Leçons de niveau 13

Systèmes monétaires/Systèmes monétaires régionaux

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Systèmes monétaires régionaux
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Systèmes monétaires
Chap. préc. :zone euro
Chap. suiv. :Monnaie électronique

Quiz :

QCM La zone franc
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Systèmes monétaires : Systèmes monétaires régionaux
Systèmes monétaires/Systèmes monétaires régionaux
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les systèmes monétaires régionaux sont des systèmes qui reposent sur des règles acceptées par un groupe de pays dans des accords ratifiés par tous.


Parmi ces systèmes, on trouve:

  • le système monétaire franco-africain
  • la zone franc
  • la zone rouble
  • le Marché Commun des Caraïbes
  • ainsi que le SME et la zone euro déjà vus aux chapitres 3 et 4.

Le système monétaire franco-africain et la zone franc[modifier | modifier le wikicode]

Zones franc en Afrique

En Afrique, les zones franc constituent des espaces monétaires et économiques.

Le système monétaire franco-africain[modifier | modifier le wikicode]

Le système monétaire franco-africain (SMFA) est un système de change avec 14 pays africains. Ces pays utilisent la même monnaie = le franc CFA.

Le franc CFA est officiellement créé le 26 décembre 1945, lorsque la France ratifie les accords de Bretton Woods et procède à sa première déclaration de parité au Fonds monétaire international (FMI). Franc CFA signifiait alors « franc des colonies françaises d'Afrique ». Il était alors émis par la caisse centrale de la France d'outre-mer.

Depuis la décolonisation, le franc CFA (franc des Communautés Financières d'Afrique) est à présent le nom de deux monnaies communes à plusieurs pays d'Afrique constituant en partie la zone franc d'Afrique centrale (CEMAC) et la zone franc d'Afrique de l'Ouest (UEMOA). Leurs devises sont des contrevaleurs à parité fixe avec l'euro, dont la valeur est garantie par le Trésor public français, dans le cadre du traité de Maastricht.

Il y a 2 instituts d'émission (banques centrales):

la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) qui est à Dakar. Elle émet le franc de la communauté financière d’Afrique (franc CFA ; code ISO 4217 = XOF).
la Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC) qui est à Yaoundé. Elle émet le franc de la coopération financière d'Afrique centrale (franc CFA ; code ISO 4217 = XAF).


Initialement, les francs CFA émis par les différents instituts étaient librement convertibles ; ce n'est plus le cas depuis septembre 1993. À présent, bien que les devises XOF et les XAF soient désignées communément par le même nom de franc CFA et aient (actuellement) la même valeur, elles ne sont ni interchangeables ni convertibles entre elles. Il ne s'agit donc pas d'une zone monétaire commune mais de deux zones juxtaposées.


La zone franc[modifier | modifier le wikicode]

La zone franc rassemble quinze états africains et des territoires du Pacifique répartis en quatre groupes (XOF - XAF - KMF - XPF) :

  • 1)     Huit États d’Afrique de l’Ouest : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo formant l' Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA),
  • 2)     Six États d’Afrique centrale : le Cameroun , la République centrafricaine , la République du Congo , le Gabon , la Guinée équatoriale et le Tchad , formant la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC),
  • 3)     L' Union des Comores , utilisant le franc comorien (code ISO 4217 = KMF).
  • 4)     Les trois collectivités françaises du Pacifique : la Polynésie française , Wallis-et-Futuna et la Nouvelle-Calédonie , dont l'institut d'émission est l’ Institut d'émission d'outre-mer (IEOM) utilisent le franc pacifique (ou franc CFP - code ISO 4217 = XPF) .

Les barrières douanières entre les états bloquent les bénéfices d'une monnaie commune qui devrait favoriser le commerce inter-états. Le fait d’avoir une monnaie commune devrait se faire avec des politiques fiscales et monétaires concertées, i.e., il faudrait des structures fédérales pour avoir une certaine intégration politique[1].


remarques
  • L'île de La Réunion a utilisé le franc CFA de 1945 à 1975, avant d'adopter le franc français.
  • La Guinée utilise le franc guinéen (code ISO 4217 = GNF). Cette devise officielle de la Guinée, créée en 1960, n'a de valeur que sur le territoire guinéen.
  • Le Rwanda , le Burundi et la République démocratique du Congo utilisent respectivement le Franc rwandais , Franc burundais et le Franc congolais. Ces pays doivent le nom de leur monnaie au Franc belge car ce sont d'anciennes colonies belges. Leurs cours sont historiquement liés au Franc belge. Ces pays n'ont jamais fait partie de la zone CFA, n'ayant jamais été des colonies françaises.


Parité =
Date Parité
Parité du franc CFA[2]
Création du franc CFA :
(1945)
1 F CFA = 1,70 FF
Dévaluation du franc français (FF)
(1948)
1 F CFA = 2,00 FF
Nouveau franc français (FRF)
(1958)
1 F CFA = 0,02 FRF
Dévaluation de 50 % du franc CFA
(1994)
1 F CFA = 0,01 FRF
Arrimage du franc CFA à l'euro :
1er janvier 1999
1 € = 6.55957 F CFA
références
  1. Sanou Mbaye, L'Afrique francophone piégée par sa monnaie unique, Le Monde diplomatique, novembre 2014, p 12
  2. BCEAO « Histoire du Franc CFA », sur le site de la Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest 2012

La zone rouble (1949-1991)[modifier | modifier le wikicode]

C'était une monnaie commune entre les pays du CAEM (Conseil d' aide économique mutuel ou Conseil d'assistance économique mutuelle). Le système monétaire correspondant reposait sur des accords entre les pays et des institutions.

Le sigle de la CAEM est aussi désigné par l'acronyme anglais Comecon ( en russe : СЭВ ).

Créé par Staline en 1949, ce système s'est dissous avec la chute de l'empire soviétique en juin 1991. Les pays du CAEM devaient faire usage du « rouble transférable » dans les transactions inter-États. Le rouble transférable était une unité monétaire scripturale basée sur le rouble soviétique et utilisé pour le calcul de la valeur des échanges commerciaux et des montants de dette entre les pays-membres de cet organisme économique du bloc de l'Est. Ensuite, le système de change a été fondé sur un « panier de monnaies » de pays occidentaux.

La Banque internationale pour la coopération économique (BICE) créée en 1964 traitait les transactions.
La Banque internationale d'investissement (BII) créée en 1970 s'occupait des crédits pour les investissements lourds.
Il a été possible à des pays non membres de s'associer au système comme la République fédérative socialiste de Yougoslavie (associée en 1964).


Marché Commun des Caraïbes[modifier | modifier le wikicode]

Le CARICOM[modifier | modifier le wikicode]

La CARICOM
  •      Pays membres
  •      Pays associés
  •      Pays observateurs
  • La Communauté caribéenne, (Caribbean Community, CARICOM) regroupe des pays d' Amérique qui ont constitué un Marché Commun des Caraïbes avec une autorité monétaire qui émet le dollar des Caraïbes. La monnaie est émise par une caisse d' émission et elle est reliée au dollar.

    La CARICOM est né en 1973 lors du traité de Chaguaramas (Trinité-et-Tobago). En 2014, elle est constituée de 15 États membres, de 5 membres associés, ainsi que de 8 États observateurs. Les Conférences des chefs d'État et le Conseil des ministres sont les principaux organes de décision de l'organisation.

    Flag of CARICOM.svg
    15 pays membres = Antigua-et-Barbuda ; Bahamas ; Barbade ; Belize ; Dominique ; Grenade ; Guyana ; Haïti ; Jamaïque ; Montserrat ; Saint-Christophe-et-Niévès ; Sainte-Lucie ; Saint-Vincent-et-les-Grenadines ; Suriname ; Trinité-et-Tobago
    5 pays associés = Anguilla ; Bermudes ; Îles Vierges britanniques ; Îles Caïmans ; Îles Turques-et-Caïques
    8 pays observateurs = Aruba ; Colombie ; Curaçao ; République dominicaine ; Mexique ; Puerto Rico ; Saint-Martin (Pays-Bas) ; Venezuela

    L' OECO et le dollar des Caraïbes orientales[modifier | modifier le wikicode]

    L’Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO) est une organisation entre plusieurs pays et dépendances des Antilles orientales. L'OECO a été créée le 18 juin 1981.

    L'OECO se compose actuellement de neuf États membres, répartis sur les petites Antilles. Ensemble, ils forment un archipel presque ininterrompu :

    • Antigua-et-Barbuda
    • Dominique
    • Grenade
    • Montserrat (sous dépendance britannique)
    • Saint-Christophe-et-Niévès ( Saint-Kitts-et-Nevis )
    • Sainte-Lucie
    • Saint-Vincent-et-les Grenadines
    membres associés
    • Anguilla (sous dépendance britannique, membre associé)
    • Îles Vierges britanniques (sous dépendance britannique, membre associé)

    La Banque centrale de la Caraïbe orientale ( ECCB : Eastern Caribbean Central Bank ), créée en 1983, gère l'intégrité financière du bloc économique formé par les États membres, ainsi que celle du dollar des Caraïbes orientales ( EC$ ). Tous les États membres — à l'exception des îles Vierges britanniques — utilisent cette monnaie. Le dollar des Caraïbes orientales ou dollar est-caribéen a le code ISO 4217 : XCD . Le siège de la banque est situé à Basseterre (Saint-Kitts-et-Nevis).