Leçons de niveau 18

Analytique 2/Signe

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Signe
Icône de la faculté
Chapitre no 9
Leçon : Analytique 2
Chap. préc. :Tableaux de sens
Chap. suiv. :Groupe de sens
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Analytique 2 : Signe
Analytique 2/Signe
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le signe[modifier | modifier le wikicode]

   Une case isolée, non associée à un nombre ne posséderait pas de sens formel, ou plutôt le seul possible pour un espace singulier que peut proposer la grille de complémentarité, l’identité •, qui la localise en elle-même ce qui ne présente guère d’intérêt.
    Un signe est une petite forme géométrique qui se distingue des autres signes par la grande diversité possible de sa microforme. En mémoire le concept d’un signe est le concept de sa microforme, un sp2.
    En mémoire de nombreux concepts des signes choisis volontairement en conscience par D7d peuvent être associés à sa demande par 2/U à la case, son couple de nombres, son concept de catégorie, ses groupes de sens G(w). Ces concepts sont une surcharge pour la case. En principe 2 n’a pas besoin de ces concepts car il opère avec du sens, mais même au cas où il créerait des concepts de signes en particulier pour les couples de nombres u/v, il est tout à fait improbable que ces derniers ressemblent de près ou de loin à ceux choisis par D7d.
    Mais ceci n’a pas beaucoup d’importance, car quand grâce à la concentration et sa netteté, je pense à un signe je pense aussi à un couple de nombres, à la case à laquelle il est attaché, au contenu de cette case. Et si cette case est à effet « miroir – boule de neige » je peux voyager non seulement dans les sens de cette case, mais aussi vers d’autres cases, en oubliant le signe et le nombre.
    L’avantage du signe c’est sa clarté, la facilité d’approche qu’elle présente pour la concentration, sa qualité c’est qu’il soit bien effectivement associé à du sens, du sens qui présente un intérêt et non pas associé à des impasses ou de la « choucroute », c’est la raison d’être de tout le système sémiotique que j’utilise, de toutes ces rosaces et de tous ces tableaux.
    Quand une case est détachée de son tableau par duplication, elle voyage avec son sens, son nombre, ses signes. Elle reste toujours reliée à son architecture d’origine par la relation d’identité de son sens (G(w)) car la case dont elle a été dupliquée n’a pas disparue. Elle a conservé son sens formel grâce à son nombre u/v. Ce voyage a une intention, elle peut être tirée par son sens, son nombre, son signe, elle va vivre des aventures de sens, et son architecture d’origine, son tableau de cases va en profiter pour s’enrichir.