Utilisateur:Ambre Troizat/Gratien Candace (1870-1953)/Congrès International d'Histoire Coloniale 1931

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plan (Gratien Candace)[modifier | modifier le wikicode]

  1. Pages à propos de Gratien Candace
  2. Utilisateur:Ambre Troizat/Mon cabinet d'histoire/Gratien Candace (1870-1953)
  3. Utilisateur:Ambre Troizat/Mon cabinet d'histoire/La Guadeloupe de Gratien Candace (1870-1953)
  4. Le premier Congrès International d'Histoire Coloniale (21-25 septembre 1931)
  5. Gratien Candace (Bibliographie)

Bibliographie (Gratien Candace - Congrès International d'Histoire Coloniale 1931)[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie d'histoire coloniale (1900-1930)[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie d'histoire coloniale, (1900-1930)

1931 - Alfred Martineau, Paul Roussier, Joannès Tramond, Premier Congrès international d'histoire coloniale, Société de l'histoire des colonies françaises (dir.) et Premier Congrès international d'histoire coloniale (dir.), Bibliographie d'histoire coloniale (1900-1930), France, Publiée dans le cadre du premier Congrès international d'histoire coloniale de Paris en 1931., Abbeville et Paris, Editions Leroux, 669  p. (OCLC 729158263, notice BnF no FRBNF33321177, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

MANIOC.org
Réseau des bibliothèques
Ville de Pointe-à-Pitre

PREMIER CONGRÈS INTERNATIONAL D'HISTOIRE COLONIALE - PARIS 1931 —
BIBLIOGRAPHIE D'HISTOIRE COLONIALE (1900-1930)

Publiée par les soins de

MM. ALFRED MARTINEAU, professeur au Collège de France
ROUSSIER, Archiviste du Ministère des Colonies
TRAJMOND, Professeur à l'École de Guerre Navale
Délégués par le Congrès

SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DES COLONIES FRANCAISES
28, RUE BONAPARTE, PARIS (VIe)
En vente : Éditions LEROUX, MÊME ADRESSE
1932

Le premier Congrès International d'Histoire Coloniale (21-25 septembre 1931)[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie (Congrès International d'Histoire Coloniale )[modifier | modifier le wikicode]

« ? D’une histoire de conquérants à une histoire de dominés
L’histoire coloniale a, dès l’origine, occupé une position périphérique dans le champ de la discipline, campant à son corps défendant « aux marges de l’histoire[1] ». Elle a certes investi dans les années 1900-1920 des lieux de savoir prestigieux, comme la Sorbonne et le Collège de France, commençant dans l’entre-deux-guerres à rencontrer un public à travers ses revues et ses publications spécialisées. À ce titre, l’année 1931 apparaît comme son zénith scientifique, dans un temps où se conjuguent célébration impériale, engouement métropolitain et consécration du savoir colonial : lors de l’Exposition coloniale, de multiples manifestations scientifiques ont cours, comme le premier congrès international d’histoire coloniale[2] ?
Vers une histoire de la complexité
De nombreux intellectuels du Sud[3] jouent d’ailleurs un rôle non négligeable dans cette dynamique et contribuent à la montée en puissance de certains courants théoriques qui, sur les campus américains, retravaillent la pensée occidentale [31 »
— Dulucq Sophie, Zytnicki Colette, « Penser le passé colonial français. Entre perspectives historiographiques et résurgence des mémoires[4] ».

Table des matières et noms des collaborateurs[modifier | modifier le wikicode]

Introduction[modifier | modifier le wikicode]


IX
M. Alfred MARTINEAU. ancien Gouverneur de l'Inde Française, professeur au Collège de France.

ALLEMAGNE


1
M. GÉROCK[5]

BELGIQUE

9
MM. Michel HUISMAN, professeur à l'Université de
Bruxelles.
Paul JACQUET, commandant breveté d'Etat-Major.

CHILI

86
M. Agustin EDWARDS.

COLOMBIE

107
M. Edwards POSADA, secrétaire général de 1'Académie Nationale d'Histoire de Colombie.

DANEMARK

110
M. Kaj BIRKET-SMITH, Ph. D.

ESPAGNE

121
M. Rafael ALATAMIRA, doyen de la Faculté des Lettres de Madrid.
Ots Capdequi.

ÉTATS-UNIS

186
M. J. Lowell-RAGATZ, M. A. Ph. D., Associate Professor of History at the George Washington University.

FRANCE

238
M. J. TRAMOND, professeur à l'Ecole de Guerre Navale.
AFRIQUE DU NORD

267
M. Augustin BERNARD, professeur à la Sorbonne.
Algérie

274
M. Victor PIQUET.
Tunisie

285
M. Jean MALLON, archiviste aux Archives Coloniales.
Maroc

294
M. Pierre DE CENIVAL, directeur de l'Office historique du Maroc.
AFRIQUE ÉQUATORIALE

311
M. Georges BRUEL, administrateur en chef honoraire des Colonies.
AFRIQUE OCCIDENTALE

333
M. Georges HARDY, directeur de l'Ecole Coloniale.
INDO-CHINE

345
M. CHASSIGNEUX, agrégé de l'Université, ancien membre de l'Ecole française d'Extrême-Orient.
MADAGASCAR

365
M. André You, ancien directeur au ministère des Colonies.

LES GOUVERNEMENTS PARTICULIERS

375
Antilles et Guyane

375
M. J. TRAMOND, professeur à l'Ecole de Guerre Navale.
Inde

390
M. Louis-Philippe MAY, archiviste-paléographe.
Iles du Pacifique

395
Mlle VERDAT, bibliothécaire à l'Agence Générale des Colonies.
Réunion

406
Saint-Pierre et Miquelon

409
Somalis

410
BIBLIOGRAPHIE COLONIALE

IX
GRANDE-BRETAGNE ET DOMINIONS....

413
MM. N. A. P. NEWTON, professeur au King's College.
Winifred HILL.
Evans LEWIN
CANADA

511
MM. BEAUCHESNE, directeur des Archives du Canada à Paris.
LANCTOT, directeur des Archives publiques du Canada à Ottawa.
R. DE LA ROQUE DE ROQUEBRUNE, attaché à la direction des Archives du Canada à Paris.

ITALIE

558
MM. MANFRONI, sénateur.
VALENSIN, de l'Université de Florence.
NALDO-NARDONI, de l'Université de Rome.

NORVÈGE

614
M. Fridtjof ISACHSEN.
PAYS-BAS

630
M.COLENBRANDER, professeur à l'Université de Leide.
POLOGNE

640
M. TADEUZ ZEBROWSKI.
PORTUGAL

646
M. Carlos Roma MACHADO, secrétaire général de la
Société de géographie de Lisbonne.

Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. (13) Sophie Dulucq et Colette Zytnicki, « Une histoire en marge.…
  2. (14) Qui débouche sur la rédaction d’une bibliographie générale
  3. [30] Charles Tshimanga, « Diasporas africaines dans l’hémisphère…
  4. Dulucq Sophie, Zytnicki Colette, « Penser le passé colonial français, 2005, Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2005/2 (no 86), p. 59-69, DOI : 10.3917/ving.086.0059
  5. M. Gérock, professeur à l'Université de Strasbourg, a bien voulu se charger de ce travail.