Leçons de niveau 14

Rudiments d'acoustique architecturale/Salles couplées

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Salles couplées
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Rudiments d'acoustique architecturale
Chap. préc. :Théorie d'Eyring
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Rudiments d'acoustique architecturale : Salles couplées
Rudiments d'acoustique architecturale/Salles couplées
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


On dit qu’il y a couplage acoustique entre deux locaux lorsqu’un local contenant une source (local émetteur) est placé à côté d’un autre local (local récepteur), de sorte que ce dernier reçoit de l’énergie sonore en provenance du local émetteur.


On cherche à calculer l’intensité réverbérée dans chaque local.


La surface qui sépare les locaux est appelée surface de couplage. La surface de séparation peut être virtuelle. Dans ce cas, toute l’énergie qui atteint la surface est transmise de l’autre côté. La théorie du couplage s’applique aussi dans le cas d’une fenêtre ouverte.


Soit deux salles notées 1 et 2 et soit L1 et L2 les niveaux réverbérés respectifs de ces salles. Supposons la source sonore dans la salle 1. On appelle indice d’affaiblissement brut la valeur D donnée par la formule :

Soit E1 l’énergie incidente sur la surface de couplage dans la salle 1.

Soit E2 l’énergie transmise dans la salle 2.

On appelle coefficient de transmission de la paroi la valeur τ donnée par la formule :

Le coefficient de transmission dépend de la fréquence. τ diminue lorsque la fréquence augmente.

On définit aussi l’indice d’affaiblissement R en décibels par :

Ne pas confondre D et R.

R ne dépend que de la paroi.

D dépend en plus de la configuration des salles.


Si la paroi est virtuelle (par exemple fenêtre ouverte ou loge dans un opéra) on prendra τ = 1.

On démontre et nous admettrons que dans la théorie de Sabine, on a :

  • Ir1 et Ir2 , intensité réverbérée dans les salle 1 et 2.
  • Sc , surface de couplage entre les deux salles.
  • A2 , absorption dans la salle 2.
  • τ , coefficient de transmission de la surface de couplage.


Calculons alors l’indice d’affaiblissement :


Deux cas se présente alors.


Premier cas : La paroi est virtuelle.

Dans ce cas τ = 1 et en remplaçant, on obtient :

On pourra utiliser cette formule pour calculer l’indice d’affaiblissement brut amené par une fenêtre ou pour calculer le niveau sonore dans une loge d’opéra.


Deuxième cas : Il y a un mur.

Dans ce cas l’atténuation est très élevé et Scτ est négligeable devant A2.

Il reste alors :


Parois juxtaposées.[modifier | modifier le wikicode]

La séparation entre deux pièces peut par exemple être réalisée par un mur dans lequel se trouve une porte. On peut alors être obligé de tenir compte du coefficient de transmission apportée par le mur et par la porte. On est dans le cas des parois juxtaposées.

Soit une surface de couplage constituée de n parois juxtaposées de surfaces respectives S1, S2,…Sn et de coefficient de transmission respectif τ1, τ2,… τn. Si Stot est la surface totale de la paroi, le coefficient de transmission résultant de la juxtaposition des parois est donné par :


Parois superposées.[modifier | modifier le wikicode]

Si l’on place l’une derrière l’autre n parois de même surface et de coefficient de transmission respectif τ1, τ2,… τn, on dit que ces parois sont superposées. On démontre alors et nous admettrons que le coefficient de transmission résultant de l’ensemble de ses parois est donné par :

En passant aux logarithmes, on en déduit que l’indice d’affaiblissement résultant R de l’ensemble des parois superposées est donné par :