Leçons de niveau 11

Seigneurs et seigneurie/La remise en cause de la seigneurie à la fin du Moyen Âge

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
La remise en cause de la seigneurie à la fin du Moyen Âge
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Seigneurs et seigneurie
Chap. préc. :La seigneurie banale
Chap. suiv. :Débats historiographiques autour de la seigneurie
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Seigneurs et seigneurie : La remise en cause de la seigneurie à la fin du Moyen Âge
Seigneurs et seigneurie/La remise en cause de la seigneurie à la fin du Moyen Âge
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Crise démographique[modifier | modifier le wikicode]

Le dépeuplement de la France aux XIVe siècle et XVe siècle s'explique par la peste (à partir de 1348), les famines et les guerres. Il provoque une crise de la seigneurie : la main d'œuvre se fait plus rare, les redevances rentrent moins facilement. Les dépenses liées aux conflits grèvent le budget seigneurial.

La ville : une seigneurie collective[1][modifier | modifier le wikicode]

La seigneurie n’est pas qu'un phénomène rural. À partir du XIIe siècle, certaines villes française acquièrent le droit de ban : cela explique l'origine du mot "banlieue", le territoire sur lequel s'applique le droit de ban.

Le mouvement communal[modifier | modifier le wikicode]

Réaction seigneuriale[modifier | modifier le wikicode]

  • Augmentation du cens
  • Augmentation des droits de mutation


Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Gauvard, Dictionnaire du Moyen Âge, p. 1317