Utilisateur:Ambre Troizat/Gratien Candace (1870-1953)

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Plan (Gratien Candace)[modifier | modifier le wikicode]

Gratien Candace, 1870-1953[modifier | modifier le wikicode]

* Gratien Candace, (18 décembre 1873 - 11 avril 1953)
* Gratien Candace (1870-1953)

Pages Utilisateur:Ambre Troizat[modifier | modifier le wikicode]

  1. Gratien Candace (1870-1953)
  2. La Guadeloupe de Gratien Candace (1870-1953)
  3. Gratien Candace entre conseiller ministériel & ministère (1906-1933)
  4. Congrès International d'Histoire Coloniale 1931
    1. Le premier Congrès International d'Histoire Coloniale (21-25 septembre 1931)
  5. Gratien Candace et la représentation coloniale durant les deux guerres mondiales
  6. Bibliographie : Gratien Candace (1870-2018)

Gratien Candace (1870-1953)[modifier | modifier le wikicode]

Gratien Candace (1870-1953)

Amédée Labique[modifier | modifier le wikicode]

Au NOM DU PEUPLE FRANÇAIS,
Le Conseil du Contentieux administratif de la Guadeloupe et dépendances,
Après avoir procédé à l'ouverture de l'urne de la commune des Vieux-Habitants (Section Bourg) dont l'état matériel est relevé en un procès-verbal distinct constate que 487 bulletins s'y trouvent enfermés ;
Lesquels, après dépouillement ont donné à chacun des can- didats le nombre de voix suivant :

A. Rollin 349
A. Yalrin 349
Adrien Etienne 349
A. Nollard 349
Néré Camalet... 349
Georges Lurel 849
Maxime Melfort... 349
Barreau Charles 349
E. Bélair 348
0. Sevray 348
Agénor Lobau 348
Alexie Nicolas. 348
Auguste Alexandre..... i 347
Mathéus Pommier 346
Gabriel Blondin 346
Honoré Lefort.......... 845
Aristide Nabus 845
Henri Lacour.......... 344
Eugène Jérémie......... 342
Louis Caliari,.......... 344
Antonin Arbaud 344
Pierre Lépante 340
Isidore Corvo., 340
Beaugendre(Télesphore) 442
Labique (Amédée)..... \\\
Lancastre (Agénor).... 404
Jacquest (Dorsaint).... 103
Etienne (Svlvestre.-S).. 103
Mienne (Hippolyte-H).. 403
Zélie (Joseph) 403
Pautrizel (Pierre)..... 402
Nicolas (Isidore) 402
Dorol (Charles) .. 102
Régent (Damien)....... 101
Otto (Louis-Eugène)... 101
Saget (Gratien) 401
Bique (Athénor)^ 101
Pézeron (Eugène Émélio) 401
Durizot (Florien)...... 101
Michel (Mondélice).... 400
Jérémie (Victor) 100
Césaron (Ilippoly'te)... 99
Atchy (Emmanuel)..., 99
Faune (Delmance) 99
Racon (Alexandre).... 99
Jérémie. (Emile) ...... 99


p. 865


Mais attendu qu'il n'est produit aucune liste des électeurs inscrits, aucune feuille d'émagements du vote;
Que, par suite, les éléments nécessaires pour établir si les candidats réunissent la double majorité légale du quart des électeurs inscrits et de la moitié plus un des votants, font défaut.
Attendu, en outre, que ni l'urne, ni aucun élément concer- nant les élections de la section du Marigot ne sont parvenus au Conseil ;
Dit qu'il n'y a pas lieu à proclamation.
Ainsi jugé et prononcé en séance publique, le mardi 3 octobre 1905, où siégeaient :
MM. Dubarry, Secrétaire général, Président ;
Le François, Procureur général ;
Chapp, Conseiller privé titulaire ;
Guilhemborde, Conseiller privé suppléant ; Auxquels ont été adjoints :
MM. Bougénot et Fays, Conseillers à la Cour d'appel ;
Tinvidic, Commissaire de 4re classe des Troupes colo- niales, Commissaire du Gouvernement ;
Ralu, Secrétaire-archiviste.
Le Secrétaire-Archiviste, L. RALUa
\Le Président, ALBERT DUBARRY.

Arrêté supprimant le 2«'6urea'« de vote de la communs des Vieux-Hali'.anis.
LE GOUVERNEUR DE LA GUADELOUPE ET DÉI-KNDAÎICES, OFFICIBB DE LA LÉGION D'HONNEUR,
Vu l'arrêté du 5 avril 49n4 fixant les divers bureaux de vote des communes de la Colonie ;
Considérant que des désordres graves se sont produits dans le 2e bureau de vote de la commune des Vieux-Habitants et qu'il importe que ces désordres ne se renouvellent pijis,
ARRÈTE :
Article 4er. Le 2e bureau de vote de la commune des Vieux-Habitants est supprimé.
Les électeurs des sections de Marigot, Morne, Beaugendrc, Tarare et Millepas voteronLau 1er bureau siégeant.à la mairie.
Art. 2. Le Président delà délégation spéciale des Vieux-Habitants est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui devra être publié et annoncé à son de caisse aux électeurs des sections ci-dessus dénommées et qui sera inséré au Journal officiel de la Colonie.
Basse-Terre, le 4 octobre 4915.
BOULLOCHE.

Héritage du XVIIIe siècle : esclavage et le servage éliminés de la propriété individuelle[modifier | modifier le wikicode]

1859-1914 - Jean Jaurès : organisation politique marxiste des ouvriers[modifier | modifier le wikicode]

Auguste Marie Joseph Jean Léon Jaurès, dit Jean Jaurès, homme politique français, né à Castres (Tarn) le 3 septembre 1859 et assassiné à Paris le 31 juillet 1914. En 1882, Jules Guesde fonde le Parti ouvrier avec Paul Lafargue.

Naissance de La défense de « l’identité nationale »[modifier | modifier le wikicode]

« C’est très précisément au moment de la création du Parti ouvrier français de Jules Guesde, au moment donc où naît le premier parti marxiste, et aussi l’anarchisme, que l’on voit une alliance se créer entre l’ancienne droite des notables monarchistes ou bonapartistes, qui se rallie alors à la république, et une nouvelle droite venue du camp républicain (c’est-à-dire de l’ancienne gauche). La défense de « l’identité nationale » est le thème qui permet de souder l’alliance entre ces deux fractions de la classe dominante. C’est vraiment très clair. Comme je l’ai souligné dans un livre précédent [4]

[4]Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France…

, c’est à ce moment-là que le clivage « droite-gauche » se structure autour du clivage « classe et nation ». On voit naître une opposition entre un pôle « national-sécuritaire » et un pôle « social-humanitaire ». Nous en sommes toujours tributaires, même si l’antagonisme s’est beaucoup atténué depuis 20 ans. »
— Gérard Noiriel<refhttps://www.cairn.info/revue-savoir-agir-2007-2-page-79.htm# L'identité nationale » en France].</ref>

Jean Jaurès, Les radicaux et la propriété individuelle[modifier | modifier le wikicode]

Ce texte permet de faire le lien entre Joseph Bologne de Saint-George & Gratien Candace.

« J’entends bien que l’esclavage et le servage ont été éliminés de la propriété individuelle. Mais les radicaux peuvent-ils avoir l’assurance que tout élément de servitude, d’oppression, d’injustice, en a disparu ? Et de quel droit prononcent-ils de façon générale et abstraite le mot de propriété individuelle, alors que le sens de ce mot varie avec le mouvement même de l’histoire ? De pareilles formules sont la négation même de l’évolution historique. Elles condamnent le parti qui en fait usage à ne rien comprendre et à ne rien voir. Elles le mettent en dehors de la science et de la vie.

De même que dans l’antiquité la propriété individuelle admettait l’esclavage, de même qu’au Moyen-Age elle comportait le servage, elle comporte aujourd’hui le salariat. Certes, je ne m’amuserai pas au triste paradoxe réactionnaire des quelques socialistes qui disent que l’esclave et le serf étaient plus heureux que le salarié. La condition matérielle et morale de l’ouvrier moderne est dans l’ensemble supérieure à celle de l’esclave et du serf. Mais, en ce moment, il ne s’agit point de cela. Je dis simplement qu’aujourd’hui la propriété individuelle a la forme capitaliste, qu’elle permet à une minorité d’individus privilégiés de disposer du travail, des forces, de la santé des prolétaires, et de lever sur eux un perpétuel tribut. Et je dis que lorsque les radicaux déclarent tout court qu’ils veulent maintenir la propriété individuelle, ou cela ne signifie rien, ou cela signifie qu’ils veulent maintenir la propriété capitaliste.
 »
Jean Jaurès, Les radicaux et la propriété individuelle (lire sur Wikisource)Voir et modifier les données sur Wikidata, 1901.

Héritage du XIXe siècle : Naissance du Panafricanisme[modifier | modifier le wikicode]

Victor Hugo, John Brown, la peine de mort[modifier | modifier le wikicode]

Victor Hugo.- Discours prononcé par Victor Hugo le 18 mai 1879, tandis qu'il présidait un banquet commémorant l'abolition de l'esclavage, et recueilli dans Actes et Paroles. Depuis l'exil.
Transcription dans "Le Monde colonial illustré : revue mensuelle, commerciale, économique, financière et de défense des intérêts coloniaux, Paris, 1935-01. Accompagnée de 3 illustrations dont "La pendaison de John Brown, anti-esclavagiste", Dessin de Victor Hugo.png

Liste d'opposants à l'esclavage — fr.wikipedia.org
John Brown (1800-1859) : Abolitionniste américain, il sera pendu pour avoir organisé le raid à Harper's Ferry en Virginie pour permettre une insurrection des esclaves. La chanson John Brown's titre original de The Battle Hymn of the Republic) devint un hymne nordiste durant la guerre de Sécession.
Raid de John Brown contre Harpers Ferry — Wikipédia
Massacre de Pottawatomie — Wikipédia
La guerrilla anti-esclavagiste de John Brown
Plaidoyer pour John Brown (A Plea for Captain John Brown, parfois sous le titre anglais Remarks After the Hanging of John Brown) est un essai écrit par Henry David Thoreau et publié en 1859.

Gratien Candace, Victor Schœlcher, l'abolition de l'esclavage[modifier | modifier le wikicode]

  • 1948 - Gratien Candace, Victor Schœlcher et Académie des sciences coloniales (dir.), Victor Schœlcher, l'abolition de l'esclavageVoir et modifier les données sur Wikidata

Candace (Gratien). — Victor Schoelcher : V abolition de V Esclavage dans Comptes rendus mensuels des séances de l'académie des Sciences Coloniales, 1948, n° 3 (séances des 5 et 19 mars 1948), p. 97-137. <https://www.persee.fr/doc/outre_0399-1385_1948_num_35_123_1116?q=Candace+(Gratien)>, I. Revue des Revues. In: Revue d'histoire des colonies, tome 35, n°123-124, troisième et quatrième trimestres 1948. pp. 315-320. <https://www.persee.fr/doc/outre_0399-1385_1948_num_35_123_1116>. CANDACE Gratien, 1948, «Victor Schœlcher, l'abolition de l'esclavage», in Comptes rendus mensuels des séances de l'Académie des sciences coloniales, n°3, 1948, pp. 97-138.

XXe siècle : Abolir l'esclavage au niveau international[modifier | modifier le wikicode]

1912-1948 - Les ablotionnistes à l'époque de Gratien Candace[modifier | modifier le wikicode]

Faire le lien entre Joseph Bologne de Saint-George & Gratien Candace
  1. 1912-1948 - Gratien Candace, esclavage & servage éliminés de la propriété individuelle, l’œuvre du BIT jusqu'à la Déclaration universelle des droits de l'Homme

De l'abolition du droit de propriété de l'Humain sur l'Humain[modifier | modifier le wikicode]

Du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes[modifier | modifier le wikicode]

Analyser les contradictions entre :

  • Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes :
    Dans cet article, la genèse du droit des peuples ne remonte pas au XVIème siècle, c'est-à-dire que ce droit se développe dans le contexte de la colonisation des Amériques, de la déportation des Africains & de leur mise en servitude. Voir particulièrement.

« En 2010, la France n'a pas ratifié la Convention 169 de l'Organisation internationale du travail relative aux peuples indigènes et tribaux de l’Organisation internationale du travail, seul instrument juridique international contraignant relatif aux peuples indigènes et tribaux, qui reconnaît notamment leurs droits collectifs à la terre et leur droit à l’autodétermination[1]. Dans un rapport publié le 27 août 2010, les Nations unies appellent le gouvernement français à ratifier cette convention.

Le cas français illustre également parfaitement la réticence des États-nations à reconnaître le statut de « peuple » à des minorités régionales et l'ambiguïté de la notion. Ainsi, par la décision no 91-290 DC du 9 mai 1991, le Conseil constitutionnel, après avoir démontré que le concept juridique de « peuple français » avait valeur constitutionnelle, et rappelé que la France, ainsi que le proclame l'article 1 de la Constitution de 1958[2], est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale qui assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens quelle que soit leur origine, a jugé que la mention faite par le législateur du « peuple corse, composante du peuple français » était contraire à la Constitution, laquelle ne reconnaît que le peuple français, composé de tous les citoyens français sans distinction d'origine, de race ou de religion.

Concernant l'outre-mer, il y a contradiction dans le bloc de constitutionnalité. Alors que le Préambule de 1946 parle des « peuples d'outre-mer » (alinéa 16) ; - qu'il est question de plusieurs peuples dans le Préambule de 1958 (« En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d'outre-mer [...] ») ; - que « la Constitution de 1958 distingue le peuple français des peuples d'outre-mer auxquels est reconnu le droit à la libre détermination » (décision 91-290 DC du 9 Mai 1991, 12e considérant), l'article 72-3 de la Constitution (disposition ajoutée par la loi constitutionnelle du 28 mars 2003) dispose « La République reconnaît, au sein du peuple français, les populations d'outre-mer ». »
Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes en France

« Jusqu'au XVIII e siècle, la nation ne désignait qu'une réalité ethnique et culturelle ; par sa jonction avec l'État qu'elle légitime, elle entre dans l'ordre politique.
L'État national, forme moderne d'organisation de l'humanité, est né des contradictions internes du droit naturel des XVIe-XVIIIe siècles
 »
— Jean-Yves Guiomar, La Nation entre l'histoire et la raison, 1990[4]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

* 1877 - Maurice Block, Dictionnaire de l’administration française, Paris, Éditions Berger-Levrault, 2e éd. (notice BnF no FRBNF37263199, lire sur Wikisource)Voir et modifier les données sur Wikidata 
* 1877 - Maurice Block, Dictionnaire de l’administration française, Paris, Éditions Berger-Levrault, 2e éd. (notice BnF no FRBNF37263199, lire sur Wikisource)Voir et modifier les données sur Wikidata 
* 2018 - Jean-François Niort (dir.) et Olivier Pluen (dir.), Esclavage, traite et autres formes d'asservissement et d'exploitation du code noir à nos jours, Paris, Dalloz (ISBN 978-2-247-15900-0, notice BnF no FRBNF45501291)Voir et modifier les données sur Wikidata 

Société antiesclavagiste de France[modifier | modifier le wikicode]

  • 2000 - Oruno D. Lara, La naissance du Panafricanisme. Les racines caraïbes, américaines et africaines du mouvement au XIXème siècle, Maisonneuve et Larose, 390  p. (ISBN 2-7068-1435-7, notice BnF no FRBNF37104358)Voir et modifier les données sur Wikidata

« Its first elected President was Gratien Candace, a colored deputy in the French Parliament representing the island[5] of Martinique[6], who won recognition on the basis of his successful fight to force the French government to take a stand on prejudices about people of African »
— 2019 - (en) Thierno Thiam et Gilbert L Rochon, The Pan-AfricanCongresses: A Re-examination, Palgrave Macmillan (ISBN 978-3-030-22180-5, DOI 10.1007/978-3-030-22180-5_3)Voir et modifier les données sur Wikidata[7].

Histoire d'une migration sociale[modifier | modifier le wikicode]

Vieux-Habitants en 2013

« Rayford W. Logan served as unpaid officer together with the black deputy from Guadeloupe Gratien Candace; commandant ... distance of the Montparnasse Cemetery and of the Parc Montsouris, where Countee loved 140 14th arrondissement. »
— Michel Fabre, ‎John Alfred Williams.-A street guide to African Americans in Paris, 1996, page 140[8]

Janvier 1930 - The Marcus Garvey and Universal Negro Improvement ... - Page clvi ... and Griqualand West Province. Du Bois proposes to hold a fifth Pan-African Congress in Tunis under the patronage of Gratien Candace, French 3 January March 8 March 2 April 2—3 April 6 clvi THE MARCUS GARVEY AND UNIA PAPERS. Marcus Garvey, ‎Robert Abraham Hill - 2006 - ‎Aperçu

Histoire d'une migration internationale[modifier | modifier le wikicode]

1921 - Blaise Diagne (1872-1934) & Gratien Candace (1870-1953).

Blaise Diagne (1872-1934) & Gratien Candace (1870-1953) : rencontre des mondes[modifier | modifier le wikicode]

Gratien Candace, député[modifier | modifier le wikicode]

Gratien Candace, Liste de résultats

Date d'édition : Gratien Candace, député XXe siècle, Texte disponible : 58 Type d'accès : Libre (58) Année de parution

* 1940 (1), 1940/03/06 (Numéro 66).
* 1938 (4) ; 1938/01/12 (Numéro 12) ; 1938/04/21 (Numéro 111) ; 1938/04/20 (Numéro 110) ; 1938/01/14 (Numéro 14)-1938/01/14.
* 1937 (3) ; 1937/06/26 (Numéro 177) ; 1937/04/23 (Numéro 113) ; 1937/12/03 (Numéro 337).
1937/06/26 (Numéro 177) : "Courses

Le Président n'est pas "doudou".
Au cours de l'inauguration de la Section de la France d'outre-mer, hier matin; à l'île des Cygnes. Le président de la République est accueilli, au seuil du pavillon de la Guadeloupe, par deux jeunes femmes en robe fleurie et madras éclatant qui touchent du doigt, avec timidité, la main que leur tend le chef de l'Etat.
Soudain, elles aperçoivent, dans la suite, le visage hilare et barbu de M. Gratien Candace. Alors, au grand émoi du protocole et au grand plaisir de la foule, elles se précipitent dans les bras de « leur » député
Oh Doudou Doudou M. Lebrun, délaissé sans façon, se plaint avec bonne humeur
Doudou. Doudou. alors, et moi ?
Et M. Gratien Candace, pour le consoler
Que voulez-vous, monsieur le Président, elles n'ont pas osé vous en dire autant. C'est que Doudou, à la Guadeloupe, cela signifie chéri !".

* 1936 (3), 1936/06/03 (Numéro 155)-1936/06/03. ; 1936/12/31 (Numéro 366) ; 1936/12/19 (Numéro 354).Note : supplément littéraire illustré pages 5 à 7.
* 1935 (1) ; 1935/07/07 (Numéro 188).
* 1933 (2), 1933/03/21 (Numéro 80)-1933/03/21 ; 1933/01/29 (Numéro 29).

Gratien Candace : Etablissements français de l'Océanie au Conseil supérieur des colonies, 1924 & 1928[modifier | modifier le wikicode]

Proclamation du 3 septembre 1924 de M. Candace Gratien comme délégué des Etablissements français de l'Océanie au Conseil supérieur des colonies. Paru in extenso au Journal Officiel 1924 n° 18 du 16/09/1924 à la page 278 dans la partie ACTES DES INSTITUTIONS DE LA POLYNESIE FRANCAISE

Proclamation du 19 août 1928 de M. Candace (Gratien) comme délégué des Etablissements français de l'Océanie au Conseil supérieur des colonies. Paru in extenso au Journal Officiel 1928 n° 17 du 01/09/1928 à la page 338 dans la partie ACTES DES INSTITUTIONS DE LA POLYNESIE FRANCAISE

Sur la propagande et la censure, 28 février 1940[modifier | modifier le wikicode]

RADIODIFFUSION ET INFORMATION auront leurs services coordonnés sous l'autorité d'un ministre M. Daladier l'annonce à l'issue des interpellations sur la propagande et la censure à la Chambre LA CONFIANCE EST VOTÈE PAR 450 VOIX CONTRE 1 L'Ouest-Éclair : journal quotidien d'informations, 1940-02-28, Archives E. E. M., (notice BnF no /PUBLIC FRBNF32830550k ). La liberté d'expression des opinions politiques dans la presse sera entière Paris, 28 février 1940. La Chambre en termine cet après-midi avec les interpellations sur la censure.

M. Camille Chautemps, vice-président du Conseil, entouré de MM. Delbos, Sarraut, Mandel, et escorté de MM. Brillouin. Martinaud-Desplats, Giraudoux, commissaires du Gouvernement, est au banc des ministres quand, à 15 heures, M. Herriot donne la parole au dernier interpellateur dans ce débat qui a déjà occupé trois séances M. Gratien Candace.

Le député de la Guadeloupe, après avoir rendu un hommage applaudi à M. Georges Mandel. ministre des Colonies, montre quel concours puissant la radiodiffusion coloniale apporte au développement des liens économiques et culturels entre la France et les diverses parties de l'Europe.

L'orateur examine ce qui a été fait de façon excellente pour permettre à la métropole et aux colonies de « penser ensemble » et signale sur quels points ce qui existe peut être encore amélioré. (voir en deuxième page)

Pour les mobilisés des îles[modifier | modifier le wikicode]

« M. Georges Mandel, ministre des Colonies, assisté de M. Gratien Candace[9], vice-président de la Chambre des députés et président du Comité d'aide et d'assistance aux mobilisés des îles, vient d'inaugurer, à la galerie Schœffer, rue de Téhéran, une brillante exposition organisée au profit de cette oeuvre.
On y voit les plus récents ouvrages des peintres de Tahiti : Jacques Boullaire, Anne Hervé, Mauxice Jean-Bart. Paul Mascart y expose des paysages de Nouvelle-Calédonie, et Roland Mouillot, peintre, et Pierre Christophe, sculpteur, évoquent Madagascar, tandis que les enchantements de la Guyane et des Antilles sont représentés par[10] Suzanne Frémont, Louise Lamy, C.-A. Jourdan et le sculpteur A.-E. Leroy.
Tout le poétique attrait de l'exotisme pour la révélation des beautés naturelles de l'Empire français est au service d'une œuvre particulièrement utile et touchante : voilà sans doute de quoi attirer rue de Téhéran un nombreux et fervent public. »
— Mobilier - Décoration : la maison et son décor, avril 1940[11]

.

Palais de la Porte Dorée[modifier | modifier le wikicode]

« une polémique car le palais de la Porte Dorée fut le siège de l’ancien musée des Colonies inaugurés lors ... de l’immigration en France ne soit mêlé à celui de la colonisation, donc de manière stigmatisante pour le nouveau ... de la France dans les colonies, il doit devenir l’institution culturelle qui illustrera l’apport décisif ... »
— Andréa Delaplace.- Un palais pour les immigrés ? Le Musée de l’histoire de l’immigration à Paris : une collection et un musée en devenir, Les Cahiers de l'École du Louvre, janvier 2016, Texte intégral disponible en accès libre.

Bibliographie Gratien Candace[modifier | modifier le wikicode]

Les vingt-cinq ans de mandat de M. Gratien Candace, 6 mars 1937[modifier | modifier le wikicode]

La Dépèche de Toulouse - Paris, 6 mars 1937. — Pour fêter les vingt-cinq ans de mandat parlementaire de M. Gratien Candace, député de la Guadeloupe, ancien sous-secrétaire d'Etat aux colonies, un banquet avait été organisé, hier, à l'Union interalliée par l'Académie des sciences coloniales, le comité parlementaire français du commerce, le comité colonies-sciences, la groupe de la gauche démocratique, l'Institut colonial français, la Ligue maritime et coloniale, l'Union coloniale, l'Association des Guadeloupiens de Paris et l'Association toulousaine.

M. Edouard Herriot présidait, assisté de MM. Albert Sarraut, ancien président du conseil, et Marius Moutet, ministre des colonies. De nombreux sénateurs et députés étaient présents. On remarquait de charmantes guadelOUr- péennes, martiniquaises et guyanaises dans le costume de leur pays respectif.

Successivement MM. Albert Sarraut, Marius Moutet, Edouard Herriot prirent la parole, les uns et les autres soulignant les liens de la mère patrie avec ses colonies et les mérites d'activité, de dévouement et de conscience dont n'a cessé de faire preuve M. Gratien Can-dance au cours de sa carrière parlementaire et ministérielle.

M. Brunet ayant exprimé à son collègue de la Réunion sa fraternelle amitié, M. Gratien Candace remercia avec émotion.

[M. Gratien Candace a fait toutes ses études universitaires à la Faculté de Toulouse, et il compte dans notre ville de nombreux amis.]

Le Ravitaillement de la France par les colonies[modifier | modifier le wikicode]

Le Ravitaillement de la France par les colonies

Une proposi|ioa- de loi tendant à mettre le régime douanier de la métropole et de ses colonies en harmonie avec la nécessité d'assurer le ravitaillement de la France par ses : possessions d'outre-mer, a été récemment déposée par M. Gratien Candace,

Dans l'exposé des motifs, l'honorable député de la Guadeloupe, mettant en valeur les déficits de nos bilans annuels, n'hésite pas à leur attribuer, en partie, la vie chère et la dévalorisation du franc.

Si l'on examine la balance commerciale des six dernières années, voici, en effet, quel est le défie annuel de 1915 à 1924

BALANCE

ANNÉES Importations Exportations Débitrice Créditrice (En millions de francs)

1915 9.915 3.343 6,572 -2 »

1916 19.382 5.39i 13.988 » 1917 25.565 5.211 20.35!: e

1918 30.830 3.859 9 16.971. »

1919 32.161 10.332 21.828 »

1920 46.377 22.865 23.512 »

1921 19.853 17.120 2.733 3 u

1922 23.900 20.611 3.359

1923- 32.688 10. 132 2.256 »

̃ 1924 '.10.132 41.454 »- 1.322

Il est bien certain que notre balance commerciale débitrice joue un certain rôle dans la dévalorisation du franc et. dans l'augmentation du prix de la vie. Toutefois, il y a lieu de remarquer que, depuis 1921, notre balance commerciale s'est améliorée. On a la grande satisfaction de constater que, pour 1924, nos exportations ont été supérieures de 1.322.000.000 francs. Si des entraves ne sont pas apportées à notre commerce extérieur, tout fait espérer que les chiffres de 1924 pourront être dépassés dans les années qui vont suivre.

Il n'en est pas moins vrai que M. Candace a grandement raison de demander que nos importations de denrées alimentaires et de matières premières soient réduites au minimum et qu'un plus large appel soit fait aux richesses incalculables de nos colonies.

Nous achetons bien souvent à l'étranger, dans des conditions trop onéreuses, des produits que nous pourrions facilement trouver dans notre domaine d'outre-mer.

On estime à 8,55 0/0 seulement la participation des colonies au ravitaillement de la métropole., Sur ces 8>55 0/0, la moitié environ concerne l'Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Maroc)

En 1924, les importations en France de produits coloniaux ont atteint les chiffrés suivants

Algérie 1.632.ÛÛO.CHJO francs Tunisie 298.0C0.OCO Maroc 225.000.000 Sénégal 388.000.000 Madagascar 280.000.000 Indochine 322.000.000 Autres colonies 917.0OO.00O

Soit au total 4.062.000.000 francs sur un ^chiffre global d'importation de 35.04W.000.000 francs.

M. Gratien Candace, dans son remarquable rapport, énumère tout ce que nos colonies, peuvent nous fournir, en réalité c'est tout ce dont nous avons besoin.

Mais, pour mettre nos colonies à même de donner à la métropole tout ce qui lui est nécessaire, il est indispensable que les énergies individuelles soient galvanisées. Et, c'est là que M. Candace préconise pour la protection de nos produits coloniaux et pour assurer leur développement, l'établissement de droits élevés sur les produits coloniaux étrangers. Nous ne voulons pas entrer dans la discussion d'une telle proposition qui ne manquera pas de soulever les critiques de tous ceux qui doivent, pour l'instant, se procurer à l'étranger les matières premières qui leur sont nécessaires. Mais il faut louer sincèrement M. Candace d'avoir signalé d'une façon persuasive dans un document fort intéressant avec des chiffres à l'appui, tout ce que nous pouvons attendre de nos colonies pour notre ravitaillement, par suite pour l'amélioration de notre balance commerciale et du change. Le Figaro Economique qui mène depuis le premier jour une campagne active pour la pleine mise en valeur de notre empire colonial devait signaler tout particulièrement l'heureuse initiative du député de la Guadeloupe.|Félix Falck.-

Gratien Candace : cultiver le cacao[modifier | modifier le wikicode]

1860- Arthur Mangin.- Le cacao et le chocolat, considérés aux points de vue botanique, chimique, physiologique, agricole commercial, industriel et économique


Annexe : Au sujet des troupes noires américaines (dit Circulaire Linard, 7 août 1918)[modifier | modifier le wikicode]

Le document original, daté du 7 août 1918, a été rédigé en français, avec la mention "Confidentiel", sous l'objet "Au sujet des troupes noires américaines". [12]. The Crisis révèle le document en mars 1951 et en donne une traduction en anglais pour son lectorat aux Etats-Unis d'Amérique[13],

« Mission militaire française près l’Armée Américaine
7 août 1918
"Au sujet des troupes noires américaines ou 369e régiment d'infanterie (États-Unis)

« I. Il importe que les officiers français appelés à exercer un commandement sur des troupes noires américaines, ou à vivre à leur contact, aient une notion exacte de la situation des Nègres aux États-Unis. Les considérations exposées dans la note suivante devraient donc leur être communiquées, et il y a un intérêt considérable à ce qu’elles soient connues et largement diffusées ; il appartiendra même aux autorités militaires françaises de renseigner à ce sujet par l’intermédiaire des autorités civiles, les populations françaises des cantonnements de troupes américaines de couleur. » « II. Le point de vue américain sur la "question nègre" peut paraître discutable à bien des esprits français. Mais il ne nous appartient pas à nous Français de discuter ce que certains appellent un "préjugé". L’opinion américaine est unanime sur la "question noire" et n’admettrait pas la discussion. » « Le nombre élevé de Nègres aux États-Unis (15 millions environ) créerait pour la race blanche de la République un danger de dégénérescence si une séparation inexorable n’était faite entre Noirs et Blancs. » « Comme ce danger n’existe pas pour la race française, le public français s’est habitué à traiter familièrement le "Noir", et à être très indulgent à son égard. » « Cette indulgence et cette familiarité blessent profondément les Américains. Ils les considèrent comme une atteinte à leurs dogmes nationaux. Ils craignent que le contact des Français n’inspire aux Noirs américains des prétentions qu’ils considèrent comme intolérables. Il est indispensable que tous les efforts soient faits pour éviter d’indisposer profondément l’opinion américaine. » « Bien que citoyen des États-Unis, l’homme de couleur est considéré par l’Américain blanc comme un être inférieur avec lequel on ne peut avoir que des relations d’affaires ou de service. On lui reproche une certaine inintelligence, son indiscrétion, son manque de conscience civique ou professionnelle, sa familiarité. » « Les vices du Nègre sont un danger constant pour l’Américain, qui doit les réprimer sévèrement. Par exemple, les troupes noires américaines en France ont donné lieu à elles seules à autant de plaintes pour tentatives de viol, que tout le reste de l’armée, et cependant on ne nous a envoyé comme soldats qu’une élite au point de vue physique et moral, car le déchet à l’incorporation a été énorme. » « Conclusion » « I. Il faut éviter toute intimité trop grande d’officiers français avec des officiers noirs, avec lesquels on peut être correct et aimable, mais qu’on ne peut traiter sur le même pied que des officiers blancs américains, sans blesser profondément ces derniers. Il ne faut pas partager leur table et éviter le serrement de main et les conversations ou fréquentations en dehors du service. » « II. Il ne faut pas vanter d’une manière exagérée les troupes noires américaines surtout devant les Américains. Reconnaître leurs qualités et leurs services, mais en termes modérés conformes à la stricte réalité. »

« III. Tâcher d’obtenir des populations des cantonnements qu’elles ne gâtent pas les Nègres. Les Américains sont indignés de toute intimité publique de femme blanche avec des Noirs. Ils ont élevé récemment de véhémentes protestations contre la gravure de la "Vie Parisienne" intitulée "L’enfant du dessert" représentant une femme en cabinet particulier avec un Nègre. Les familiarités des Blanches avec les Noirs sont du reste profondément regrettées de nos coloniaux expérimentés, qui y voient une perte considérable du prestige de la race blanche. L’autorité militaire ne peut intervenir directement dans cette question, mais elle peut influer sur les populations par les autorités civiles. » »
— Signé Linard, Mission militaire française près l’Armée Américaine, "Au sujet des troupes noires américaines",7 août 1918[14].

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Annexe : Députés siégeant à l’époque de Gratien Candace[modifier | modifier le wikicode]

représentant des colonies[modifier | modifier le wikicode]


Compagnie générale transatlantique[modifier | modifier le wikicode]

Inauguration de la ligne Saint-Nazaire Vera-Cruz, 14 avril 1862.
Normandie

« L’enjeu est économique : à l’heure des empires coloniaux et du développement des nouveaux mondes en Amérique et en Océanie, il faut pouvoir transporter beaucoup, loin et vite. »
Alexandre Sumpf et L'Histoire par l'image, La course des transatlantiques (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, septembre 2008.

Le Normandie[modifier | modifier le wikicode]

Le paquebot Normandie en mer
Bulbe d'étrave d'un porte-conteneurs.
RMC Découverte, Stephland87, Le Normandie, un géant à la Française, 25 nov. 2019. Construit entre 1920-1921 & 1935, Compagnie générale transatlantique[16].
Fabriqué à Saint-Nazaire après des la création en deux ans des équipements des Chantiers de Penhoët à [[w:Saint-Nazaire|Saint-Nazaire].
Sur Wikipédia

« L’Europa, transatlantique allemand lancé en 1930, premier paquebot avec bulbe d'étrave et chaudière à mazout. Il assura des traversées régulières en cinq jours. Cédé à la France pour réparation de guerre, il devint le Liberté en 1950 et assura la ligne Le Havre—New York jusqu'à l'arrivée du France en 1962 ;
Le Normandie, lancé en 1935, doté d'une quille au dessin révolutionnaire et de la première propulsion turbo-électrique, détruit par un incendie en 1942 dans le port de New York, détenteur du Ruban bleu en 1935 puis de nouveau en 1937 »
— Un transatlantique est un paquebot de ligne destiné à la traversée régulière de l'océan Atlantique entre l'Europe et les Amériques.

Le bulbe d'étrave[modifier | modifier le wikicode]

A vérifier
Le bulbe d'étrave, innovation technologique pour Le Normandie destiné à diminuer la résistance hydrodynamique encore en phase d'évolution[17].
L'incendie du Normandie et le problème des formats des systemes anti-feux.

Compétition européenne pour un ruban bleu[modifier | modifier le wikicode]

* L'histoire des bateaux les plus célèbres - Documentaire

La dernière traversée de Normandie[modifier | modifier le wikicode]

* On board the SS Normandie - Le Havre New York 1939
** Les passagers : Saint-Exupéry - Blaise Cendrars - Colette - Claude Farère
* Écrans & TV “Normandie ne partira pas ce soir” sur France 5 : “le paquebot a été un objet de paranoïa collective”

9 février 1942, l'incendie du Normandie[modifier | modifier le wikicode]

Le France[modifier | modifier le wikicode]

Le France succède au Normandie. Mais le une mutinerie éclate sur Le France devant le port du Havre. "Les paquebots de luxe c'est bien fini"[18].

« Le 11 septembre 1974, le paquebot "France" rentre au Havre. Il se termine par une incroyable mutinerie de l’équipage. Elle va durer près d’un mois.
Il y a 40 ans, le 11 septembre 1974, le paquebot «France», le plus prestigieux de l'époque, accomplit en rentrant au Havre son dernier voyage sous pavillon tricolore, qui se termine par une incroyable mutinerie de l'équipage. »
— Il y a 40 ans, une incroyable mutinerie sur le "France", Ouest-France, 12/09/2014[19]

Contemporains de Gratien Candace venus des colonies françaises d'Amérique[modifier | modifier le wikicode]

Samuel Lubin, alias Edgar Nibul[modifier | modifier le wikicode]

Samuel Lubin, alias Edgar Nibul

Mouvement d'avion , d'Edgar Nibul guyane_patrimoine Mouvement d'avion (1922) de Samuel Lubin, alias Edgar Nibul, musicien guyanais (1862-1948)

http://www.redris973.fr/HTML/mouvements_avion.html 
http://www.cmdt-guyane.fr/presentation-2/edgar-nibul/ 

Extrait de la bande officielle du film "Jean Galmot aventurier"Mouvement d'avion, d'Edgar Nibul

Germaine Lubin[modifier | modifier le wikicode]

Germaine Lubin

Germaine Lubin (fille de Samuel Edgar LUBIN, (1862 – 1948)

évoque sa carrière.
Germaine Lubin sur Youtube.
Germaine Lubin, la cantatrice préférée d'Hitler (Toute musique est politique)

Saint-George Dalayrac.- Quand on sait combien il peut être difficile de faire une telle carrière aujourd'hui encore, on comprend la nécessité du "phénomène psychologique de camouflage". La réalité n'est pas le rêve. Enfin, la France lui a rendu ses biens... Perdre le travail du passé est une douleur insurmontable. Douleur qui a taraudé le père jusqu'à sa mort, il me semble. L'article de Wikipédia peut être amélioré : <https://fr.wikipedia.org/wiki/Germaine_Lubin>.

1931 - Mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti[modifier | modifier le wikicode]

Contemporains rencontrés en France[modifier | modifier le wikicode]

Contemporain : Philippe Henriot[modifier | modifier le wikicode]

Philippe Henriot un grand inquisiteur. Porte une "parole contre"
  • Pierre Brana & Joëlle Dusseau - Philippe Henriot : la voix de la collaboration, librairie mollat.
  • Voir vidéo sur le sujet "Philippe Henriot"

1935-1936 - Projet de déclaration des droits de l’Homme de la Ligue des droits de l'homme[modifier | modifier le wikicode]

« Permettez-moi de résumer la première partie de la résolution du Comité Central. Elle rappelle que la Ligue des Droits de l'Homme s'est fondée pour la défense :

  1. Des droits particuliers de l'individu à la liberté et à l'égalité
  2. Du droit collectif des hommes vivant en société, c'est-à-dire constituant la Nation
  3. Du droit des individus et des peuples à la vie, c'est-à-dire au pain et à la paix.

Ainsi, la Ligue a assumé dès l'origine et elle n'a pas cessé d'assumer depuis lors à la quadruple tâche:

  1. De lutter, au non de la liberté eet de l'égalité, contre l'injustice, l'arbitraire et le privilège ;
  2. De garantir, par la laïcité, les droits de l'esprit et de la conscience contre l'intolérance religieuse ;
  3. De soutenir le gouvernement du peuple par lui-même soit, en pratique, le suffrage universel, le régime de libre discussion, et le contrôle parlementaire contre les prétentions autoritaires des partis de réaction et contre les usurpations croissantes des puissances d'argent, secondées par une presse à leur service ;
  4. D'assurer le maintien de la vie, par le travail et par la paix.

Nous en avons la conviction le Congrès tout entier, sans exception aucune, veut que la Ligue persévère dans cette quadruple tâche. Mais, si cela va sans dire, cela va mieux en le disant. Voilà pourquoi nous vous demandons de dire d'abord que la Ligue, en se définissant aujourd'hui, reste décidée à mener sa quadruple tâche. »
— Ligue des droits de l'homme, Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen.- Le congrès national de 1935 : compte-rendu sténographique, Hyères (Var), 8-10 juin 1935[20]

1935-1936 - Projet de déclaration des droits de l’Homme de la Ligue des droits de l'homme[modifier | modifier le wikicode]

« Permettez-moi de résumer la première partie de la résolution du Comité Central. Elle rappelle que la Ligue des Droits de l'Homme s'est fondée pour la défense :

  1. Des droits particuliers de l'individu à la liberté et à l'égalité
  2. Du droit collectif des hommes vivant en société, c'est-à-dire constituant la Nation
  3. Du droit des individus et des peuples à la vie, c'est-à-dire au pain et à la paix.

Ainsi, la Ligue a assumé dès l'origine et elle n'a pas cessé d'assumer depuis lors à la quadruple tâche:

  1. De lutter, au non de la liberté eet de l'égalité, contre l'injustice, l'arbitraire et le privilège ;
  2. De garantir, par la laïcité, les droits de l'esprit et de la conscience contre l'intolérance religieuse ;
  3. De soutenir le gouvernement du peuple par lui-même soit, en pratique, le suffrage universel, le régime de libre discussion, et le contrôle parlementaire contre les prétentions autoritaires des partis de réaction et contre les usurpations croissantes des puissances d'argent, secondées par une presse à leur service ;
  4. D'assurer le maintien de la vie, par le travail et par la paix.

Nous en avons la conviction le Congrès tout entier, sans exception aucune, veut que la Ligue persévère dans cette quadruple tâche. Mais, si cela va sans dire, cela va mieux en le disant. Voilà pourquoi nous vous demandons de dire d'abord que la Ligue, en se définissant aujourd'hui, reste décidée à mener sa quadruple tâche. »
— Ligue des droits de l'homme, Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen.- Le congrès national de 1935 : compte-rendu sténographique, Hyères (Var), 8-10 juin 1935[21]

7 juin 1936 - Un deuxième 4 août 1789 ?[modifier | modifier le wikicode]

« L'an dernier, au Congrès d'Hyères, nous avons posé le principe d'une nouvelle Déclaration des Droits de l'Homme. Depuis ce moment, les événements se sont précipités.
Nous avons eu les élections du 3 mai où le peuple de France a fait entendre ça grande voix et a imposé un gouvernement- de Front Populaire à la minorité factieuse.
Un autre événement d'une portée incalculable a été l'admirable mouvement des travailleurs fiançais qui ont montré par une discipline spontanée, par une parfaite organisation locale, qu'ils avaient désormais une conscience précise de leur fonction économique et de leurs responsabilités sociales.
C'est ainsi qu'ils ont amené, dans cette nuit mémorable du 7 juin 1936, le grand patronat de droit divin à s'incliner devant la volonté unanime des travailleurs syndicalistes. L'histoire enregistrera cette date à côté de celle du 4 août 1789, car. on peut dire que la deuxième Révolution Française a commencé en cette nuit du 7 juin 1936[22].
Nous assistons aujourd'hui à un mouvement général de montée de tout un peuple vers la conquête de son idéal, et nous pouvons affirmer que rien n'entravera sa marche, pas plus certaines menaces de répression que certains appels infiniments plus suspects à la modération. La révolution est désormais déclenchée.  »
— Le Congrès National 1936, (Dijon, 19-21 juillet), compte-rendu sténographique[23]

La citoyenneté "octroyé" dans le domaine colonial de la France[modifier | modifier le wikicode]

«  y a eu une autre proposition déposée le 20 mai 1915, par MM. Joseph Lagrosillière, Albert Grodet, René Boisneuf, Gratien Candace, Georges Boussenot, Gasparin, Diagne et Ernest Outrey »
— Séance du 30 juin 1916 (soir) : Propositions de loi pour reconnaître la citoyenneté française à différents groupes de la population en Algérie, A partir du 1er avril 1915[24]

Gratien Candace, la représentation coloniale[modifier | modifier le wikicode]

II. — Compte rendu de la séance tenue par la Commission constitutionnelle de l'Assemblée Nationale, le 10 juillet 1940.
COMMISSION CONSTITUTIONNELLE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE
Séance du mercredi 10 juillet 1940.
Présidence de M. de COURTOIS.
pp. 498-507
Lettre de M. Auguste Brunet.
Le 30 mai 1950. 
M. Lagrosillière: Les termes "Etat" et "Empire" sont l'un juridique, l'autre politique. Ils ne se superposent pas exactement. (Omis dans le procès-verbal).
M. Archimbaud : « Au Gouvernement de la République sous l'autorité et la signature du Maréchal Pétain».
Dans un livre écrit en 1942 et publié en 1945, j'ai pris acte de cette rectification dans les termes suivants :
Citation :"Ce pouvoir était conditionné, lié dans la pensée de ceux qui l'ont institué et dans les termes exprès du texte, qui l'a consacré à la permanance du Gouvernement de la République."
Jules Simon et le problème de la Constitution coloniale. Charles-Lavauzelle, 1945. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma considération la plus distinguée.
Auguste BRUNET.
Lettre de M. Gratien Candace
P. S. — Je ne veux pas me mettre en cause. Mais après la réponse de M. Lagrosillière à M. Boivin-Champeaux, j'ai ajouté :
— C'est la formule même de la Constituante : "Les colonies font partie intégrante de l'Empire français[25]". »
Paris, le 10 juillet 1950.
Monsieur,
Le procès-verbal de la Commission constitutionnelle de l'Assemblée Nationale du 10 juillet 1940, reproduit, à peu de choses près, la physionomie de la séance à laquelle j'ai assisté. 
Mon regretté collègue, M. Lagrosillière, n'avait reçu aucun mandat de ses collègues des Colonies, mais ses observations reflètent le sentiment des représentants de la France d'outre-mer d'alors.
J'observe, toutefois, qu'il avait été bien spécifié que « c'est au Gouvernement de la République, sous l'autorité et la signature du Maréchal Pétain, que les pouvoirs devaient être accordés ». Cette observation fut faite spontanément quand le Président Laval déclara que les pouvoirs seraient accordés au Gouvernement du Maréchal. Le Vice-Président du Conseil se rangea aussitôt à l'avis exprimé par Marchandeau, au nom de la quasi unanimité de la Commission.
Veuillez agréer, Monsieur, l'assurance de mes sentiments très distingués.
  • 1951 - Assemblée nationale sous la Quatrième République, France, Charles Serre, Rapport fait au nom de la Commission chargée d'enquêter sur les événements survenus en France de 1933 à 1945. Témoignages et documents recueillis par la commission d'enquête parlementaire,
  • LOI CONSTITUTIONNELLE DU 10 JUILLET 1940

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

* Assemblée constituante, DÉCRET qui fixe le nombre des députés à nommer par les colonies pour la convention nationale, 22 août 1792
* DÉCRET qui fixe le nombre des députés à nommer par les colonies pour la convention nationale... Les colonies et possessions extérieures de l'empire français sont invitées à concourir à la formation de la convention nationale], de la manière suivante... Bulletin annoté des lois, décrets et ordonnances, Lepec · 1839 – Page 242.
* Assemblée constituante, DÉCRET qui fixe le nombre des députés à nommer par les colonies pour la convention nationale, 22 août 1792
* L'assemblée nationale , après avoir décrété l'urgence , décrète ce qui suit : Art . 1 ° r . Les colonies et possessions extérieures de l'empire Français , sont invitées à concourir à la formation de la convention nationale
* De la représentation des colonies dans le Parlement / R. Le Pelletier de Saint-Rémy, (notice BnF no FRBNF364006325)
* Le Pelletier de Saint-Rémy, R.- De la représentation des colonies dans le Parlement / R. Le Pelletier de Saint-Rémy, Paris : Amyot, 1847
* Lamothe, Henri de, M. H. de Lamothe, (1843-1926).- La représentation coloniale, communication au Comité de l'action républicaine aux colonies, (notice BnF no FRBNF30729662c).
* Le concept de représentation dans la pensée politique - La ... 6 La contestation des parlements à l’égard du pouvoir royal reposait sur un projet politique visant à la limitation de la monarchie absolue, par la constitution d’un pouvoir "mixte", reposant sur le caractère représentatif des cours. Face à cette prétention, le roi s’affirmait comme le représentant exclusif du peuple, source unique de la loi. Jean-Pierre Duprat.- La représentation, le législateur et le juge.

1906, Gratien Candace membre du cabinet de René Viviani (1870-1953)[modifier | modifier le wikicode]

Entre deux périodes d'enseignement, de 1906 à 1909, Gratien Candace collabore au premier Ministère du Travail en tant que membre du Cabinet de René Viviani[26].

25 octobre 1906 le "ministère du Travail et de la Prévoyance sociale" fut créé par le président du Conseil w:Georges Clemenceau (1er), et fut confié au socialiste indépendant w:René Viviani.

Gratien Candace a été membre du cabinet de w:René Viviani dans le premier ministère du Travail ; exercice qui résulte du croisement de deux métiers :

* direction de grande entreprise ou d'établissement public[27]
* Management des ressources humaines[28].
Cette position de haut fonctionnaire de l'Empire français exige, outre des compétences politiques, de mettre en œuvre des qualités de
* Définition et supervision de la politique générale (organisation, développement économique, ...), des orientations stratégiques et financières de l'Empire français et de la w:nation en matière de politique de management et de gestion des ressources humaines,
* Définition et mise en œuvre d'une politique de management et de gestion des ressources humaines (recrutement, rémunération, mobilité, gestion des carrières, ...) de la structure. Elaboration et supervision de la gestion administrative du personnel (dossiers individuels, paie, ...),
* supervision de l'application des obligations légales et réglementaires relatives aux conditions et aux relations de travail,
* Organisation du dialogue social et conduite des actions de communication/représentation auprès des acteurs de l'environnement socio-économique, participation aux opérations de communication liées aux mutations de l'entreprise,
* supervision des directions stratégiques et organisation des échanges dans l'équipe du cabinet ministériel, avec les autres ministères, le parlement, l'Elysées, les partenaires sociaux, les entreprises, etc.
* Suivi et analyses des données d'activité de la nation et proposition d'axes d'évolution
* 1908 - Daniel Zolla, La grève, les salaires et le contrat de travail
* Gratien Candace (Bibliographie)


Bibliographie (Gratien Candace (1870-1953)[modifier | modifier le wikicode]

Biographie de Gratien Candace, Annuaire des contemporains, 1924[29]
Comparer La Marine marchande de la France avec
  • 1835 - Eugène Sue, Histoire de la marine française depuis le XVe siècle jusqu'à nos jours, précédée d'un précis sur la marine française depuis le IXe jusqu'au XVe siècle français, Étude historique en 5 volumes
  • 1862 - Joseph Henri Galos, La Marine marchande en France d’après l’enquête de 1862, 39  p. (ISSN 0035-1962 et 0750-9278, lire sur Wikisource)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1924 - Abel-Louis Sainte-Luce-Blanchelin,, Pierre Corbin, Marcel Guieysse et Jacob Léon, Les colonies françaises d'Amérique, Paris, Edition Notre domaine colonial, 128  p. (notice BnF no FRBNF34136752)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1928 - Gratien Candace, Gratien Candace. Ce qu'il a fait pour les établissements français de l'Océanie, 1924-1928, Paris (notice BnF no FRBNF34152785)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1951 - The Crisis, mars 1951

Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Article de Survival, intitulé Les Nations-Unies appellent la France à ratifier la législation internationale sur les peuples indigènes, 21 septembre
  2. « Constitution française du 4 octobre 1958 », sur www.conseil-constitutionnel.fr
  3. Sans lien interne sur fr.Wikipédia.
  4. Jean-Yves Guiomar, La Nation entre l'histoire et la raison, Paris, La Découverte (ISBN 2-7071-1890-7, notice BnF no FRBNF35068184)Voir et modifier les données sur Wikidata. Version numérique, lire en ligne
  5. Lire "colonie"
  6. Lire "Guadeloupe"
  7. Publié dans (en) Gilbert L Rochon et Thierno Thiam, Sustainability, Emerging Technologies, and Pan-africanism, Palgrave Macmillan (ISBN 3-030-22179-2)Voir et modifier les données sur Wikidata
  8. Alfred Williams.-A street guide to African Americans in Paris, 1996, page 140
  9. ]M. Georges Mandel, ministre des Colonies, assisté de M. Gratien Candace
  10. tandis que les enchantements de la Guyane et des Antilles sont représentés par
  11. Mobilier - Décoration : la maison et son décor, Marcel Honoré (directeur), avril 1940
  12. Cf. 2011 - Benjamin Doizelet, L’intégration des soldats noirs américains de la 93e division d’infanterie dans l’armée française en 1918 (ISSN 0035-3299 et 1965-0779, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, contenant : Au sujet des troupes noires américaines (dit Circulaire Linard, 7 août 1918), pdf, version en français
  13. The Crisis, Vol. 58, n° 3, mars 1951, page 176
  14. Au sujet des troupes noires américaines (dit Circulaire Linard, 7 août 1918), publié dans 2011 - Benjamin Doizelet, L’intégration des soldats noirs américains de la 93e division d’infanterie dans l’armée française en 1918 (ISSN 0035-3299 et 1965-0779, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  15. Le premier France, armé en 1864, était dépassé par les évolutions techniques.
  16. CGT French Lines
  17. Étrave polyédrique
  18. L'épopée du France - Thalassa
  19. Ouest-France,12/09/2014. Et lematin.ch, 13 septembre 2014
  20. Ligue des droits de l'homme. Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen.- Congrès (1935 ; Hyères, Var)
  21. Ligue des droits de l'homme. Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen.- Congrès (1935 ; Hyères, Var)
  22. Le 24 juillet suivant voit la réforme du statut de la Banque de France.
  23. 1936 - Ligue des droits de l'homme, Le Congrès National 1936, Dijon, 19-21 juillet, Ligue des droits de l'homme : compte-rendu sténographique, Paris, Ligue des droits de l'homme, 559  p. (notice BnF no FRBNF40245375, lire sur Wikisource)Voir et modifier les données sur Wikidata, page 276
  24. Algérie (Période coloniale), Conseil supérieur de gouvernement.- Procès-verbaux des délibérations : session du Conseil supérieur de gouvernement, p.119
  25. Bulletin annoté des lois, décrets et ordonnances depuis le mois de juin 1789 jusqu'au mois d'aout 1830 : Volume 3/16, 1834
  26. René Viviani, La création d'un ministère du travail.
    Lucien-René Abénon, Petite histoire de la Guadeloupe, Paris, Éditions L'Harmattan, 1660-1992 [lire en ligne], p. 162-177 . (notice BnF no FRBNF35555540).
  27. Fiche métier M1301, Direction de grande entreprise ou d'établissement public.
  28. Fiche métier M1503, Management des ressources humaines.
  29. Robert Burnand (dir.), Qui êtes-vous ? Annuaire des contemporains, Notices bibliographiques, Paris, Maison Ehret G. Ruffy SuccesseurVoir et modifier les données sur Wikidata