Leçons de niveau 18

Sémantique/Penser

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Penser
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Sémantique
Chap. préc. :Langues
Chap. suiv. :Interpréter
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sémantique : Penser
Sémantique/Penser
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Penser[modifier | modifier le wikicode]

    Quand dans la méditation je pense hors du langage, je vis pleinement mon propre sens, libéré du brouillage ou bruitage de la langue. Souvent cela marche tout seul quand ma méditation est alimentée par mes préoccupations du moment et c'est préférable car je reste en présence de ma propre réalité plutôt qu'en compagnie de quelque chose d'un peu artificiel. Quand cela ne marche pas, et pour échapper aux impressions fixes qui naissent par l'emploi de la concentration sur sa respiration, des images ou des symboles, je me donne au préalable des thèmes. Je rencontre alors des concepts souvent un peu éthérés ou un peu creux dont il me faut approfondir, c'est-à-dire enrichir le sens en les reliant à mon expérience par la concentration, en plongeant dans ma mémoire.
    Quand je me parle à moi-même, c'est-à-dire quand je laisse des mots, des phrases, des éléments de langage surgir et se déployer dans ma pensée, je constate d'abord que ces signifiants altèrent mon sens, qu'ils forment une sorte de voile qui brouille quelque peu celui-ci, ensuite que ces deux, signifiants et sens coexistent ensemble et que je n'ai pas de problème d'interprétation parce que c'est mon sens même si je ne prends pas la peine de l'approfondir. Je ne me préoccupe pas de savoir si ces mots sont appropriés, ni si je respecte la syntaxe, ni de savoir quelle relation existe entre ces mots et mon sens, je vis d'un côté mon sens comme une suite de bulles et de l'autre les éléments de langage comme le roulement d'un petit train sans me préoccuper de savoir à quels éléments des bulles correspondent les wagons. Je suis conscient que l'expression « roulement d'un petit train » se rapporte à une expérience dans laquelle il n'y a ni roulement, ni petit train c'est un langage poétique qui possède un pouvoir de suggestion, mais c'est très flou et tout cela pourrait aussi bien être du volapük. Je me rends compte que d'une part, je crée des éléments de langage sans aucun souci de rigueur, et d'autre part je les affecte arbitrairement à mes bulles de sens. C'est un procédé que je juge totalement fantaisiste mais je suis pleinement satisfait car j'ai réussi à créer du langage alors que ce qui m'intéresse vraiment ce sont mes bulles de sens, et si un autre reçoit ce langage, qu'il se débrouille avec, ce n'est pas mon problème !