Leçons de niveau 18

Analytique 2/Groupe de sens

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Groupe de sens
Icône de la faculté
Chapitre no 10
Leçon : Analytique 2
Chap. préc. :Signe
Chap. suiv. :Case
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Analytique 2 : Groupe de sens
Analytique 2/Groupe de sens
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Groupe de sens G(w)[modifier | modifier le wikicode]

    Les G(w) sont des groupes de p2, ils appartiennent à l’une des six catégories de p2 de la grille générale des catégories de p2, la GGC.
    Si on fait exception d’un ip2 solitaire faiblement structuré (donc très flou) en attente d’un compagnon, mais dès qu’ils sont deux ils forment un  groupe, et comme on le voit, ils donnent immédiatement naissance à un concept (un cp2) associé à leur groupe : le concept « des sens (w) non associable à aucune des catégories existantes (cat) donc à aucune case (Ca) d’aucun tableau de sens (Ta) ». Mais comme concept il fait partie de l’ensemble des cp2, à l’une des six catégories du GGC, et peut même être rangé dans une case vide. Donc par leur concept, notre couple d’indépendants se trouve indirectement associé à une case et à l’architecture générale de la mémoire. Comme on le voit, rien n’échappe aux filets de 2STRU et 2GEST : tout groupe G(w) est associé à un concept, même si ce dernier est flou et non analysé. Quel que soit G(w) => il existe cp 2 (G(w))
    Comme on le voit dans l’exemple minimaliste précédent, un cp2 (G(w)) possède la propriété « boule de neige », car il peut accueillir d’autres éléments w dans son groupe. Par sa construction il est en relation avec d’autres sens, ici : (sens, non, associer, aucun, catégories, existantes, case, grille) eux-mêmes en relation avec d’autres (opérateurs et valeurs logiques de l’analytique, devenir, durée, potentiel, 2 STRU, conscience, etc…). Toutes ces relations évolutives lui donnent la propriété « miroir » dans les ensembles d’ensembles de la mémoire. Donc le plus petit des cp2 (G(w)) a la capacité d’un « miroir – boule de neige », peut être attribué à une case, et aussi participer à un concept complexe, une combinaison de concepts.
    Dans le cas le plus simple, s’il est seul dans sa case, il confère à la case son effet « miroir – boule de neige », est associé à la localisation de cette case dans sa grille, à son nombre voire à un signe qui peut être traduit plus ou moins efficacement dans n’importe quel langage à partir du moment où ce langage admet implicitement la possibilité d’existence de son sens.
    Mais un sens peut être complexe car il peut recouvrir l’ensemble des ensembles d’ensembles de la mémoire (m) et dans ce cas sa case est localisée dans la représentation de l’environnement mental de 2, une architecture complexe, elle même indirectement présente dans d’autres grilles. En outre, ce sens (m) est le plus grand et le plus complexe des qp2 du GGC. Comme on le voit, le tout, et c’est une astuce de l’analytique et une propriété du sens, peut être contenu dans plusieurs de ses parties, de nombreuses grilles se contiennent elles-mêmes, directement ou indirectement, et pourtant tous ces sens se confondent et ne forment qu’un seul sens, c’est la duplicabilité du sens, il en résulte la multiplication des relations de sens et l’enrichissement du sens par l’effet miroir.