Leçons de niveau 14

Approfondissement sur les suites numériques/Cycles et chaos

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Cycles et chaos
Icône de la faculté
Chapitre no 12
Leçon : Approfondissement sur les suites numériques
Chap. préc. :Approximation de réels
Chap. suiv. :Suites récurrentes homographiques
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Approfondissement sur les suites numériques : Cycles et chaos
Approfondissement sur les suites numériques/Cycles et chaos
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Dans ce chapitre, nous nous intéressons principalement aux suites qui ne convergent pas, ni ne divergent. Certaines d'entre elles « oscillent » entre plusieurs valeurs : on dit qu’elles décrivent des cycles. Parfois, l'étude de ces cycles révèle certaines caractères surprenants des suites.

Cycles d'ordre p[modifier | modifier le wikicode]



Début de l'exemple
Fin de l'exemple



Cycles limites[modifier | modifier le wikicode]


Exemple : l'équation logistique[modifier | modifier le wikicode]

Il existe une célèbre équation, appelée équation logistique, que nous allons étudier pour introduire les notions utiles à ce chapitre. On définit la suite logistique par la relation de récurrence :

et la donnée de deux nombres réels :

  • 0 ≤ µ ≤ 4 ;
  • x₀ dans l'intervalle [0, 1].

Selon ces deux valeurs, la suite aura un comportement très différent. Nous verrons également comment résumer l'étude que l’on va faire sous la forme d'un seul diagramme, appelé diagramme de bifurcation.

Premier cas : 0 ≤ µ ≤ 1[modifier | modifier le wikicode]

Étudions la suite pour 0 ≤ µ ≤ 1. On admet que le comportement de la suite est le même sur tout l'intervalle des valeurs possibles. On note ƒ la fonction telle que :

Cherchons les points fixes de ƒ, c'est-à-dire les points x tels que :

On trouve deux solutions à ce trinôme, mais la seule dans [0, 1] est x = 0. Ainsi, si la suite converge, elle tend vers 0. Étudions le signe de ƒ(x) - x :

Une étude rapide de la fonction montre qu'elle est de signe négatif sur l'intervalle des valeurs de x, donc, d’après le chapitre précédent, la suite est décroissante.

Décroissante et minorée par 0, elle converge — ƒ étant continue, la suite converge vers un point fixe.

Conclusion :

La suite tend vers .

Second cas : 1 ≤ µ ≤ 2[modifier | modifier le wikicode]

Il y a deux solutions à l'équation précédente :

et

  • Supposons x₀ < (1 - 1/µ). En effet, A = [0; 1 - 1/µ] est un intervalle stable par ƒ. La fonction ƒ(x) - x est positive sur A, donc la suite est croissante. Croissante et majorée, elle converge — ƒ étant continue, la suite converge vers un point fixe. Si x₀ = 0, celle limite est nulle. Sinon, celle limite est (µ - 1)/µ.
  • Supposons maintenant x₀ > 1/µ (µ/4 correspond au maximum de ƒ). Alors, par symétrie de ƒ, ou par calcul direct, on montre que x₁ < (1 - 1/µ), et on se retrouve dans le premier cas.
  • Supposons enfin que x₀ est dans l'intervalle [1 - 1/µ; 1/µ], lequel est symétrique. On montre de même que la suite est décroissante sur cet intervalle, donc converge.

Conclusion :

La suite tend vers .

Troisième cas : 2 ≤ µ ≤ 3[modifier | modifier le wikicode]

On montre de même, quoique péniblement, la convergence de la suite, vers la même limite.

La suite tend vers .

Cas ultérieurs : µ > 3[modifier | modifier le wikicode]

À partir de µ = 3, il n'y a plus de points fixes, donc la suite ne peut plus converger. C’est là que les choses deviennent intéressantes. Il faut commencer à chercher les cycles d'ordre deux, c'est-à-dire les points x solutions de :

En développant, on obtient un polynôme du quatrième degré — mais on en connait déjà deux solutions : les deux points fixes de la suite. On peut donc la mettre sous une agréable forme (c'est-à-dire une équation du second degré), et la résoudre facilement. On obtient donc aisément la paire de solutions :

On remarque que :

Il y a donc un unique cycle d'ordre deux. On montre qu’il est présent tant que µ < 1+√6.

Au delà de cette valeur, il faut chercher les solutions de ƒ(ƒ(ƒ(ƒ(x)))) = x, qui révèle un cycle d'ordre quatre. Et ainsi de suite... il faut chercher des cycles d'ordre de plus en plus grand.

Passé une certaine valeur — environ µ > 3,57 — le système devient clairement « chaotique » : une infime différence pour μ a des conséquences énormes (et imprévisibles) sur l'issue du système.

Diagramme de bifurcation[modifier | modifier le wikicode]

Pour résumer cette étude (qu'on peut aisément automatiser), il est possible de la représenter graphiquement. Cela s’appelle tracer un diagramme de bifurcation.

  • On mesure sur l’axe des abscisses la valeur de μ.
  • Pour chaque abscisse, on place en ordonnée le point vers lequel la suite converge, ou le cas échéant les points du cycle vers lesquels la suite converge.

On obtient une diagramme comme celui qui suit :

Diagramme de bifurcation

On vérifie les résultats établis précédemment : il y a une courbe (un point fixe), qui se divise en deux (un 2-cycle), lesquelles se divisent chacune en deux (un 4-cycle), etc.

Passé une valeur critique, la suite a un comportement surprenant, qui apparaît sur la zone droite du diagramme.

Caractère d'un point fixe[modifier | modifier le wikicode]

Il est parfois intéressant de définir ce que l’on appelle le caractère d'un point fixe, c'est-à-dire le comportement qu'aura la suite à proximité d'un tel point.


Parfois, la recherche des points indifférents permet d'obtenir des informations pertinentes (voir l'exercice 2 : la cardioïde principale), car il est courant qu’ils séparent l’ensemble des points attracteurs de celui des points répulsifs.