Aller au contenu

Recherche:Sur l’extension des genres grammaticaux en français/psychologique

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.

Comme le synthétise Colette Chiland, psychiatre, professeure des universités en psychologie clinique et psychanalyste française, dans Les mots et les réalités parut en 2011 :

L’identité sexuée peut être considérée sur trois plans : biologique, psychologique et social. Le terme « identité de genre » est lié à la distinction faite entre sexe biologique et genre psychologique et social. Les adjectifs qui correspondent au sexe sont mâles et femelles, ceux qui correspondent au genre sont masculins et féminins[1].

Dont acte, féminin et masculin sont des genres psychologiques, femelle et mâle s’emploient pour la biologie et la société se charge de tisser des liens entre ces deux aspects représentationnels, inter alia. Il s’agit bien sûr d’un découpage qui ne saurait prétendre avoir ses points faibles, pourvoir à toutes les nuances et assurer l’absence de frontières forts poreuses. Et de fait dans la littérature le genre rapporté au sexe se voit tour à tour considéré comme phénomène biosocial[2][3], biopsychique[4], psychosocial[5][6] ou encore biopsychosocial[7]. Et le genre psychologique peut se voir évoqué dans des considérations sans rapport spécifique au sexe, comme le fait d'endosser autorité sociale justifiée par l’expertise, ou légitimée par la reconnaissance d’un rôle familial, hiérarchique, politique[8][9][10][11]. Toutes ces réserves étant émises, le genre psychologique dans sa considération grammaticale pourra donc être défini comme :

👉 forme de genre grammatical où le référé est désigné dans une formulation visant à insister sur un trait de caractère psychologique distinctif attribué à la personne topique par le prisme d’un stéréotype social.

En 2017 dans Liens entre genre psychologique, estime de soi corporelle et interactions enseignant d’EPS-élèves en lycée professionnel Julien Moniotte, Vincent Druel et Clément Ségura mettent en lumière le Bem Sex Role Inventory (BSRI) mit au point par Sandra Bem[12]. Celui-ci permet de mesurer le degré d'endossement d'un rôle sexuel par l'attitude ostentatoire qu’adopte un individu vis-à-vis de traits saillants connotés : alignement, indifférence ou rejet. Dans cette étude seul féminin et masculin sont envisagés, en indiquant que les typés féminins sont les individus qui endossent les traits connotés féminins tout en rejetant les traits masculins, et inversement pour les typés masculins, tandis que les typés androgynes endossent simultanément les traits des deux catégories et que les typés non-différenciés rejettent globalement l'ensemble de ces traits. Mais l'analyse qu’ils proposent n’évoque pas de classification pour les individus qui se montrent indifférents au suivi de ces traits, pas plus qu’il n'aborde le sujet de la transsexualité ou d'autres genres reconnus ou non dans le cadre social où vie la personne.

La variabilité culturelle de ces catégories est au moins mentionnée dans La personnalité de la marque, outil stratégique sur le marché du prêt-à-porter féminin publié de Joël Gouteron en 2006[13]. L'étude y évoque notamment la publication de Barbara Stern et ses collègues en 1987 comme source de méthode classificatoire prenant en compte quatre items[14] :

  • le genre émotionnel, relatif à la la sensibilité ;
  • le genre biologique, relatif à l’apparence physique ;
  • le genre sociétal, relatif aux occupations ;
  • le genre cognitif, relatif aux centres d’intérêt.

Pour Ray Brassier, s’inscrivant dans la ligné de Wilfrid Sellars, ce sont croyances, désirs, intentions et entités similaires qui constituent les genres psychologiques fondamentaux dont doit rendre compte toute théorie de la connaissance[15].

Dans Différence des sexes ou distinction sexe/genre paru en 2011 Jean-Baptiste Marchand résume avec clarté les origines des études de genre qui ont connu un vaste succès dans la sphère anglophone à partir de 1955, à la suite notamment de John Money psychologue américain, Robert Jesse Stoller son compatriote psychanalyste et Milton Diamond, professeur d’anatomie et de biologie de la reproduction à l’université de Hawaï[16]. Il synthétise ensuite les contributions au sujet faite par l’ethnographie, en évoquant notamment le cas des cultures Inuits et des berdaches où à cours un statut social pour des personnes se situant en-dehors de la dichotomie homme/femme ou permettant à ces personnes de vivre dans le rôle du sexe opposé. L’article consacre également une pleine section à Judith Butler, philosophe, professeur de rhétorique et de littérature comparée à l’université de Berkeley et Jean Laplanche, philosophe et psychanalyste français, ainsi qu’à Colette Chiland déjà évoqué précédemment. Sans rentrer dans les détails, toutes ces approches toutes ces approches sont largement centré sur la notion de sujet psychologique. C’est également le cas des cinquante années depuis l’introduction de la notion de genre que le même article décris à vol d’oiseau avant de remarquer dans sa conclusion que selon les auteurs, le genre est comportemental, identitaire, cérébral, culturel ou sociopolitique.

Si toutes ces études tendent à influencer la notion de genre grammatical en y transférant la critique du binarisme biopsychosocial dont la langue cristalliserait le primat, certaines publications n’en conclut pas moins que le je de l’interlocution n’a ni sexe, ni genre ; c’est en tout cas ce que soutient Irène Théry dans Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? parut en 2010[17].

Reste à déterminer comment coordonner genre psychologique et genre grammatical. Dans une perspective échelonnante, les deux évidentes solutions seraient de faire de l’un le sous-genre de l’autre. Les deux peuvent aussi être alternativement conçu comme genre de première et seconde articulation selon les besoins : la grammaire fille de la psychologie pour étudier le langage dans une perspective de psychogénèse, la psychologie fille de la grammaire dans l’indispensable articulation claire des idées qu’elle entend exposer dans un discours à la syntaxe réglée selon des conventions explicites. Le tout pouvant faire l’objet d’ambitions synthétisantes dans des théories de co-construction et co-évolution qui l’une dans l’autre tente chacune à sa façon de modéliser une facette de la masse protéiforme du mental. De telles visées dépassant de très loin le cadre de la présente recherche, c’est uniquement l’approche qui considère le genre psychologique comme sous-genre du genre grammatical qui sera retenu comme volet d’exploration.

Il faut noter au passage l’emploi fréquent de genre psychologique comme catégorie littéraire[18][19][20][21][22][23], avec dans des cas extrême comme la Princesse de Clèves où la bascule du genre d’un personnage durant l’écriture est invoqué dans sa classification littéraire[24][25].

Pour aller plus loin sur les notions annexes, il est recommandé de consulter les références afférentes[26][27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42][43][44][45][46][47].

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Colette Chiland, « Les mots et les réalités », L'information psychiatrique, vol. 87, no  4, 2011, p. 261 (ISSN 0020-0204 et ISSN 1952-4056) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  2. Isabelle Clair, « Pourquoi penser la sexualité pour penser le genre en sociologie ?: Retour sur quarante ans de réticences », Cahiers du Genre, vol. 54, no  1, 2013, p. 93 (ISSN 1298-6046 et ISSN 1968-3928) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  3. Ilana Löwy et Hélène Rouch, « Genèse et développement du genre : les sciences et les origines de la distinction entre sexe et genre », Cahiers du Genre, vol. 34, no  1, 2003, p. 5 (ISSN 1298-6046 et ISSN 1968-3928) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  4. Juana María González Moreno, « Les lois intégrales contre la violence à l’égard des femmes en Espagne. Une analyse à partir de la théorie juridique féministe », Nouvelles Questions Féministes, vol. Vol. 28, no  2, 2009-06-01, p. 12–23 (ISSN 0248-4951) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  5. Jean-Baptiste Marchand, « Différence des sexes ou distinction sexe/genre », dans Le sexuel, ses différences et ses genres, EDK, Groupe EDP Sciences, (DOI 10.3917/edk.chaud.2011.01.0039, lire en ligne), p. 39
  6. Sébastien Chapellon et Élisabeth Gontier, « L’identité sexuée : une construction intersubjective ? », Le Divan familial, vol. 36, no  1, 2016, p. 77 (ISSN 1292-668X et ISSN 2118-1942) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  7. « La douleur dépend-elle du genre ? - Is pain gender-specific? », sur www.edimark.fr, (consulté le 22 décembre 2021)
  8. Pierre Steiner, « Wittgenstein : de l’action à l’expression », Archives de Philosophie, vol. 82, no  2, 2019, p. 361 (ISSN 0003-9632 et ISSN 1769-681X) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  9. Annette Mülberger, « Marginalisation de la parapsychologie et du spiritisme dans le discours scientifique en Espagne », L'Homme et la société, vol. 167-168-169, no  1, 2008, p. 101 (ISSN 0018-4306 et ISSN 2101-0226) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  10. Wilfried Lignier, La petite noblesse de l’intelligence, La Découverte, 2012 (ISBN 978-2-7071-7307-2) [lire en ligne] 
  11. Wilfried Lignier, « La cause de l'intelligence », Politix, vol. n° 94, no  2, 2011, p. 179 (ISSN 0295-2319 et ISSN 1953-8286) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  12. Julien Moniotte, Vincent Druel et Clément Ségura, Liens entre genre psychologique, estime de soi corporelle et interactions enseignant d'EPS-élèves en lycée professionnel, 2017-01 [lire en ligne] 
  13. Joël Gouteron, « La personnalité de la marque, outil stratégique sur le marché du prêt-à-porter féminin », La Revue des Sciences de Gestion, vol. 222, no  6, 2006, p. 47 (ISSN 1160-7742 et ISSN 1760-6136) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-22)]
  14. (en) Barbara B. Stern, Benny Barak et Stephen J. Gould, « Sexual identity scale: A new self-assessment measure », Sex Roles, vol. 17, no  9-10, 1987-11, p. 503–519 (ISSN 0360-0025 et ISSN 1573-2762) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-22)]
  15. Brassier Ray, « Chapitre 1. L'Apoptose de la croyance », dans : , Le néant déchaîné. Lumières et extinction, sous la direction de Brassier Ray. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « MétaphysiqueS », 2017, p. 23-67.
  16. Jean-Baptiste Marchand, « Différence des sexes ou distinction sexe/genre », dans Le sexuel, ses différences et ses genres, EDK, Groupe EDP Sciences, (DOI 10.3917/edk.chaud.2011.01.0039, lire en ligne), p. 39
  17. Irène Théry, « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? », Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, no  171, 2010-07-01, p. 103–117 (ISSN 0556-7807) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-07)]
  18. « ⇒ Top 5 Manga psychologique : liste des meilleurs mangas Psycho », sur Goodies Manga (consulté le 20 janvier 2022)
  19. « Le corps | Sophie lit », sur Sophielit.ca (consulté le 20 janvier 2022)
  20. Katherine Roberts, « Découvrir, fonder, survivre : les romans historiques de Laure Conan », Voix et Images, vol. 24, no  2, 1999, p. 351–371 (ISSN 0318-9201 et ISSN 1705-933X) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-20)]
  21. Katherine Roberts, « Découvrir, fonder, survivre : les romans historiques de Laure Conan », Voix et Images, vol. 24, no  2, 1999, p. 351–371 (ISSN 0318-9201 et ISSN 1705-933X) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-20)]
  22. « Chronique — Kroniek », Revue belge de Philologie et d'Histoire, vol. 42, no  1, 1964, p. 205–379 [texte intégral (page consultée le 2022-01-20)]
  23. Élie Scheid, « Le plan d’un cours de lecture », Revue pédagogique, vol. 50, no  1, 1907, p. 401–417 [texte intégral (page consultée le 2022-01-20)]
  24. Pierre Malandain, « Écriture de l'histoire dans la Princesse de Clèves », Littérature, vol. 36, no  4, 1979, p. 19–36 (ISSN 0047-4800) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-20)]
  25. « La Princesse de Clèves | Superprof », sur Superprof Ressources (consulté le 20 janvier 2022)
  26. Marie-Hélène Bourcier, « Technotesto : biopolitiques des masculinités tr(s)ans hommes », Cahiers du Genre, vol. 45, no  2, 2008, p. 59 (ISSN 1298-6046 et ISSN 1968-3928) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  27. Jean-Pierre Deconchy, « Les Méthodes en psychologie de la religion. Leur évolution récente / Methods in Psychology of Religion. Current Trends. », Archives de sciences sociales des religions, vol. 63, no  1, 1987, p. 31–83 (ISSN 0335-5985) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-20)]
  28. Thomas Prieur, « Étude sur les représentations sociales du genre des personnes trans' », {{{périodique}}}, 2018-10-07, p. 43 [texte intégral (page consultée le 2022-01-20)]
  29. « Transgenre, transsexuel(le), dysphorie de genre. De quoi parle -t-on ? | Psychologue Maubeuge », sur odc-conseil.fr (consulté le 20 janvier 2022)
  30. Prise en charge des patients transgenres : Revue de littérature sur les barrières à l’accès aux soins et les stratégies perçues par les patients et professionnels de santé en milieu hospitalier Travail de Bachelor par Gwennaëlle Riedweg et Juliane Carnal – Promotion 2016-2019, sous la direction de Katia Scrima, Haute École de Santé, Fribourg Filière soins infirmiers, le 11 juillet 2019.
  31. « Changer de prénoms et de sexe, généralités », sur transidentite.free.fr (consulté le 20 janvier 2022)
  32. Édouard Des Places, « Francis Vian, Apollonios de Rhodes. Argonautiques. Chant III. Édition, introduction et commentaire », L'Antiquité Classique, vol. 30, no  2, 1961, p. 590–591 [texte intégral (page consultée le 2022-01-20)]
  33. Jean-Paul Willaime, « Herkenrath (Silvia) Politik und Gottesreich, Kommentare zur Weltpolitik der Jahre 1918-1945 von Leonhard Ragaz », Archives de Sciences Sociales des Religions, vol. 50, no  2, 1980, p. 289–289 [texte intégral (page consultée le 2022-01-20)]
  34. Alfred Binet, « P. Malapert, Le caractère », L'Année psychologique, vol. 10, no  1, 1903, p. 492–507 [texte intégral (page consultée le 2022-01-20)]
  35. Yves Lecerf, « Des sous-univers du discours, qui seraient dégagés à la fois du sens et de la forme. Applications en syntaxe », Langages, vol. 12, no  55, 1979, p. 89–123 (ISSN 0458-726X) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-20)]
  36. Camille Millan et Pascal Moliner, « Identité de genre, endossement stéréotypique et habileté perçue : le cas spécifique de femmes performantes dans une activité sportive considérée masculine », Movement & Sport Sciences, vol. n° 96, no  2, 2017, p. 27 (ISSN 2118-5735 et ISSN 2118-5743) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-05)]
  37. Julie Boiché et Dominique Bodin, « Éditorial », Movement & Sport Sciences, vol. n° 96, no  2, 2017, p. 1 (ISSN 2118-5735 et ISSN 2118-5743) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-06)]
  38. Mélissa Plaza et Julie Boiché, « Stéréotypes sexués et abandon sportif : une étude basée sur des mesures explicites et implicites », Movement & Sport Sciences, vol. n° 96, no  2, 2017, p. 65 (ISSN 2118-5735 et ISSN 2118-5743) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-06)]
  39. Sironi Françoise, « Introduction. L’hypermodernité de la question transidentitaire », dans : , Psychologie(s) des transsexuels et des transgenres. sous la direction de Sironi Françoise. Odile Jacob, « Hors collection », 2011, p. 11-20.
  40. Vizziello Paola, « 41. L’angoisse chez l’enfant et l’adolescent », dans : , Traité européen de psychiatrie et de psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent. sous la direction de Ferrari Pierre, Bonnot Olivier. Cachan, Lavoisier, « Traités », 2012, p. 422-436.
  41. Lorenzi-Cioldi Fabio, « Acte I : L’individu caméléon », dans : , Les androgynes. sous la direction de Lorenzi-Cioldi Fabio. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Psychologie sociale », 1994, p. 57-74. URL : https://www.cairn.info/---page-57.htm
  42. Juliet Mitchell, « Utiliser Winnicott pour comprendre le genre (sexe social) », Figures de la psychanalyse, vol. 14, no  2, 2006, p. 119 (ISSN 1623-3883 et ISSN 1776-2847) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-07)]
  43. Pierre Steiner, « Wittgenstein : de l’action à l’expression », Archives de Philosophie, vol. 82, no  2, 2019, p. 361 (ISSN 0003-9632 et ISSN 1769-681X) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-08)]
  44. Annette Mülberger, « Marginalisation de la parapsychologie et du spiritisme dans le discours scientifique en Espagne », L'Homme et la société, vol. 167-168-169, no  1, 2008, p. 101 (ISSN 0018-4306 et ISSN 2101-0226) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-08)]
  45. Lignier Wilfried, « La cause française de l’intelligence (1971-2005) », dans : , La petite noblesse de l’intelligence. Une sociologie des enfants surdoués, sous la direction de Lignier Wilfried. Paris, La Découverte, « Laboratoire des sciences sociales », 2012, p. 19-82.
  46. Marie-Hélène Bourcier, « Technotesto : biopolitiques des masculinités tr(s)ans hommes », Cahiers du Genre, vol. 45, no  2, 2008, p. 59 (ISSN 1298-6046 et ISSN 1968-3928) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-08)]
  47. Stefano Monzani, « Naître femme, n’être « que » femme ? », Filigrane : écoutes psychanalytiques, vol. 28, no  2, 2019, p. 71–97 (ISSN 1192-1412 et ISSN 1911-4656) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-08)]