10 stratèges (pouvoir exécutif) : élu par l’Ecclésia
  2. 10 archontes (autorité religieuse) : tirés au sort
  3. La Boulè (pouvoir législatif) : tirés au sort
  4. L'Héliée (pouvoir judiciaire) : tirés au sort

L’Ecclesia est l’Assemblée des citoyens athéniens, qui votent les lois, à main levée, la guerre ou la paix, l’ostracisme, désignent les magistrats élus.

Le tirage au sort est un moyen où chaque citoyen devait participer aux affaires de la cité ainsi que la présence de l’Ecclesia.

La société athénienne : les citoyens et non citoyens[modifier | modifier le wikicode]

Les citoyens d'Athènes sont des hommes libres d’au moins 20 ans d’âge, ayant effectué leur service militaire, de père et de mère athéniens. Ils représentent 10 % de la population en Attique, ou environ 40 000.

Leurs droits leur permettent de participer à la vie politique, économique, sociale, culturelle et religieuse.

Les devoirs des citoyens athéniens :

  • L'éphébie (service militaire) de 18 à 20 ans d’âge
  • Obéir à ceux qui exercent l’autorité, militaire et légale, et aux magistrats
  • Défendre sa cité
  • Ne pas abandonner ses camarades
  • Honorer les dieux
  • Respecter la loi
  • Payer les impôts

Leur devoir militaire correspond à leur classe économique. Les plus riches se battent à cheval et les fantassins qui marchent à pied sont des hoplites. En revanche, les citoyens le moins fortuné sont des rameurs de la flotte athénienne, dans les galères.

Il y a 3 niveaux de non citoyens en Attique :

  1. Femmes et enfants, 40 000 et 30 000 respectivement : sous la tutelle d’un maître et n’ont aucuns droits politiques.
  2. Métèques, 40 000 : étrangers domiciliés à Athènes, des hommes libres possédant des droits civiques mais pas politiques.
  3. Hilotes, 110 000 à 150 000 : esclaves, propriété d’un maître, prisonniers de guerre. Ils peuvent trouver la liberté, ayant être affranchi et portant un bonnet phrygien.

Les principes démocratiques[modifier | modifier le wikicode]

Le document est un discours (oraison funèbre) d’un extrait par Thucydide en Histoire de la guerre du Péloponnèse à la fin du Ve siècle av. J.-C. Thucydide est historien grec, distingué comme le père des historiens, du même siècle.

Informations repérées dans le document Connaissances de cours réinvesties
« les choses dépendent de la majorité » La loi est choisie par le demos (peuple), qui votent les lois à main levée à l’Ecclésia.
« la loi fait à part égale » La loi est le même pour tous (isonomie). Les héliastes sont des citoyens sont tirés au sort, c’est la justice populaire donc le peuple rend la justice. Ils font respecter la loi.
« c’est le même, qui vous fait accéder aux honneurs » Les stratèges sont élus à partir des compétences et de la formation des citoyens.
« un pauvre peut rendre service à l’Etat » Les pauvres sont des rameurs dans sur des trières dans leur éphébie. Ils peuvent être magistrats, avec le tirage au sort, c’est leur devoir.
« une même personne peut s’occuper de ses affaires et celles de l’État » Un citoyen peut avoir une vie privée, une profession et des titres ; mais doit contribuer à son devoir à l’État, à l’Ecclesia ou, avec le tirage au sort, être magistrat.

Pour une cité, les citoyens à participer au gouvernement et à l’Ecclésia, Périclès décide de leur verser, une somme modique et symbolique : le misthos (triobole, trois obles).

Cet éloge par Périclès explique les trois pouvoirs gouvernementaux d’un régime démocratique : exécutif, législatif et judiciaire. Ils sont exercés par les citoyens. Aujourd’hui, le Président de la République exerce le pouvoir exécutif, l’Assemblée nationale et le Sénat exercent le pouvoir législatif et les Tribunaux exercent le pouvoir judiciaire.

Les quatre principes démocratiques :

  1. L’égalité devant la loi (isonomie) et l’égalité devant l’impôt (isotélie)
  2. La liberté d’expression à l’Ecclésia, en temps limité grâce à la clepsydre.
  3. La fraternité, à ne pas abandonner ses camarades.
  4. La souveraineté par le peuple, le peuple décide par lui-même, pour lui-même.

Les limites de la démocratie : un modèle imparfait[modifier | modifier le wikicode]

  • Une minorité de citoyens (10 %), beaucoup d’exclus de la citoyenneté.
  • Les plus riches exercent les plus hautes fonctions (Périclès appartient à une famille aristocratique) : les gens bien nés et fortunés.