Leçons de niveau 18

Sémantique/Proust

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Proust
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Sémantique
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Mon sens
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sémantique : Proust
Sémantique/Proust
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

SÉMANTIQUE[modifier | modifier le wikicode]

Proust[modifier | modifier le wikicode]

    Proust qui considérait son œuvre littéraire comme un laboratoire sémantique, philosophique et psychologique décrit dans « Du Côté de Chez Swann » sur une dizaine de pages « l'église ». Son église, ce n'est évidemment pas mon église, je suis saisi de la distance qui sépare nos sens personnels. Grâce à cette longue description, je suis en mesure d'interpréter le sens personnel de Proust, mais ce sont encore mes oiseaux qui tournent autour de mon clocher, mes pierres, ma lumière, mes personnages, mes souvenirs. De plus, je sais que Proust ment, d'abord parce que c'est « l'église » imaginaire d'un personnage de roman derrière lequel il se retranche, mais même si cela n'était pas le cas, je sais qu'il ment comme je mentirais moi-même par la dissimulation de plein de choses, trop intimes ou trop polémiques.
    Un signifiant ne possède pas de sens collectif, il ne possède que des sens personnels, et quand j'essaie d'interpréter le sens personnel d'un autre, cela reste mon sens personnel. Je ne pourrais jamais partager le sens de la « neige » d'un Inuit ou de la « mer » d'un marin, c'est le paradoxe sémantique, chacun de nous est isolé dans son monde sémantique, nous ne pouvons ni transmettre, ni recevoir du sens, nous n'échangeons que des mots que nous interprétons en fonction de notre propre richesse sémantique. Le pire dictateur ne peut imposer son propre sens au plus fidèle de ses courtisans, il peut seulement lui donner des ordres qui seront plus ou moins bien compris et exécutés, avec comme Napoléon à Waterloo des conséquences graves pour sa personne.
    Cependant dans la plupart des cas cela ne pose pas de gros problèmes. Quand je vais chercher mon pain chez le boulanger, je trouve ce que je désire, mais j'aimerais bien savoir s'il aime son pain ou s'il fourre dedans je ne sais quoi, je le saurais si je savais le sens qu'il donne à « son pain ». Ce n'est pas très grave et puis j'aime bien mon boulanger, je lui fais confiance. Par contre pour « l'avion » du jeune pilote, dans lequel je dois embarquer je commence à m'inquiéter.
    Les plus grands sages ne peuvent définir du sens collectif car  ce sens collectif n'existe nulle part et ils ne peuvent se transmettre et comparer le sens personnel du sens collectif que chacun voudrait promouvoir du fait du paradoxe sémantique et l'idée que le signifié puisse flotter au-dessus du sens comme l'huile au-dessus du vinaigre serait tout simplement ridicule.