Recherche:Sur l’extension des genres grammaticaux en français/sexe

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

🚧 À faire :


Josée Gauthier en 1988 explique que le genre sexiste est celui qui repose sur un stéréotype social[1] dont l’influence psycho-linguistique interfère autant sur les représentations des locuteurs, que sur les associations énonciatives qui confinent à l’idiotisme, et sur l’évolution générale de la langue. Son exposé prend entre autres exemples une citation de Benoîte Groulx qui en 1975 auto-critique un lapsus que l’usage lui suggérait pour son expression dans Ainsi soit-elle :

L'Atlantique n'a pas de ces caprices... j'allais dire féminins. À quel point le language nous contraint à mal penser: le caprice est féminin, comme l'orme est déculaire.

Raoul de La Grasserie en 1904 n’hésite pas à évoquer le terme de genre présexuel, pour mettre en relief l’apparition qu’il estime historiquement tardive de la notion de sexualité dans la grammaire, et qu’il suppose initialement purement lexical et sans impact grammatical contrairement au biotique et au logistique. À l’inverse il emploi le terme de genre sexualiste la notion de genre couplé à une détermination en lien avec la sexualité[2].

Nicole-Claude Mathieu en 1998 dans Remarques sur la personne, le sexe et le genre rappelle que le mode de liaison entre sexe et genre peut varier selon les sociétés et que ce mécanisme culturel impose en réalité, par des moyens plus ou moins forts selon les sociétés, un genre permanent[3]. Elle fourni aussi une analyse de la sexuation en définissant le verbe dont dérive ce substantif qui en indique l’action, repris ci-après avec ajout d’emphases :

Sexuer un humain c’est certes annoncer s’il est mâle ou femelle, mais aussi se demander comment une personne d’un certain « sexe » s’est constituée de la conjontion de deux sexes différents et, au-delà, de la conjonction (ou non) des « héritages » (quel qu’en soit le sens pour chaque société) respectifs du côté paternel et du côté maternel de la parenté, et cela représente des enjeux parfois considérables. […] Nous abordons ici plus directement la personne sociale, et donc entre autres la question du « sexe social » […] et du genre. En même temps que la personne est élaborée corporellement et historiquement (par exemple, « ce bébé garçon a tout de sa grand-mère » ou « en cette petite fille se réincarne son grand-oncle »), un ensemble de comportements, d’attitudes, de tâches, de fonctions, etc. lui est réservé - une sexuation sociale, une grammaire (d’où le terme gender « genre ») où elle ne devra pas faire de fautes.

Aussi en ce sens le genre sexuant, qui se rapporte lexicalement au participe présent de sexuer, c’est la catégorie qui réfère à des conventions biosociales.

Véronique Perry énonce en 2006 que le genre en tant qu'instrument de catégorisation de l'univers référentiel, touche au cœur de l'identité personnelle et conditionne l'inscription de l'individu dans la sphère sociale[4]. Et dans la part la plus intime de la vie humaine se trouvent le sujet de la sexualité, en tant que type biologique, type social, type de relations amoureuses, charnelles et libidinales. À cela s’ajoute l’enjeu systémique de contrôle de la natalité dans la gouvernance politique de l’évolution démographique, point capital dans l’organisation étatique[5][6][7]. Tous ces sujets sont aussi nettement distinguables que nettement perméables et allégrement amalgamés dans le déluge de propos qui leurs sont publiquement consacrés. Couplé à la porosité entre notion de genre et de sexe ainsi qu’à l’hypothèse largement discouru de l’avènement de sociétés individualistes[8][9][10][11], il n’est guère étonnant de constater une prégnance prépondérante de l’analyse du genre sous le prisme de la sexualité dans la littérature.

Pour l’énoncer très clairement, le regroupement de tous ces qualificatifs autours de la sexualité dans cette unique setion ne vise pas à ajouter à la confusion, mais à relever cet état de fait et à en démêler ces différentes parts d’un seul tenant plutôt qu’éluder l’existence de cet imbroglio. Cela ne couvrira possiblement pas tous les cas, puisque l’autorat francophone ne manque pas d’inspiration pour explorer des qualificatifs autours de cette notion.

Il y a donc d’une part le genre sexué, lié à une condition biologique supposée composante inhérente de l’individu, indépendamment de tout cadre culturel et social. Quitte à énoncer une banalité, il est évident que nul n’étant effectivement en mesure de juger hors de ses propres cadres représentationnels, il s’agit en pratique d’un socle jugé ici suffisamment consensuel pour ne pas s’y attarder plus avant.

D’amblé il peut être noté que pour de simple considérations pratiques, aucune typologie de genre en usage ne propose autant de genres grammaticaux que de types biologiques de sexe. En effet, en s’éloignant des problématiques purement anthropocentriques, pour certaines espèces la biologie contemporaine distingue des milliers de sexe[12][13][14]. Aligner le trait du genre des langues sur la diversité biologique s’avérerait si ce n’est impossible, logistiquement complexe.

La biologiste Anne Fausto-Sterling a largement participé à populariser la question de la diversité des sexes assignables à l’humain et au thème de l’intersexuation par la publication en 1993 de son article Les Cinq Sexes[15]. Elle en précisera d’ailleurs l’intention non limitante, mais fondatrice de repères sur un spectre indéfiniment large et dans un niveau de granularité arbitraire lors d’une rétrospective en 2000[16].

Le genre sexuant, correspond au stéréotype sexuel socialement assigné à un individu, par lui-même et les autres, à travers un acte de sexuation. Entre autres adjectifs correspondant se trouvent allosexuel, altersexuel, bispirituel, cisgenre, trans, LBGT, queer[17].

Le genre sexualisant correspond à la catégorie résulante de la sexualisation d’une personne, c’est à dire par attribution ou reconnaissance de développement des caractéristiques associées aux traits sexuels.

Le terme sexual, plutôt que genre sexuel est employé par Jean Laplanche ou que de substantiver sexuel, pour définir une notion psychanalytique freudienne trouvant son fondement dans le refoulement, l’inconscient, le fantasme[18].

Pour aller plus loin sur ces thèmes, il sera possible de consulter les autres ressources afférentes qui ont influé de manière plus nébuleuse sur la présente section[19][20][21][22][23][24][25][26][27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42][43][44][45][46][47][48][49][50][51][52][53][54][55][56][57][58][59][60][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][72][73][74][75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88].

  1. (en) « Bibliothèque virtuelle Canada », sur bv.cdeacf.ca (consulté le 1er janvier 2022)
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :1
  3. Nicole-Claude Mathieu, « Remarques sur la personne, le sexe et le genre », Gradhiva : revue d'histoire et d'archives de l'anthropologie, vol. 23, no  1, 1998, p. 47–60 [texte intégral (page consultée le 2021-08-26)]
  4. Véronique Perry, « Catégories du genre linguistique et performativité : pour une expérimentation des « identités contextuelles de genre » en classe d'anglais », Éla. Études de linguistique appliquée, vol. 142, no  2, 2006, p. 201 (ISSN 0071-190X et ISSN 1965-0477) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  5. Charles Lejeune, « A propos de la natalité en France », Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, vol. 3, no  1, 1902, p. 312–315 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  6. Paul-André Rosental, « Politique familiale et natalité en France : un siècle de mutations d’une question sociétale », Santé, Société et Solidarité, vol. 9, no  2, 2010, p. 17–25 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  7. Roland Pressat, « La baisse de la natalité en Chine », Population, vol. 34, no  3, 1979, p. 705–707 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  8. « Il était une fois la société individualiste », sur Pratiques Sociales, (consulté le 25 août 2021)
  9. « Individualisme et société : pour le meilleur ou pour le pire ? - Centre de formation Cardijn », sur www.cefoc.be (consulté le 25 août 2021)
  10. Camille Tarot, « Individu, société et individualismes », Essaim, vol. 12, no  1, 2004, p. 85 (ISSN 1287-258X et ISSN 1776-2839) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  11. « L'hyper-individualisme dans notre société », sur AgoraVox, (consulté le 25 août 2021)
  12. Laurent Hili, « Le genre à l’épreuve de la biologie | Genres » (consulté le 30 mai 2021)
  13. « Combien y a-t-il de sexes? », sur CNRS Le journal (consulté le 30 mai 2021)
  14. Caspar,. Henderson et Golbanou,. Moghaddas, L' incroyable bestiaire de Monsieur Henderson, Les belles lettres, Imp. 2014, cop. 2014 (ISBN 978-2-251-44508-3 et 2-251-44508-0) (OCLC 897742736) [lire en ligne] 
  15. (en) Anne Fausto-Sterling, « The Five Sexes », The Sciences, vol. 33, no  2, 1993, p. 20–24 (ISSN 2326-1951) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  16. (en) Anne Fausto-Sterling, « The Five Sexes, Revisited », The Sciences, vol. 40, no  4, 2000-07-08, p. 18–23 [résumé, texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  17. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :20
  18. Laplanche Jean, « IX. Le genre, le sexe, le sexual [*] », dans : , Sexual. La sexualité élargie au sens freudien, sous la direction de Laplanche Jean. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Quadrige », 2014, p. 153-193. URL : https://www.cairn.info/sexual--9782130630302-page-153.htm
  19. Gabrielle Houbre, « Dans l'ombre de l'hermaphrodite : hommes et femmes en famille dans la France du XIXe siècle », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, Liens familiauxre série, no  34, 2011, p. 85–104 [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  20. Gabrielle Houbre, « Un corps sans sexe ? Un procès en nullité de mariage et un verdict confondants dans la France du XIXe siècle », Corps & psychisme : recherches en psychanalyse et sciences, Enjeux du féminin et médecine contemporainere série, no  69, 2016, p. 133–142 [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  21. Francesc Muñoz-Muñoz, Josep Ramoneda, Nonito Pagès et Núria Pujol, « Is the morphology of Culicoides intersexes parasitized by mermithid nematodes a parasite adaptation? A morphometric approach to Culicoides circumscriptus (Diptera: Ceratopogonidae) », Journal of Invertebrate Pathology, vol. 135, 2016, p. 1–9 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  22. Naima Anka-Idrissi, Fanny Gallot et Gaël Pasquier, Enseigner l'égalité filles-garçons, Dunod, coll. « La boite à outil du professeur », 2018 [lire en ligne] 
  23. Manuel Tostain et Joëlle Lebreuilly, « L'influence de l'activation des rapports intersexes sur les choix en faveur de la famille, du travail, du bénévolat ou des loisirs personnels », Pratiques Psychologiques, vol. 12, no  3, 2006, p. 331–345 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  24. Noémie Marignier, « Nommer les variations du développement du sexe : problèmes éthiques », Les cahiers de praxématique, Corpus sensiblesre série, no  59, 2015, p. 149–164 [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  25. Julie Abbou, Maria Candea, Alice Coutant et Mona Gérardin-Laverge, « GLAD! revue féministe et indisciplinée. Un projet scientifique, éditorial et politique », GLAD! Revue sur le langage, le genre, les sexualités, no  1, 2016-12, p. [En ligne] [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  26. Julie Abbou, Maria Candea, Alice Coutant et Mona Gérardin-Laverge, « Introduction #2 », GLAD! Revue sur le langage, le genre, les sexualités, vol. 2, 2017, p. https://www.revue–glad.org/567# [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  27. Noémie Marignier, « Pour l'intégration du concept d'agency en analyse du discours », Langage et Société, vol. N°170, no  2, 2020-06, p. 15–37 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  28. Noémie Marignier, « Les “ énonciations de privilèges ” dans le militantisme féministe en ligne : description et critique », Argumentation et Analyse du Discours, Nouvelles argumentations féministesre série, no  18, 2017 [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  29. Noémie Marignier, « Les matérialités discursives du sexe », {{{périodique}}}, Université Paris 13 - Sorbonne Paris Cité, 2016-11 [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  30. Noémie Marignier, « « Gay ou pas gay ? » Panique énonciative sur le forum jeuxvideo.com », Genre, sexualité et société, no  17, 2017-06-01 (ISSN 2104-3736) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  31. Noémie Marignier, « La prolifération des catégories de l'identité sexuelle : enjeux politico-discursifs », L'homme et la société, 2018 [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  32. Noémie Marignier, « Les savoirs sur les pratiques langagières féministes et LGBTQI entre académie et militantisme », Cahiers de l'ILSL, 2019 [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  33. Noémie Marignier. Les matérialités discursives du sexe : la construction et la déstabilisation des évidences du genre dans les discours sur les sexes atypiques. Linguistique. Université Sorbonne Paris Cité, 2016. Français. ⟨NNT : 2016USPCD057⟩. ⟨tel-02116101
  34. Julie Abbou et Noémie Marignier, Dire et dédire les hétérosexualités, vol. 3, GSL, 2017 [lire en ligne] 
  35. Julie Abbou et Noémie Marignier, « Travailler sur les heterosexualites au prisme du langage », GLAD! Revue sur le langage, le genre, les sexualités, Hétérosexualités : Dire et dédire les hétérosexualitésre série, vol. 3, 2017, p. https://www.revue–glad.org/861# [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  36. Julie Abbou, Aron Arnold et Noémie Marignier, « Introduction Le genre, lieu discursif de l’hétérogène », Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, no  44, 2018-05-24 (ISSN 0761-2990) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  37. Julie Abbou, « L'antisexisme linguistique dans les brochures libertaires : pratiques d'écriture et métadiscours », {{{périodique}}}, Université de Provence - Aix-Marseille I, 2011-11-05 [texte intégral (page consultée le 2021-08-25)]
  38. « Qui sommes-nous ? », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 25 août 2021)
  39. Anne-Marie Houdebine-Gravaud, « Trente ans de recherche sur la différence sexuelle, ou Le langage des femmes et la sexuation dans la langue, les discours, les images », Langage et société, vol. 106, no  4, 2003, p. 33 (ISSN 0181-4095 et ISSN 2101-0382) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  40. Entretien Mené, Karine Berthelot-Guiet et Stéphanie Kunert, « Linguistique, sémiologie et sexuation : entretien avec Anne-Marie Houdebine », Communication & langages, vol. 2013, no  177, 2013-09, p. 111–124 (ISSN 0336-1500) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  41. Marie-Ève Damar, « De la polymorphie du purisme linguistique sur l'Internet », Langage et société, vol. 131, no  1, 2010, p. 113 (ISSN 0181-4095 et ISSN 2101-0382) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  42. Turbiau Aurore, « Traversées québécoises en littérature féministe : influences états-uniennes et françaises », Revue de littérature comparée, 2020/3 (n° 375), p. 297-316. DOI : 10.3917/rlc.375.0046. URL : https://www.cairn.info/revue-de-litterature-comparee-2020-3-page-297.htm
  43. Fatou Dame Loum, « Sport et femmes sénégalaises : significations sociales de la pratique sportive », Présence Africaine, vol. 183, no  1, 2011, p. 133 (ISSN 0032-7638 et ISSN 2271-197X) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  44. « Lire », Sciences Humaines, vol. N°119, no  8, 2001-08-01, p. 57–57 (ISSN 0996-6994) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  45. Hadrien Clouet, « Maria Candea et Laélia Véron, Le français est à nous ! Petit manuel d’émancipation linguistique. Paris, La Découverte, 2019 », Mots. Les langages du politique, no  123, 2020-09-10, p. 123–129 (ISSN 0243-6450) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  46. Chiss Jean-Louis, David Jacques, « Chapitre 10. Les rectifications de l’orthographe et la formation des enseignants », dans : , Didactique du français. Enjeux disciplinaires et étude de la langue, sous la direction de Chiss Jean-Louis, David Jacques. Paris, Armand Colin, « U », 2018, p. 303-309. DOI : 10.3917/arco.chiss.2018.01.0303. URL : https://www.cairn.info/didactique-du-francais--9782200622343-page-303.htm
  47. Luca Greco, « Les recherches linguistiques sur le genre : un état de l'art », Langage et société, vol. 148, no  2, 2014, p. 11 (ISSN 0181-4095 et ISSN 2101-0382) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  48. Viennot Éliane, « Chapitre III. Un monde nouveau : les femmes et leurs écrits », dans : Martine Reid éd., Femmes et littérature. Une histoire culturelle, I. Paris, Gallimard, « Folio Essais », 2020, p. 325-434. URL : https://www.cairn.info/femmes-et-litterature--9782070465705-page-325.htm
  49. Anne-Marie Houdebine, « 8. De l’écriture du féminin », dans Des femmes et de l'écriture, Editions Karthala, (DOI 10.3917/kart.boust.2006.01.0099, lire en ligne), p. 99
  50. Martine Fournier, « Jusqu'où féminiser la langue ? », Sciences Humaines, vol. N° 301, no  3, 2018-03-01, p. 22–22 (ISSN 0996-6994) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  51. Angelo Scola, « Mariage et famille à la lumière de l'anthropologie et de l'Eucharistie », Nouvelle revue théologique, vol. 136, no  4, 2014, p. 549 (ISSN 0029-4845) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  52. George Sand, « 14. Genre sexué/genre littéraire : la nouvelle de Sand », dans Effets du féminin, Editions Karthala, (DOI 10.3917/kart.boust.2003.02.0193, lire en ligne), p. 193
  53. Pierre Zoberman, « Textes anciens, nouveaux corpus », Le français aujourd'hui, vol. 172, no  1, 2011, p. 25 (ISSN 0184-7732 et ISSN 2107-0857) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  54. Pavis Patrice, « P », dans : , Dictionnaire de la performance et du théâtre contemporain. sous la direction de Pavis Patrice. Paris, Armand Colin, « U », 2018, p. 251-322. DOI : 10.3917/arco.pavis.2018.01.0251. URL : https://www.cairn.info/dictionnaire-de-la-performance-et-du-theatre--9782200617271-page-251.htm
  55. Elisa Raschini, « 1 brybry dans le bidou . Le vocabulaire des forums sur la grossesse et la procréation médicalement assistée : représentations de la norme et communautés », Langage et société, vol. 159, no  1, 2017, p. 23 (ISSN 0181-4095 et ISSN 2101-0382) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  56. « 3. Fabrication du genre et identité héroïque entre légende et culte : la création politique de Thésée par Bacchylide », dans : , Pratiques poétiques de la mémoire. Représentations de l’espace-temps en Grèce ancienne, sous la direction de Calame Claude. Paris, La Découverte, « TAP / série histoire contemporaine », 2006, p. 143-194. URL : https://www.cairn.info/pratiques-poetiques-de-la-memoire--9782707147982-page-143.htm
  57. « Comptes rendus », Revue de littérature comparée, vol. 351, no  3, 2014, p. 357 (ISSN 0035-1466 et ISSN 1965-0264) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  58. Carmen Boustani, Aux frontières des deux genres : en hommage à Andrée Chedid, Karthala, 2003 (ISBN 2-84586-432-9 et 978-2-84586-432-0) (OCLC 53297302) [lire en ligne] 
  59. Boustani Carmen, « 7. Différence sexuelle », dans : , Oralité et gestualité. La différence homme/femme dans le roman francophone, sous la direction de Boustani Carmen. Paris, Karthala, « Lettres du Sud », 2009, p. 247-259. URL : https://www.cairn.info/oralite-et-gestualite--9782811102555-page-247.htm
  60. « Comptes rendus », Romantisme, vol. n°189, no  3, 2020, p. 129 (ISSN 0048-8593 et ISSN 1957-7958) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  61. Priscille Touraille, « L'indistinction sexe et genre, ou l'erreur constructiviste », Critique, vol. n° 764-765, no  1, 2011, p. 87 (ISSN 0011-1600 et ISSN 1968-3901) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  62. « Comptes rendus et notes de lecture », Revue d'histoire littéraire de la France, vol. 112, no  4, 2012, p. 963 (ISSN 0035-2411 et ISSN 2105-2689) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  63. Pierre Fiala et Gabrielle Varro, « Mixités : tensions discursives ou rupture linguistique ? », Langage et société, vol. 121-122, no  3, 2007, p. 215 (ISSN 0181-4095 et ISSN 2101-0382) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  64. Isabelle Smadja et Pierre Bruno, « Évaluer le sexisme d'une œuvre : nécessité et difficulté », Le français aujourd'hui, vol. 163, no  4, 2008, p. 29 (ISSN 0184-7732 et ISSN 2107-0857) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  65. Xavier Giudicelli, « Illustrer The Picture of Dorian Gray : les paradoxes de la représentation », Études anglaises, vol. 62, no  1, 2009, p. 28 (ISSN 0014-195X et ISSN 1965-0159) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  66. Carmen Boustani, Oralité et gestualité : la différence homme-femme dans le roman francophone, Karthala, 2009 (ISBN 978-2-8111-0255-5 et 2-8111-0255-8) (OCLC 436844367) [lire en ligne] 
  67. Boustani Carmen, « 7. Différence sexuelle », dans : , Oralité et gestualité. La différence homme/femme dans le roman francophone, sous la direction de Boustani Carmen. Paris, Karthala, « Lettres du Sud », 2009, p. 247-259. URL : https://www.cairn.info/oralite-et-gestualite--9782811102555-page-247.htm
  68. Anne-Marie Houdebine, « De l’imaginaire linguistique à l’imaginaire culturel », La linguistique, vol. 51, no  1, 2015, p. 3 (ISSN 0075-966X et ISSN 2101-0234) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  69. Véronique Perry, « Catégories du genre linguistique et performativité : pour une expérimentation des « identités contextuelles de genre » en classe d'anglais », Éla. Études de linguistique appliquée, vol. 142, no  2, 2006, p. 201 (ISSN 0071-190X et ISSN 1965-0477) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-25)]
  70. Cypris Marie Édith, « Épisexe. Nouvelles problématiques transsexuelles. Questions éthiques », dans : , Mémoires d’une transsexuelle. La belle au moi dormant, sous la direction de Cypris Marie Édith. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Souffrance et théorie », 2012, p. 271-330. URL : https://www.cairn.info/memoires-d-une-transsexuelle--9782130592402-page-271.htm
  71. Éric Macé, « Ce que les normes de genre font aux corps / Ce que les corps trans font aux normes de genre », Sociologie, vol. 1, no  4, 2010, p. 497 (ISSN 2108-8845 et ISSN 2108-6915) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-26)]
  72. Aron Arnold, « Voix et transidentité : changer de voix pour changer de genre ? », Langage et société, vol. 151, no  1, 2015, p. 87 (ISSN 0181-4095 et ISSN 2101-0382) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-26)]
  73. Michel Arrivé, Le linguiste et l'inconscient, Presses universitaires de France, 2008 (ISBN 978-2-13-056977-0 et 2-13-056977-3) (OCLC 429501445) [lire en ligne] 
  74. Daria Toussaint et Mustapha Krazem, « Genre grammatical, genre sexuel et genre de discours : à propos du .e », Cahiers de praxématique, no  69, 2017-12-31 (ISSN 0765-4944) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-08-26)]
  75. Raoul de la Grasserie, « DE L'EXPRESSION DE L'IDÉE DE SEXUALITÉ DANS LE LANGAGE », Revue Philosophique de la France et de l'Étranger, vol. 58, 1904, p. 225–246 (ISSN 0035-3833) [texte intégral (page consultée le 2021-08-26)]
  76. Gabrielle Houbre, « Un « sexe indéterminé » ? : l’identité civile des hermaphrodites entre droit et médecine au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle. Société d'histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle, no  48, 2014-06-01, p. 63–75 (ISSN 1265-1354) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-19)]
  77. Marine Bachelot Nguyen, « Décoloniser son théâtre à tâtons », Tumultes, vol. 48, no  1, 2017, p. 127 (ISSN 1243-549X et ISSN 2118-2892) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-19)]
  78. Jean-Pierre Vidal, « De la déconstruction de la différence des sexes à la « neutralisation des sexes », pour une société « postsexuelle » ! », Connexions, vol. 90, no  2, 2008, p. 123 (ISSN 0337-3126 et ISSN 1776-2804) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-19)]
  79. Cécile MATHIEU, « Sexe et genre féminin : origine d'une confusion théorique », La linguistique, vol. 43, no  2, 2007, p. 57 (ISSN 0075-966X et ISSN 2101-0234) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-07-03)]
  80. Marie Loison-Leruste, Gwenaëlle Perrier et Camille Noûs, « Introduction. Le langage inclusif est politique : une spécificité française ? », Cahiers du Genre, vol. n°69, no  2, 2020, p. 5 (ISSN 1298-6046 et ISSN 1968-3928) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-02)]
  81. Auteur RebellesDuGenre, « LGBTQ », sur Rebelles du Genre (consulté le 2 janvier 2022)
  82. Keivan Djavadzadeh, « Trouble dans le gangsta-rap : quand des rappeuses s’approprient une esthétique masculine », Genre, sexualité & société, no  13, 2015-06-01 (ISSN 2104-3736) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-02)]
  83. Pape Momar Niang et Rasha Nagem, « Les cyberviolences genrées, sexistes et sexuelles chez les jeunes », Terminal. Technologie de l'information, culture & société, no  123, 2018-12-31 (ISSN 0997-5551) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-02)]
  84. Laurence Kaufmann, « Le singulier, le pluriel et le général: L’espace public à l’épreuve des figures de la singularité », SociologieS, 2019-05-23 (ISSN 1992-2655) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-02)]
  85. Sophie Torrent, « Devenir « une belle jeune fille » : construction du genre dans les cours d’éducation sexuelle dispensés à des filles en situation de handicap », Genre, sexualité et société, no  19, 2018-06-01 (ISSN 2104-3736) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-02)]
  86. Micheline Beauregard, « Féminisme et sémiotique greimassienne : deux problématiques aussi irréconciliables que réalité et fiction? », Recherches féministes, vol. 2, no  2, 1989, p. 147–156 (ISSN 0838-4479 et ISSN 1705-9240) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-13)]
  87. Claudine Baudoux et Albert Noircent, « Mobilité de sexe et réussite scolaire au collégial », Revue des sciences de l'éducation, vol. 24, no  2, 1998, p. 355–378 (ISSN 0318-479X et ISSN 1705-0065) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-14)]
  88. Françoise Collin, « Introduction : Sexes et savoir », Les cahiers du GRIF, vol. 37, no  1, 1988, p. 5–7 [texte intégral (page consultée le 2022-01-14)]