Utilisateur:Jean-Louis Tripon

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean-Louis Tripon

Photo de Jean-Louis Tripon

Naissance : 24 novembre 1947 à Montreuil (93) France

Nationalité : Française

Formation : INSA de Strasbourg (ENSAIS), Ingénieur Géomètre-Topographe G 72

Activité : Écrivain, chercheur théoricien mentaliste, sémanticien, psychologue

Célibataire, sans enfant

fr
et ne désire s'exprimer que dans cette langue.

Thématique

Convictions : Dualiste athée, être vivant singulier

Intérêts : Métaphysique, sciences humaines, mental humain, sémantique générale, mentalisme, Ingénierie mentale.

Œuvres principales : Sémantique et Fonctions Mentales, Développement Mental Sémantique (DMS)

Site web : https://www.sefome-academie.fr

Jean-Louis Tripon, né le 24 novembre 1947 à Montreuil sous-bois, est un autodidacte, ingénieur, mentaliste, philomathe, et un écrivain français, créateur d'un modèle de l'esprit humain et d'une méthode de développement personnel innovante fondée sur ses recherches mentalistes, le Développement Mental Sémantique (DMS). Il a écrit plusieurs ouvrages, fondé l'Académie Sémantique et Fonctions Mentales (ASFM), et dirige des cours de formation par correspondance depuis 2018. Ce dualiste cartésien rationaliste utilise pour ses recherches la création conceptuelle holistique, de pair avec des techniques d'introspection mentalistes qu'il a conçues. Il se fait progressivement connaître sur le web, son outil de communication privilégié. Il est depuis septembre 2018 le président de l'Association Française de Diffusion du Développement Mental Sémantique qu'il a fondé avec quelques amis et qui ouvrira son site au public au cours du mois de septembre 2018

Sommaire

1. Biographie

    1.1. Jeunesse
    1.2. Parcours scolaire et formation d'ingénieur
    1.3. Vie Professionnelle
    1.4. Une vie consacrée à la recherche mentale
    1.5. Une découverte capitale en 2015
    1.6. Une oeuvre de transmission de techniques mentalistes

2. Développement Mental Sémantique DMS

3. Ouvrages

    3.1. Livres
    3.2. Divers

Biographie

Jeunesse

    Fils de Paulette Hostier et de Jean Tripon, cadre aux PTT,  Jean-louis Tripon naît le 24 novembre 1947 à Montreuil sous-bois dans la banlieue parisienne.  Très jeune il fait ce que nous pouvons appeler des expériences mystiques, qu'il qualifiera plus tard de structurantes, un rêve lucide de sa réincarnation, qu'il n'interprétera jamais que comme un rêve intéressant, une expérience forte d'une source mentale de confiance, de foi en soi, et d'aspiration au dépassement et à la connaissance de soi, décisive pour l'aventure se sa vie. C'est un introverti solitaire qui se qualifiera de non émotif- non actif -secondaire qui découvre sa singularité. Il ne parle pas de sa jeune passion à son entourage, il rejette alors toutes racines familiales et sociales, devient indifférent à sa famille, évite les relations affectives avec d'autres enfants, et décide de mener une double vie pour protéger sa quête personnelle tout en restant adapté à son environnement.
    Il apprend à lire seul dans des magazines de bandes dessinées. Vers l'âge de cinq ans, il décide de consacrer chaque jour une période de méditation à ses recherches avant de s'endormir, une pratique qu'il conservera toute sa vie jusqu'à ce que les propriétés de son ataraxie ne la rendent plus nécessaire. Son premier questionnement à cet âge, c'est : "Pourquoi suis-je moi dans ce corps et pas un autre dans un autre corps ?", question à laquelle il estimera n'avoir jamais trouvé de réponse entièrement satisfaisante. Bien que baptisé catholique à sa naissance, il s'est toujours senti profondément athée, aussi à 11 ans, il déclare son apostasie au curé de sa paroisse qui lui dit que c'est impossible de défaire ce que Dieu a fait et le traite de petit pirate. Bien qu'il ne sera jamais un athée militant, il méprise toutes les religions. C'est un visuel, probablement amusique.

Parcours scolaire et formation d'ingénieur

    Il sait déjà lire à son entrée en maternelle, saute de classe mais méprise l'école, l'éducation physique, l'orthographe, les exercices de mémoire, les jeux avec les autres enfants, il devient psycho-somatiquement non voyant pendant 9 mois à l'âge de 7 ans à cause d'une punition de 100 lignes d'écriture. Plus tard au lycée, il ne s’intéresse qu'aux mathématiques, à la philosophie, à la géographie et à l'histoire. Il serait tenté par une carrière scientifique ou de psychologue, mais à 17 ans il opte finalement pour un métier alimentaire, celui d'ingénieur. Il sera donc ingénieur géomètre car "nul n'entre ici s'il n'est pas géomètre", il obtient le baccalauréat mathématiques et technique de justesse en 1966 et un an plus tard après avoir réussi le concours, il rentre à l'ENSAIS, qui deviendra l'INSA de Strasbourg, section topographie. Il anticipe le service militaire en devenant coopérant civil en Algérie. Rentré en France en 1971, il prépare son mémoire de fin d'études chez un ingénieur conseil à Strasbourg, le BEREST. Il devient ingénieur-géomètre topographe en 1972 présentant un mémoire sur le calcul des réseaux d'assainissement par l'informatique.

Vie professionnelle

    Il est engagé comme ingénieur par le bureau d'études BEREST chez qui il avait préparé son mémoire sur l'assainissement. Il travaillera en tout 5 ans dans ce bureau d'études au service des collectivités locales, principalement à Colmar, démissionnera en 1976 pour une période sabbatique de cinq ans. Par manque d'argent, il sera contraint de retravailler 5 ans comme ingénieur conseil au bureau d'études BETEREM, chef d'agence à Perpignan. Il en démissionnera en 1986 après avoir assuré sa sécurité financière. Jean-Louis Tripon ne c'est jamais soucié de mener une carrière professionnelle, travailler était pour lui alimentaire, il n'a jamais noué de relation avec ses collègues de travail, ni avec le milieu d'ingénieurs de son ancienne école.

Une vie consacrée à la recherche mentale

    Dès son adolescence, Jean-Louis Tripon consacre sa vie à sa passion : la recherche mentale, tout le reste lui paraît secondaire et futile, il règle sa vie en conséquence, s'il s'accorde quelques distractions, il mène une vie relativement frugale et solitaire, déteste la musique, fuit toute vie sociale et n'a connu que de rares périodes de vie en couple. En 1968, alors élève ingénieur à Strasbourg, il devient membre de l'Ordre rosicrucien AMORC qu'il ne quittera que vingt ans plus tard, il y trouve des amis qui partagent sa passion pour tout ce qui concerne la spiritualité, une dizaine de personnes qui forment bientôt un groupe d'étude informel dirigé par Elisabeth Meichelbeck, qui créera plus tard Cohérence et Sophon Edition. Ce groupe étudie la philosophie, l'ésotérisme, l'astrologie, la psychologie et organise des week-ends de brainstorming conceptuel dans une ferme aménagée par un ami Belge près de Champlon, pour les besoins duquel il crée le diagramme triangulaire à 9 chiffres qui lui servira plus tard comme carte heuristique de nos neuf fonctions mentales, et qui sert alors à la décomposition conceptuelle trinaire. Pendant cette période il s'intéresse à la Sémantique générale d'Alfred Korzybski [note 1], à la Cabale juive, au tarots, au bouddhisme zen, et au taoïsme, recherchant toujours à découvrir nos fonctions mentales  en partant d'un modèle à sept fonctions. Il fait de nombreux rêves de vies antérieures, mais déclare "Ce ne sont que des rêves, cela ne prouve rien". En 1970 en étudiant la fonction conscience, il fait une expérience mystique majeure, il s'éloigne de plus en plus des théories académiques des sciences humaines à mesure de la progression de ses recherches. Il écrit 3 livres : Les Chercheurs de vie, Sur le chemin d'Adam, et Créer pour Etre, qui seront édités par Sophon Edition en 1981, 1983 et 1990, qu'il ne considère pas comme des oeuvre de maturité. Il analyse l'évolution de ses rêves.
    Jean-Louis Tripon est un dualiste rationaliste, qui est parti de recherches conceptuelles en cabale sémantique. Vers la fin du siècle, il constate qu'il ne progresse plus, que ses méthodes et son modèle le mènent à une situation d’échec, malgré tous ses efforts. Il abandonne définitivement la cabale et son modèle à sept fonctions.

Une découverte capitale en 2015

    En 2000, Jean-Louis Tripon adopte un modèle à neuf fonctions mentales qu'il associe à la grille ennéanaire qu'il avait conçu 25 ans plus tôt, il se refuse d'écrire pour ne plus penser verbalement, et se dirige vers des techniques d'introspection mentalistes en méditation profonde. Il lui faudra encore dix ans pour trouver la solution : associer ses ressentis mentaux à la grille et se servir d'elle pour les distinguer et parvenir aux sources mentales, puis ancrer leurs percepts en mémoire afin de finaliser une structure mentale d'accès permanente. Il constate alors avec bonheur qu'il parvient à explorer les structures mentales fondamentales des êtres vivants. Il y consacrera encore 5 ans de sa vie, allant de découverte en découverte, et acquérant une pensée infra linguistique non verbale fluide, avant de se décider à écrire Sémantique et Fonctions Mentales en juillet 2015.  C'est en écrivant les annexes analytiques de ce livre, ce qui l'oblige à résoudre des problèmes qu'il avait jusque là négligé, qu'il devient brusquement ataraxique en septembre 2015, une sérénité permanente, absente de trouble et d'émotion. Ce qui valide son modèle et ses techniques. Il a alors réalisé le rêve de son enfance.

Une oeuvre de transmission de techniques mentalistes

Carte heuristique des neuf fonctions mentales
    L'image ci-contre est le logo de l'Académie Sémantique et Fonctions Mentale présentant la grille ennéanaire. Il fait appel à Brigitte Renoux son ancienne secrétaire et à Armand Mengual un ancien dessinateur de l'agence qu'il dirigeait, devenu depuis architecte, pour taper le livre en word et réaliser les schémas en DAO. Il achète son premier PC en juillet 2016, doit finalement se résoudre à réaliser lui-même le site de l'Académie Sémantique et Fonctions Mentales, qu'il vient de fonder, fin septembre 2016. Il s'inscrit dans les principaux réseaux sociaux où il y publie plus de 300 articles. Jean-Louis Tripon dispose d'une technique spéciale d'écriture : Il compose ses textes en rêve lucide, qu'il enregistre dans sa mémoire, et qu'il tape quand il a le temps.
    En février 2017, il rencontre dans Facebook l'artiste peintre abstrait Alexandre Beridze. Les deux hommes sympathisent immédiatement et collaborent, l'un devient l'illustrateur de ses livres et lui le rédacteur de ses livrets d'exposition. Il lui donne le nom de peintre figuratif mental.
    En 2017, il s'active dans les réseaux sociaux,  y crée des groupes, des pages et des collections de Science de la vie mentale. Il écrit plusieurs livres dont deux seront publiés en 2018, un ouvrage d'initiation : A la découverte de notre vie mentale, et un roman : Atarax. Les autres ouvrages et recueils d'articles seront accessibles et téléchargeables gratuitement dans ses sites web.  Il crée la méthode de développement personnel Développement Mental Sémantique DMS dans le but de transmettre sa méthode de maîtrise de nos neuf fonctions mentales  et ses techniques mentalistes.
    A la demande d'un étudiant béninois, il rédige en mars 2018 un cours annuel de 52 monographies pour l'apprentissage de la méthode DMS, qui précise des règles d'études par groupes de six étudiants, et délivrera après examen un diplôme d'aptitude de formateur en DMS. De son coté Thibaut Ahogninou Gbaguidi forme le premier cercle d'étude de Mentalisme Sémantique/DMS-BENIN. Ce sont six étudiants en quatrième année de philosophie qui préparent le Capes, et rêvent d'améliorer l'enseignement public dans leur pays, dès l'école primaire. D'autres cercles naissent cette année là au Bénin, et ce cours commence à intéresser des personnes du monde entier. Les six premiers diplômes de formateur en DMS seront délivrés en 2019. En 2019 il publiera un nouvel essai,  Le Surhomme : Nietzsche en avait rêvé, nous l'avons réalisé.
    En août 2018, il fonde avec plusieurs amis l'Association Française de diffusion du Développement Mental Sémantique DMS, de type 1901. Cette association à vocation mondiale a pour objectifs : l'évolution mentale de l'espèce humaine, la renaissance de la civilisation occidentale, Une révolution éducative et culturelle, de fournir aux sciences sociales les bases perceptuelles du mental humain de nature à les sortir de leurs spéculations conceptuelles imaginaires, une révolution sociétale, économique et politique, humaniste, reconnaissant et respectant la nature, les valeurs et les besoins fondamentaux de l'homme. Cette association s'ouvrira au public en septembre 2018.

Développement Mental Sémantique DMS

    Ce qui caractérise la méthode de Développement Mental Sémantique DMS c’est d’être une méthode mentaliste. Elle n’enseigne donc pas des techniques de résolution conceptuelle de problèmes comme les mathématiques, la logique ou la philosophie, mais des techniques mentalistes éprouvées, opérant à partir de ressentis mentaux, en introspection, en méditation, voire en auto-hypnose légère, ou en rêve lucide. Une simple lecture des cours proposés ne rapporterait que peu de chose, sinon une compréhension intellectuelle de la méthode sans impact sur nos structures mentales profondes. C'est la raison pour laquelle ces cours se développent en 52 monographies d'une semaine d'étude chacune, comportant des exercices mentaux. Les 12 premières monographies concernent l'acquisition d'un cadre conceptuel appropriées à l'accès à nos fonctions mentales, hors du monde physique, les suivantes à la réalisation d'ancrages des percepts de ces fonctions dans notre mémoire, et à des techniques particulières de résolution de problèmes, restructuration mentale consciente, thérapie personnelle, rêve lucide, pensée holistique, empathie.  L'ataraxie demandant l'élaboration d'une cohérence harmonique mentale élevée, nécessitant un travail personnel important de l'étudiant, n'est donc pas au programme des cours et réclame une démarche supplémentaire de sa part.
    Ces techniques constituent essentiellement une pratique, l'apprentissage de savoir-faire mentaux, même si elles s'accompagnent d'un modèle de l'esprit humain et de cartes heuristiques, ces éléments ne sont que des représentations analogiques nécessaires à la méthode et ne prétendent pas constituer une connaissance parfaite du mental humain, cette connaissance ne pouvant être éprouvée que dans l'expérience mentale intime elle-même.
    L'ensemble des recherches et des résultats obtenus par Jean-Louis Tripon prouvent l'existence des qualia, la réalité de notre nature mentale non  physique, l’intérêt de l'introspection comme outil de recherche, démontrent les incohérences et la fausseté de nombreuses théories en sciences humaines, la sottise de présupposés et de positions de principe non avérées, donc sont de nature à susciter de vives controverses de la part des monistes physicalistes, elles peuvent cependant faire l'objet de tests et vérifications scientifiques, en particulier dans l'ensemble du domaine des émotions, qui sont les choses les plus faciles à détecter dans le cerveau humain.

Ouvrages

Livres

Créer pour être, A la découverte de notre vie mentale, Atarax, Le surhomme : Nietzsche en avait rêvé, nous l'avons réalisé.

Divers numérisés

Sémantique et fonctions mentales, Jeu de découverte de notre vie mentale, Conscience et introspection, les outils du chercheur mentaliste, Techniques opératives et réflexions diverses d'un mentaliste ataraxique, Science de la vie mentale. Tomes 1 et 2, Figuratif mental, l'art d'Alexandre Beridze.