Recherche:Sur l’extension des genres grammaticaux en français/ostentatoire

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

L’ostentation langagière est probablement avant tout une question de degré plus que de dichotomie absolue : toute expression manifeste certaines valeurs de manière plus ou moins explicite. Aussi il n’est peut-être pas superflu de préciser que ce qui est entendu par ostentatoire ici c’est bien la volonté délibérée de mettre en évidence et d'exhiber un trait sémantique, tant à l’écrit qu’à oral.

Avant tout autre chose, il paraît ici pertinent de faire une synthèse classant les termes qui ont déjà été proposés par ailleurs, en les répartissant dans les mêmes classes que celles retenues dans les sections précédentes sur le subreptice. Il convient de noter que cette répartition ne suit pas nécessairement exactement celles habituellement explicités par les personnes qui les emploient. En particulier, comme déjà exposé précédemment, les catégories du commun, de l’épicène et du neutre sont considérées comme ventilés à travers les autres classes retenues.

En effet, c’est en particulier le terme neutre qui semble le plus employé pour qualifier ces néologismes[1][2]. Cependant cette notion de neutre ne semble pas la plus pertinente. D’une part parce que ces néologismes sont souvent conçu dans une démarche militante qui sur un plan civique et politique est pleinement engagé, ce qui les classes hors de toute prétention de neutralité. C’est certes là une considération plus méta-linguistique, mais étant donné la polysémie du terme neutre, il paraît plus probant de reconnaître l’interférence de ce fait social sur le fait linguistique. D’autre part, sur un plan plus strictement linguistique, ce qui est visé ça n’est généralement pas une tierce alternative à la sémantique floue des genres ambigu et équivoque qu’emploi déjà abondamment la francophonie, mais bien une sémantique plus précise :

  • pour désigner des choses auxquels n’est pas conféré la dignité de personne comme un téléphone ou la vérité,
  • ou pour désigner des personnes en explicitant la considération ou l’écartement de traits sexualisants.

Le tableau suivant reprend l’ensemble des mots grammaticaux qui ont été trouvé répondant à ces critères. Certains termes apparaissent dans plusieurs cases parce qu'ils ont été observés dans des contextes différents avec des sémantiques distinctes. Par exemple le pronom al a disparut au douzième siècle en tant que neutre générique, et a été reproposé au vingt-et-unième comme neutre sous une motivation principalement altersexualisante. Le tableau ne détaille pas les périodes et les attestations d'emploi, la section dédié à la chronologie des usages remplissant déjà cette démarche. Il fait aussi l'impasse sur quelques néologismes hapaxiques qui surchargeraient encore plus le pronom personnel de la troisième personne avec des formes qui ne contiennent pas même un l qui les rendent analogues aux autres propositions plus courantes. Ce sont notamment am, ax, em, im, iem, i, om, ox, um, ux, et ya.

Propositions préexistantes de mots grammaticaux ostentatoires à date de 2020
Genre
Morphosyntaxique Ambigu Équivoque Ostentatoire
Sémantique Flou Altersexualisant Générique Inanimé
article défini la le li, lia, lu lo
article indéfini une un an, unæ, unu uno, un’
article partitif de la du de li, di de lo, do
pronom personnel elle il ael, aël, æl, æl, al, el, eil, elil, eul,

iel, ielle, ille, ille, ol, ul, ul

al, el ol
elles ils als, eils, elils, els, ielles, illes, ols, uls als, els ols
adjectif démonstratif cette cet cès, cèx
adjectif possessif ma mon man, maon
tes tan, taon
sa son san, saon
pronom démonstratif celle celui cel, célui, cest ceulles, ciel, cille, çul
celles ceux celleux, ceus, ceuxes
adjectif possesif mien mienne miæn

Comme déjà exprimé avant même exposition de ce tableau de synthèse, c’est la troisième personne du pronom singulier altersexualisant qui recueille le plus de propositions, même après en avoir été filtré d’une abondante variété supplémentaire. De manière générale, c'est également le trait sémantique qui a suscité le plus de néologismes. Cependant même pour le pluriel du pronom, bien qu'il suffise généralement d’ajouter un s terminal pour obtenir des termes homogènes, peu sont cités explicitement dans les propositions faites pour le singulier, sans compter les cas avérés d’usage non-autonyme.

Ceci étant, c’est actuellement le couple iel et iels qui paraît le plus répandu est accepté pour cette fin, avec au moins un dictionnaire historique imprimé qui l’a introduit dans ses entrées, tout en présentant les variations ielle et ielles[3]. Cette introduction ne s’est d'ailleurs pas fait sans soulever moult critiques et contre-critiques[4][5][6][7][8][9][10][11][12][13]. Les critiques sont plutôt suscitées par une opposition à la démarche militante sous-jacente et aux valeurs qui les animent, d’avantage en tout cas qu’elles ne portent sur le terme lui-même. Pour aller au-delà de cette critique plus réactionnaire que perspicace, une comparaison peut être faite avec d’autres propositions concurrentes. Par exemple par rapport à al, qui réactive un terme tombé en désuétude, iel se veut un néologisme complet, ce que ses objecteurs ne se lassent pas de compter au nombre des arguments visant à le discréditer. De plus iel, qui se prononce /jɛl/, se démarque de ses homologues pronominaux par une forme phonétique en semivoyelle-voyelle-consonne (SVC), alors que al se maintient dans l’homogénéité d’une forme en voyelle-consonne (VC). Cela étant, l’ancien français compte quelques usages de iel[14], comme variante du pronom personnel masculin singulier de la troisième personne – information qui n’est semble-t-il pas connu ou tout au moins pas retenu comme argument des promoteurs de son usage contemporain. Pour revenir aux critiques émises par les opposants à iel, il y a sa construction sur les termes il et elle, référés dans cet ordre, d’où est interprété le maintien d’une préséance du masculin sur le féminin. Le terme est donc perçu par certains comme restant dans le carcan binaire femelle-mâle. Cette critique ne concerne pas un terme comme al, pas plus que ol ou ul.

Cette surabondance d’initiatives sur un cas spécifique rend évidemment d’autant plus ardu la tâche de fournir des alternatives sémantiquement univoques pour les autres cas. S’y ajoute une richesse de termes historiques qui est lié tant à la multiplicité des pratiques réels selon les lieux et les époques que de l'existence de flexions casuels. Par exemple l’ancien français est un terme porte manteau pour tout une variété de dialectes, qui connaissent encore le cas sujet et le cas régime. Le tableau suivant fourni une liste non-exhaustive de termes issus de ce foisonnant héritage.

Liste de termes historiques utiles en terme de source d'inspiration
Français contemporain Langue source
Ancien français Latin
article défini la le lou[15], lu[16], li[17][18][19]
les
article indéfini une un del (d'un)[20], ung[20]
article partitif de la du
des
pronom personnel je ie[21], io[N 1], jou[22], ju[16], jeu[16], jeo, jo, gié
tu
elle il ul, i[20], ele, el, els, eus, als, aus, as ille, illa, illud
elles ils illī, illae, illa
on an[20], en[23], om[24], uen[17], uan[17]
nous nos[20], nus[20]
vous vos[20], vus[16]
se
adjectif démonstratif cette cet cest[20], ceste[20], cil[25], cestui, cel, ceste, cele, ço[26]
ces cist[16], cez, celui, cels, ceus, celes, celi
adjectif indéfini telle tel
telles tels altretels[17], itels[17]
aucune aucun alcunui[27], negun[28], neguns[17], nesun, nesuns, neün[16] alcunui[16], aucunui[16], nesun, nisun[16]
toute tout tut[20], tot[29]
nulle nul nului, nuli, nullei, neül, niul[16] nullus, nulla, nullum, nulli, nullae, nulla
certaine certain certanus, certus, certana, certanu
adjectif exclamatif et interrogatif quelle quel queus[16], quieus[16], quiaus[16] quali, qualis, quale[16]
pronom relatif laquelle lequel [30], elquel, en lequel, liquels[17]
lesquelles lesquels
qui cui, chi, ki, quei qued, quid, quod, quae, quam
pronom indéfini quelqu'une quelqu'un alcuns[20] aliqunus[17]
quelques-unes quelques-uns alques, auques, alquans[31]
autrui altre[17], altrui[32], uului[17], aucunui[17]
plusieurs plusor, plusiori, plusori, pluriores[17]
chacune chacun cascun, chaün[17], chascun, chascune, chascon, cheün[16]
n'importe qui quanque[33]
adjectif possessif ma mon men[16]
mes miens[17]
mien mienne meie
miens miennes
ta ton ten[16]
tes tuens[17], tọes[17]
tiennes tien tuns[20], ti[17], tuen[17], tuen, tọe, tuen
tiennes tiens
sa son sue[20], sun[20], se[20], sen[16], sis[34]
ses si[17], suens[17], sọes[17]
sienne sien suen[17], siun[35], sọe, suom[17]
siennes siens
notre nostre[17], no[36]
nos
nôtre
nôtres noz[20]
votre vostre[20]
vos
vôtre
vôtres voz[17]
leur lor[17], lour[17]
leurs
pronom démonstratif celle celui cestui, chelui, cil, icel, icest, , icelui, icist, cist, iceste, ceste, icest, cest icil, cil, icele, cele icel, cel, cestui, cestei, cest, ceste, ço, icelei, celei, celor[17], o[37]
celles ceux icil, cil, iceles, celes, cels, ceus, iceles, celes, cist, icestes cez, cez, icestes, cez
ceci, ce, c’, ç’, cela, ça ice, iço[38], ico, içou
pronom personnel moi mei[17], mi[16]
toi ti[16]
soi sei[39], si[16]
me mei[16]
te tei[17]
se sei[16], su[N 2]
lui celi[20], lo[20]
eux elles els, eles, eulx[40], eus[20] eos
leur lour[17]
adverbe ou

pronom indéfini

toute tout tot[41], tote[17]
toutes tous toz[20], tuit[17], totes[20]
pronom relatif quiconque quicunques[20]

Le tableau suivant fourni une proposition qui complète l’ensemble des cas retenus, en tenant compte autant que possible les pratiques existantes contemporaines que des termes caducs de l'ancien français, voir du latin, tout en visant un degré d’homogénéité lexicale aussi élevé que possible.

La première[N 3] colonne de néologismes est dédié à l’altersexualisant, et utilise comme socle fondateur le terme iel, puisque celui-ci s’est déjà significativement popularisé à cet fin. À quelques exceptions près, dont les motivations sont fournies en annotation, le morphe -iel- se retrouve à chaque ligne. Pour les autres colonnes, la construction des termes à suivi un itinéraire similaire en partant du pronom personnel de la troisième personne, associant respectivement ul, al, ol au féminin, au générique et à l’inanimé, tout en ayant dès le départ l’objectif d’employer au possible uniquement les voyelles -u-, -a-, -o-. La même logique prime pour la colonne du masculin qui se voit associé -i- comme voyelle morphologique ostentatoire, mais qui ne pouvait s’appliquer de manière homéomorphe sur le pronom personnel de la troisième personne – il étant déjà employé pour le genre équivoque. Cette description ne rends évidemment pas compte du cheminement chronologique exact de la proposition : celle-ci c’est d’abord principalement axé sur la colonne des inanimés en partant de ol, tout en intégrant au fur et à mesure les contraintes morphologiques qu’imposaient les choix opérés par ailleurs.

L’utilisation de diacritiques, concordantes avec les propositions des sections précédentes, a été retenu seulement où elle écartait une homographie, mais rien n'empêcherait un emploi plus systématique. Une prononciation est également indiquée entre parenthèses dans les cas où l'énonciation peut faire l'objet d'une subtilité particulière ou tout au moins dans les cas où il semblait pertinent de dissiper toute incertitude. Les termes qui n'ont pas de filiation connue en ancien français ou latin sont marqués d'un astérisque.

Proposition homogénéisé de mots grammaticaux ostentatoires
Genre
Morphosyntaxique Ambigu Équivoque Ostentatoire
Sémantique Flou Altersexualisant[N 4] Féminin[N 5] Générique[42] Inanimé[N 6] Masculin[N 7]
article défini la le liel*[N 8] lû*[N 9] lial*[N 10] lo[17] (/lɔ/) lille*[N 11]
les lieũx*[N 12] lús*[N 13] (/lu/[N 14]) liaux*[N 13] los[17] (/lo/[N 15]) lìs*[N 13]
article indéfini une un ielne*[N 16] úne* (/un/[N 14]) alne*[N 17] ǫne*[N 18] ine[43]
article partitif de la du diel* de lû diāl*[N 19] do*[N 20] (/lɔ/) de lille*
des dieũx*[N 12] dús* (/du/[N 14]) diaux*[N 13] dos*[N 21] (/do/) dìs*
pronom personnel je jiel* ju ja[N 22] jo[44] jì*[N 23]
tu tiel* tú*[N 14] (/tu/) tā* to[N 24] ti[N 25]
elle il iel[45] ul* al[N 26] ol* illi[N 27]
elles ils iels* uls* als* ols* illis*
on oniel* onu* onā*[46] ono[N 28] oni*[N 29]
nous niẽls*[N 30][N 31] nûs* nas*[N 32] nǫs*[N 33] nis*
vous viels* vûs*[N 34] vās* vǫs*[N 33] vìs*
se siel* sû* sā* so*[N 2] sì*
adjectif démonstratif cette cet ciẽl[20] çu*[N 35] cial* çǫ*[N 36] (/sɔ/) citte*
ces cieũx*[20] çus ciaux çǫs*[N 36] (/so/[N 15]) cìs
adjectif indéfini telle tel ieltel* utel* altel[16][47] oltel[N 37] itel*
telles tels ieltels* utels* altels* oltels* itels
aucune aucun aucquielne*[N 38] aucúne*[N 14] (/o.kun/) aucane* aucǫne* aucquine*[N 38]
toute tout tielte* tûte* tat* tote tite
nulle nul nuliel* nullu* nulla nullo nulli
certaine certain certainiel* certanu certana certano*[N 39] certani*
adjectif exclamatif et interrogatif quelle quel quiel* qûl*[N 40] qual*[N 41] quol* quil*
pronom relatif laquelle lequel lielquiel* lûqûl* lialqual* olquol* lillequil*
lesquelles lesquels lieuxquiels* lûqûls* liauxquals* losquols* lisquils*
qui quielm* (/kjelm/) qûm* (/kym/) quam* (/kam/) quom* (/kɔm/) quim* (/kim/)
pronom indéfini quelqu'une quelqu'un quielqu’ielne*[N 42] qûlqu’úne*[N 42] (/kyl.kun/) qualqu'alne*[N 42] quolqu'ǫne*[N 42] quilqu’ine*[N 42]
quelques-unes quelques-uns quielqu’ielnes* qûlqu’únes* (/kyl.kun/) qualques-alnes* quolques-ǫnes* quilques-ines*
autrui altriel* altru[N 43] altra*[N 43] altro*[N 44] altri*[N 45]
plusieurs plusiels* plusurs* plusars* plusors[48] plusirs*
chacune chacun chacquielne*[N 38] chacúne*[N 14] (/o.kun/) chacane* chacǫne* chacquine*[N 38]
n'importe qui n'importe quielm* n'importe qûm* n'importe quam* n'importe quom* n'importe quim*
adjectif possessif ma mon mieil*[N 46] (/mjej/) mûne[N 47] (/myn/) mial* mǫne* (/mɔn/) mìlle*
mes mieũx*[N 12] múnes (/mun/) miaux mǫnes* (/mon/) mìs*
mien mienne mielne* miûne* mialne* miǫne* mìne*
miens miennes mielnes* miûnes* mialnes* miǫnes mìnes*
ta ton tieil* (/tjej/)[N 48] tûne* tial* tǫne* (/tɔn/) tìlle*[49] (/til/)
tes tieux* túnes* (/tun/) tiaux* tǫnes* (/ton/) tis[50]
tiennes tien tielne* tiûne* tialne* tiǫne* tìne*
tiennes tiens tielnes* tiûnes* tialnes* tiǫnes* tìnes*
sa son siẽl* sûne* (/syn/) sial* sǫne* (/sɔn/) sìlle*[N 49] (/sil/)
ses sieux* súnes*[N 14] (/sun/) siaux*[N 50] sǫnes* (/son/) sìs (/si/)
sienne sien sielne* siûne* siane* siǫne* sine*
siennes siens sielnes* siûnes* sianes* siǫnes* sines*
notre niẽl*[N 51][N 31][N 30] nune*[N 51] (/nyn/) nial*[N 51] nǫne*[N 51][N 52] (/nɔn/) nìlle*[N 51][N 53] (/nil/)
nos nielnes*[N 54] niûnes*[N 54] nianes*[N 54] niǫnes*[N 54] nines*[N 54]
nôtre nieltre*[N 55] nûtre niatre*[N 56] niotre*[N 57] nìtre*[N 58]
nôtres nieltres*[N 55] nûtres* niatres*[N 56] niotres* nìtres*[N 58]
votre viel* vune* (/vyn/) viāl*[N 59] vone* (/vɔn/) vìlle* (/vil/)
vos vielnes* viûnes* vianes* viǫnes* vines
vôtre vieltre* vûtre viatre* viotre* vìtre
vôtres vieltres* vûtres* viatres* viotres* vìtres
leur lieũr* lure* lar* lor[17] lir*
leurs lieũrs* lures* lars* lǫrs* lirs*
pronom démonstratif celle celui celiel* celu* celal* celo*[N 60] celain
celles ceux celieux* celús*[N 14] celaux* çǫs*[N 36] celis[51][20]
ceci, ce, c’, ç’, cela, ça ceciel, içiel, celiel[N 61] ceçu, içu, celu ceçal, içal, celal ceçu, içu, celu ceçu, içu, celu
pronom personnel moi mouiel (/mwu.jel/) mouú (/mwu/) moual* (/mwal/) mouo (/mwo/) mouì* (/mwi/)
toi touiel[N 62] (/twu.jel/) touú (/twu/) toual* touo (/two/) touì* (/twi/)
soi souiel (/swu.jel/) souú (/swu/) soual* (/swal/) souo (/swo/) souì* (/swi/)
me miẽl* mú*[N 63] (/mu/) mā* mo*[N 64] mi
te tieu[52]* (/tjø/) [N 65] (/ty/) to[N 66]
se siel* sû* sā* so*[53] sì*
lui éiel û ā ǫ*
eux elles éieux*[N 67] (/e.jø/) éús[N 14] (/e.u/) éas*[N 68] éǫs*[N 69] éis*[N 70]
leur lieũr* lure* lar* lor[54] lir*
adverbe ou

pronom indéfini

toute tout tielte* tûte* tate* tote tite*
toutes tous tieltes* tûtes* tates* totes tites*
pronom relatif quiconque quielmcquielneque* (/kjelm.kjelnk/)[N 71] qûmqúneque* (/kym.kunk/) quamcalneque (/kam.kalnk/) quǫmcǫneque (/kom.kɔnk/) quìmcquineque (/kim.kink/)
pronom indéfini personne[55] person*[56] persielne persulne persalne persolne persilne

Pour le nom commun personne, outre les synonymes courants comme âme, (d’)aucun, bipède, bougre, chacun, citoyen-enne, coco, corps, créature, être, femme, gens, gonze, habitant, homme, humain, individu, mec, moi, moineau, mortel, nul, oiseau, on, paroissien, particulier, peau, personnage, personnalité, pierrot, quelqu'un, quiconque, quidam, sujet, tête, type, zèbre, zig, zigoto[57] il existe également moune issu du créole guadeloupéen.

Pour aller plus loin sur les sujets évoqués dans cette section il sera profitable de consulter les ressources afférentes : [58][59][60][61][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][72][73][74][75][76][77][78][79].

  1. « Genre neutre en français moderne et contemporain », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  2. « Pronom personnel neutre en français contemporain », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  3. « iel - Définitions, synonymes, conjugaison, exemples | Dico en ligne Le Robert », sur dictionnaire.lerobert.com (consulté le 27 février 2022)
  4. « « Iel » dans le dictionnaire : vent de panique au "Robert" », sur frontpopulaire.fr (consulté le 27 février 2022)
  5. « Le pronom « iel » ajouté par Le Robert dans son édition en ligne », Le Monde.fr, 2021-11-17 [texte intégral (page consultée le 2022-02-27)]
  6. « L’arrivée du pronom « iel » dans le Robert, un tournant sociétal ? », sur www.20minutes.fr (consulté le 27 février 2022)
  7. « Écriture inclusive. Que nous dit l’introduction du mot « iel » dans le Petit Robert ? », sur L'Humanité, (consulté le 27 février 2022)
  8. « Le «iel» fait son entrée dans le Petit Robert et suscite la polémique », sur Journal L'Union, (consulté le 27 février 2022)
  9. « L’avenir du pronom « iel » : seul compte l’usage - La chronique philo d'Alain Anquetil », sur Euradio, (consulté le 27 février 2022)
  10. Le Point.fr, « La culture woke et le pronom personnel « iel » intègrent le dictionnaire », sur Le Point, (consulté le 27 février 2022)
  11. Le Point.fr, « La culture woke et le pronom personnel « iel » intègrent le dictionnaire », sur Le Point, (consulté le 27 février 2022)
  12. « Le Robert ajoute le pronom « iel » dans son dictionnaire », sur Valeurs actuelles, (consulté le 27 février 2022)
  13. « [VIDEO] Blanquer choqué par l'arrivée du pronom "IEL" dans le Robert édition 2022 », sur lindependant.fr (consulté le 27 février 2022)
  14. « iel », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  15. « D. Godefroy », sur micmap.org (consulté le 2 avril 2022)
  16. 16,00 16,01 16,02 16,03 16,04 16,05 16,06 16,07 16,08 16,09 16,10 16,11 16,12 16,13 16,14 16,15 16,16 16,17 16,18 16,19 16,20 16,21 16,22 et 16,23 Geneviève Joly, Précis d'ancien français, Armand Colin, 2018 (ISBN 978-2-200-28616-3) [lire en ligne] 
  17. 17,00 17,01 17,02 17,03 17,04 17,05 17,06 17,07 17,08 17,09 17,10 17,11 17,12 17,13 17,14 17,15 17,16 17,17 17,18 17,19 17,20 17,21 17,22 17,23 17,24 17,25 17,26 17,27 17,28 17,29 17,30 17,31 17,32 17,33 17,34 et 17,35 Joseph Anglade, « Grammaire élémentaire de l’ancien français », dans {{Chapitre}} : paramètre titre ouvrage manquant, Armand Colin, (lire en ligne), p. 77–102
  18. eleonorecotton, « Morphologie des articles définis et indéfinis en ancien français », sur Havre de pensées & de mots, (consulté le 29 mars 2022)
  19. Richard Epstein, « L'article défini en ancien français : l'expression de la subjectivité », Langue française, vol. 107, no  1, 1995, p. 58–71 (ISSN 0023-8368) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-03-29)]
  20. 20,00 20,01 20,02 20,03 20,04 20,05 20,06 20,07 20,08 20,09 20,10 20,11 20,12 20,13 20,14 20,15 20,16 20,17 20,18 20,19 20,20 20,21 20,22 20,23 20,24 et 20,25 Englebert Annick, « Chapitre VI. L'évolution des consonnes », dans : , Introduction à la phonétique historique du français. sous la direction de Englebert Annick. Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, « Champs linguistiques », 2009, p. 123-199.
  21. « ie », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  22. « jou », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  23. « l’en », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  24. « om », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  25. « cil », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  26. « ço », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  27. « alcunui », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  28. « negun », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  29. « tot », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  30. « q̓ », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  31. « alquans », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  32. « altrui », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  33. « quanque », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  34. « sis », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  35. « le suen », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  36. « no », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  37. « o », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  38. « iço », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  39. « sei », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  40. « eulx », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  41. « tot », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  42. Colonne construite autours de -a-, -al- en première solution de repli, et -ial- en seconde solution de repli par analogie avec -iel-.
  43. Outre le fait que ì maintient l'homogénéité graphique avec les précédentes proposition d'association de l'accent grave au masculin, il évite ici l’homographie avec aïn, seizième lettre des alphabets hébreu et phénicien, noté ע et prononcé /a.in/.
  44. « jo », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  45. « iel », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  46. La diacritique évite l'homographie avec l'adjectif indiquant une relation au peuple Ona.
  47. « altel », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  48. « plusors », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  49. L’accent grave lève l’homographie et l'homophonie aux formes de nom et verbe noté tille qui se prononcent pour leur part /tij/.
  50. « tis », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  51. « celi », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  52. L’emploi de tiel et tieil étant proposé par ailleurs, l’alternative tieu est construite par calque de l’apocope singularistante appliquée à la désinence -ieux : comparé à lieux et lieu.
  53. Cognat en Frioulan.
  54. « lor », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  55. « on dit: Personne n'est parfait. ou Personne n'est parfaite. et Pourquoi? », sur Question Orthographe (consulté le 19 avril 2022)
  56. Plus ou moins néologique en excluant l’usage humoristique qu’en fait Nino Ferrer dans Le téléphon, confer « Paroles de Le Téléfon - Nino Ferrer lyrics », sur Paroles-musique.com (consulté le 11 juin 2022)
  57. « personne - CRISCO - Dictionnaire des synonymes : », sur crisco2.unicaen.fr (consulté le 16 avril 2022)
  58. (en) « French Gender-Neutral Pronouns », sur Lawless French, (consulté le 27 février 2022)
  59. LVEQ, « Petit dico de français neutre/inclusif », sur La vie en queer, (consulté le 27 février 2022)
  60. « Pronoms épicènes néologiques (écriture “inclusive”) • Grammalecte • Dictionnaire français • LibreOffice, Firefox… », sur grammalecte.net (consulté le 27 février 2022)
  61. 61,0 et 61,1 USAGE D’UN LANGAGE NEUTRE DU POINT DE VUE DU GENRE au Parlement européen
  62. GUIDE DE GRAMMAIRE NEUTRE ET INCLUSIVE, document produit par divergenres.
  63. (en) Kris Aric Knisely, « Le français non‐binaire : Linguistic forms used by non‐binary speakers of French », Foreign Language Annals, vol. 53, no  4, 2020-12, p. 850–876 (ISSN 0015-718X et ISSN 1944-9720) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-02-27)]
  64. Linguistic Uprisings: Toward a Grammar of Emancipation, Luca Greco, Université de Lorraine, Metz, 8 septembre 2021
  65. Grammaire de l’ancien Français par Anamnèse
  66. René Lepelley, « Déterminants et détermination des substantifs en ancien français. Étude portant sur les vers 3632 à 3736 du Roman de Guillaume de Dole », L'information grammaticale, vol. 4, no  1, 1980, p. 27–31 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-04-08)]
  67. Supplétion et classes flexionnelles dans la conjugaison du français, Olivier Bonami et Gilles Boyé, 8 décembre 2020
  68. « Pluriels irréguliers en français », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  69. « Mot apparenté », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  70. Hasenohr Geneviève, Raynaud de Lage Guy, « Chapitre 1. Le substantif », dans : , Introduction à l'ancien français. sous la direction de Hasenohr Geneviève, Raynaud de Lage Guy. Paris, Armand Colin, « Hors collection », 2019, p. 15-33.
  71. Perreau Bruno, « L’écriture sans exclusive », Raison présente, 2022/1 (N° 221), p. 63-74. DOI : 10.3917/rpre.221.0063.
  72. Casevitz Michel, « Sur les dictionnaires et les néologismes », Raison présente, 2022/1 (N° 221), p. 55-62. DOI : 10.3917/rpre.221.0055.
  73. Liselotte Pasques, « Approche linguistique des fondements de l'orthographe du français, du XVIe au XXe siècle », Pratiques, vol. 25, no  1, 1979, p. 82–93 (ISSN 0338-2389) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-04-13)]
  74. Jean Léo Léonard, « Éléments de linguistique historique et comparative ainsi que de linguistique générale », sur doczz.fr, (consulté le 18 avril 2022)
  75. J. Seguy, « Essai sur l'état des palatales et de - d - romans en occitan du XIIe siècle », Pallas, vol. 1, no  1, 1953, p. 169–220 (ISSN 0031-0387) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-04-18)]
  76. Nigel Armstrong, « Nivellement et standardisation en anglais et en français », Langage et société, vol. 102, no  4, 2002, p. 5 (ISSN 0181-4095 et ISSN 2101-0382) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-04-18)]
  77. « Mutation consonantique », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  78. « Loi de Grimm », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  79. Françoise Rullier-Theuret, « « Et moi, dit bibi, dit mézigue, dit ma pomme, dit mégnace » : L'argot et les pseudo pronoms chez San-Antonio », L'Information Grammaticale, vol. 115, no  1, 2007, p. 11–16 (ISSN 0222-9838) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-04-18)]


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « N », mais aucune balise <references group="N"/> correspondante n’a été trouvée