Leçons de niveau 8

Sylvanus à Burdigala et chez les boiates/Le castrum

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Le castrum
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Sylvanus à Burdigala et chez les boiates
Chap. préc. :Le forum
Chap. suiv. :Départ pour le littoral
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sylvanus à Burdigala et chez les boiates : Le castrum
Sylvanus à Burdigala et chez les boiates/Le castrum
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.





Lire le texte : SYLVANUS AU PIED DU CASTRUM[modifier | modifier le wikicode]

Tout le long du fossé protecteur qui, depuis la vague des dernières invasions, isole la ville fermée, l’imposante muraille du castrum dresse son alignement régulier jusqu’à la rive de la Garumna.

Sylvanus décide de longer le fossé en direction du soleil couchant, pour aller jusqu’à la célèbre fontaine de la Divone que chante le poète Ausone avec lyrisme :

Dirai-je ta fontaine et ses eaux bienfaisantes,
De leur prison de marbre à grand bruit jaillissant,
Qui par douze canaux fuyant de leur bassin
Vont porter la fraicheur et la vie… ?

Parmi les blocs de fondation du rempart il découvre de nombreuses stèles funéraires qui ont été réemployées. Il essaie de déchiffrer les inscriptions :

CIVIS BOIAS pour un citoyen du pagus où se récolte la poix des pins,
AMABILIS qui tient en main ses outils de sculpteur,
DOMITIA et sa couronne de cheveux tressés.

Vanitas vanitatum ! tous ces personnages qui ont eu leur tombe dans la nécropole au sortir de la ville et qui se retrouvent emmêlés les uns aux autres, dans tous les sens, sans aucun respect.

Sylvanus, pensif, continue d’avancer, tête baissée, en serrant son scarabée fétiche qui le protège des pensées morbides.

— Ave, miles ! Ut vales ? Quo vadis ? 

Sylvanus sursaute en entendant un soldat qui l’interpelle en latin depuis le rempart. Quel plaisir d’entendre parler sa langue, avec l’accent romain, dans cette ville où il se sent étranger ! Quelle joie de rencontrer un compatriote au pied d’une des tours majestueuses qu’il a essayé de compter ce matin depuis le pont de son navire ! Tiberius Iulius Balbilus a 35 ans ; c’est sa vingtième et dernière année de miles. Il lui tarde d’aller s’occuper des plants de vigne biturica, qu’il a l’intention de faire fructifier sur les buttes de graves, à l’abri des inondations.

-- Si tu veux rentrer dans la ville, il faut continuer le tour du rempart jusqu’au temple de Jupiter, à la Porta Iovis.

Gratias maximas ! Salve, Tiberius !


Recherches[modifier | modifier le wikicode]

Question mark white icon.svg

  1. fossé
  2. invasions
  3. castrum
  4. Divone
  5. Ausone
  6. stèle
  7. civis boias
  8. pagus
  9. sculpteur
  10. tresse
  11. Vanitas vanitatum !
  12. scarabée fétiche
  13. — Ave, miles ! Ut vales ? Quo vadis ?
  14. compatriote
  15. tours
  16. vigne biturica
  17. grave
  18. Jupiter
  19. Porta Iovis
  20. Gratias maximas ! Salve, Tiberius !

Réponses[modifier | modifier le wikicode]