Leçons de niveau 12

Reproduction sexuée et stabilité de l'espèce/Fécondation et méiose

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Fécondation et méiose
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Reproduction sexuée et stabilité de l'espèce
Chap. préc. :Notion de Cycle de l'espèce
Chap. suiv. :Caractéristiques spécifiques
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Reproduction sexuée et stabilité de l'espèce : Fécondation et méiose
Reproduction sexuée et stabilité de l'espèce/Fécondation et méiose
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La fécondation[modifier | modifier le wikicode]

La fusion de deux gamètes constitue la fécondation. On obtient une cellule œuf diploïde appelée zygote. Mais à chaque génération, il n'y a pas un doublement du nombre de chromosomes. Il existe un mécanisme compensateur qui réduit le nombre de chromosomes.

La méiose[modifier | modifier le wikicode]

Les deux divisions successives qui constituent la méiose s'appliquent à certaines cellules toujours diploïdes. Lors de la première division de méiose, les deux chromosomes d'une paire sont séparés. Le passage de 2n à n s’appelle la réduction chromatique. On obtient :

- 4 gamètes haploïdes chez les mammifères ;

- 4 spores haploïdes chez les champignons ascomycètes.

Conclusion[modifier | modifier le wikicode]

La méiose, en réalisant la réduction chromatique, compense la fécondation : il y a maintien du nombre de chromosomes de l'espèce. Ce sont les positions relatives entre ces deux mécanismes et la prépondérance de la phase diploïde ou haploïde qui différencient les cycles de reproduction des espèces diploïdes et haploïdes.