Leçons de niveau 13

Représentations et cartes du monde/Introduction

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Introduction
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Représentations et cartes du monde
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Histoire de la carte
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Représentations et cartes du monde : Introduction
Représentations et cartes du monde/Introduction
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Le globe terrestre de Coronelli, de quatre mètres de diamètre, offert à Louis XIV en 1683 : de vastes territoires sont encore inexplorés par les Européens. Le globe est exposé au site Tolbiac de la BNF.
Représentations et cartes du monde depuis l'Antiquité

La carte est un instrument de pouvoir, qu’il soit économique, politique ou militaire. Ces différents aspects se combinent au moment de l’essor du commerce maritime au XIIIe siècle ; pour les monarchies espagnole et portugaise la cartographie relève du secret d’État. Sur terre, la carte permet la délimitation, l’appropriation territoriale - y compris en annexant par le dessin des territoires revendiqués - et l’inventaire des richesses disponibles, en surface, ou souterraines (cartes géologiques). L’usage militaire devient prégnant au XIXe siècle, en particulier avec les progrès de l’artillerie qui supposent de « voir » l’ennemi derrière les reliefs, et de localiser précisément les objectifs ; c’est ce même usage militaire qui pousse à dissimuler certaines informations. Au XXe siècle, le contrôle sur les cartes échappe progressivement au pouvoir politique ; l’aviation, les satellites d’observation, rendent inefficaces les tentatives de dissimulation. L’informatique, couplée aux réseaux de diffusion sur l’Internet démultiplie la capacité à produire des cartes et rend celles-ci accessibles au plus grand nombre. Le « pouvoir des cartes » subsiste toutefois dans la capacité qu’elles ont à délivrer un message et appelle un nécessaire recul critique de la part du lecteur.

Une carte peut répondre à des objectifs différents : Rendre compte, donner à voir(cartes de localisation, cartes routières à priori neutres, mais qui procèdent toujours de choix de représentation), montrer, mettre en évidence,c’est-à-dire orienter le regard sur l’espace représenté dans le sens voulu par son auteur en utilisant le panel des technique cartographiques.

Discours sur le monde, la carte est aussi action sur celui-ci dont elle livre ou suggère une vision. Elle exerce de ce fait une influence sur le lecteur et utilisateur qu’elle cherche à convaincre, et plus exceptionnellement à tromper par omission ou fausses indications.

La cartographie pour l'ACI (Association Cartographie Internationale) est l’ensemble des études et des opérations scientifiques, artistiques et techniques intervenant à partir des résultats d'observations de cartes et d'autres modes d'expression, ainsi que dans leur utilisation. Donc la cartographie et tout à la fois une science, un art et une technique. Tout d’abord la cartographie est une science car ses bases sont mathématiques en ce qui concerne la détermination de la forme et des dimensions de la Terre. De plus, dans ses applications géométriques il est nécessaire à grande échelle de conserver les angles et d’utiliser donc une projection conforme. Une carte sert également à transmettre des informations sur des données localisables ( publier des informations de géographie physique, politiques, économiques, sous forme d'inventaires ou de synthèses). Elle sert aussi pour servir de support pour un message : promouvoir une région, une société, un concept. La carte devient donc un outil de diffusion clair de certaines idées suivant son ou ses auteurs et ainsi elle devient critiquable. Donc elle devient un outil de propagande, mais la carte avec la moins de propagande est celle du drapeau de l'ONU.

Drapeau de l'Organisation des Nations Unies

Problématiques[modifier | modifier le wikicode]

  • En quoi le corpus de cartes, et plus généralement, de représentations du monde, produit et conservé depuis les origines de la cartographie, témoigne-t-il de permanences dans les besoins qu’ont les hommes de se représenter et de représenter le monde, afin de le penser et d’y agir ?
  • Comment, au fil de l'exploration du monde terrestre et du cosmos, les représentations mentales et matérielles du monde se sont-elles modifiées, en lien avec les nouveaux outils scientifiques et techniques et en fonction des nouvelles conceptions de l'univers[1] ?

Proposition de plan[modifier | modifier le wikicode]

Nous passerons d’abord en revue l'évolution des représentations à travers l'histoire de la carte (première partie),
puis nous verrons qu’il y a des permanences depuis l'origine : toute carte est fausse (deuxième partie)
et qu'elle n'est toujours qu'une question de points de vue (troisième partie).

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]