Recherche:Plan Climat Air Energie Territorial MEL/Nourrir

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Pour approfondir les éléments observés chez MacKay,

 24 kWh/j/pers Sur la base des hypothèses :
  * "3000 m2 per person devoted to bio-energy."
  * "the best performance of any energy crops in Europe is closer to 0.5 W/m 2"

et

 "The vegan has the smallest inevitable footprint: 3 kWh per day of energy from the plants he eats."

et avancer vers des caractéristiques en Wh/d/pers/m² ; mais aussi en BNM/d/pers/m² (Besoins Nutritionnels Moyens);

Posons ici la synthèse des travaux sur la question et prolongeons les au besoin.

L'approfondissement de cette fonction "Nourrir" doit comprendre 1°) la recherche de régimes alimentaires minimaux 2°) la caractérisation de la production de ces régimes (surfaces, produits, techniques, moyens humains et connaissances etc.)

Besoins nutritionnel et régimes alimentaires[modifier | modifier le wikicode]

Dépôt vrac des recherches bibliographiques

Remarque : Identifier les thésard et HDR, financeurs (et "partenaires") et institutions


-_-_-_-

1er tour

Travail encours :

  • récupération des abstracts
  • traduction des abstracts
  • classification


  • « Vegan diet, subnormal vitamin B-12 status and cardiovascular health », Nutrients, vol. 6, no  8, 2014, p. 3259–3273
  • « A vegan or vegetarian diet substantially alters the human colonic faecal microbiota », European journal of clinical nutrition, vol. 66, no  1, 2012, p. 53
  • « Nutritional considerations for vegetarian athletes », Nutrition, vol. 20, no  7-8, 2004-07, p. 696–703 (ISSN 08999007) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2019-01-14)]
  • Matthew B. Ruby, « Vegetarianism. A blossoming field of study », Appetite, vol. 58, no  1, 2012-02, p. 141–150 (ISSN 01956663) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2019-01-14)]
  • Janet R Hunt, « Bioavailability of iron, zinc, and other trace minerals from vegetarian diets », The American Journal of Clinical Nutrition, vol. 78, no  3, 2003-09-01, p. 633–639S (ISSN 0002-9165, 1938-3207) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2019-01-14)]

-_-_-_-

Régimes alimentaires et santé[modifier | modifier le wikicode]

Objectif : Examiner les données épidémiologiques sur les régimes végétariens, les alimentations à faible teneur en viande et leur association avec l'état de santé des adultes.

Design : Revue de littérature axée principalement sur les études prospectives et les méta-analyses examinant l'association entre les régimes végétariens et la santé.

Résultats : Les régimes végétariens et les régimes "semi-tariens" prudents qui permettent d'obtenir de petites quantités de rouge les viandes sont associées à un risque réduit de maladies, en particulier de maladies coronariennes et de type 2 diabète. Il y a peu de preuves d'une association entre les régimes végétariens et la prévention du cancer. Les preuves établissant un lien entre la consommation de viande rouge, en particulier de viande transformée, et le risque accru de coronaropathie, de cancer et de diabète de type 2 sont convaincantes et fournissent un soutien indirect à la consommation d'un régime végétarien.

Conclusions : Les bienfaits pour la santé des régimes végétariens ne sont pas uniques. Des habitudes alimentaires "semi-tariennes" prudentes qui permettent également de petites consommations de viande rouge, de poisson et d'autres aliments, les produits laitiers ont également démontré des améliorations significatives de l'état de santé. À l'heure actuelle, on ne connaît pas l'apport alimentaire optimal pour l'état de santé. Les régimes alimentaires végétaliens contiennent une foule d'aliments et de nutriments dont on sait qu'ils ont des effets bénéfiques indépendants sur la santé. Bien que les régimes végétariens n'aient pas eu d'effets néfastes sur la santé, les régimes restrictifs et les régimes végétariens monotones peuvent entraîner des carences en nutriments avec des effets délétères. les effets sur la santé. Pour cette raison, il est important d'obtenir des conseils appropriés pour s'assurer que l'alimentation végétarienne est adéquate sur le plan nutritionnel, en particulier pour les groupes vulnérables.

</ref>[2]

Les régimes végétariens sont-ils réellement bénéfiques pour la santé?

[4]

Matière à réflexion pour une bonne santé: Préconiser une alimentation à base de plantes

[5]


La place de la viande en nutrition humaine

[6]

}}


Aspects sanitaires de la consommation de viande

[7]

Le nombre d'études comparant la qualité nutritionnelle des régimes restrictifs est limité. Les données sur les sujets végétaliens font particulièrement défaut. Le but de la présente étude était de comparer la qualité et les composantes contributives des régimes végétaliens, végétariens, semi-végétariens, pesco-végétariens et omnivores. L'apport alimentaire a été estimé à l'aide d'une enquête transversale en ligne à l'aide d'un questionnaire sur la fréquence alimentaire (food frequency questionnaire FFQ) de 52 questions. L'indice d'alimentation saine 2010 (Healthy Eating Index 2010 (HEI-2010)) et le Score diététique méditerranéen (Mediterranean Diet Score (MDS)) ont été calculés comme indicateurs de la qualité de l'alimentation. Après analyse du questionnaire sur le régime alimentaire et du FFQ, 1475 participants ont été classés comme végétaliens (n = 104), végétariens (n = 573), semi-végétariens (n = 498), pesco-végétariens (n = 145) et omnivores (n = 155). Le régime le plus restreint, c'est-à-dire le régime végétalien, présentait l'apport énergétique total le plus faible, un meilleur profil d'apport en matières grasses, un apport en protéines le plus faible et un apport en fibres alimentaires le plus élevé par rapport au régime omnivore. L'apport en calcium était le plus faible chez les végétaliens et inférieur aux recommandations alimentaires nationales. Le régime végétalien a reçu les valeurs d'indice les plus élevées et le régime omnivore les plus faibles pour HEI-2010 et MDS. Les aspects typiques d'un régime végétalien (apport élevé en fruits et légumes, faible apport en sodium et faible apport en graisses saturées) ont contribué de façon importante au score total, indépendamment du système d'indexation utilisé. Le score des régimes plus prudents (végétariens, semi-végétariens et pesco-végétariens) différait en fonction du système d'indexation utilisé, mais ils étaient surtout meilleurs en termes de qualité nutritionnelle que les omnivores.[n 1][8]

Contexte : Les effets bénéfiques des régimes végétariens et végétaliens sur la santé ont été supposés en études antérieures.

Objectifs : Le but de cette étude était de clarifier l'association entre régimes végétarien et végétalien, les facteurs de risque de maladies chroniques, le risque de mortalité toutes causes confondues, l'incidence et la mortalité d'origine cardiaque. maladies vasculaires cérébrales, cancer total et type spécifique de cancer (colorectal, sein, prostate et poumon), par méta-analyse.

Méthodes : Une recherche complète de Medline, EMBASE, Scopus, The Cochrane et Google Scholar a été menée.

Résultats : Quatre-vingt-six études transversales et 10 études de cohortes prospectives ont été incluses. L'analyse globale parmi les études transversales a fait état d'une réduction importante de l'incidence de la les taux d'indice de masse corporelle, de cholestérol total, de cholestérol LDL et de glucose chez les végétariens et les végétaliens contre les omnivores. En ce qui concerne les études de cohortes prospectives, l'analyse a montré une réduction significative de risque d'incidence et/ou de mortalité par cardiopathie ischémique (RR 0,75 ; IC à 95 %, 0,68 à 0,82) et incidence du cancer total (RR 0,92 ; IC à 95 % : 0,87 à 0,98), mais non des maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires totales, mortalité toutes causes confondues et mortalité par cancer. Aucune association significative n'a été mise en évidence lorsqu'il s'agissait d'un types de cancer ont été analysés. L'analyse menée parmi les végétaliens a révélé une association significative avec le risque d'incidence du cancer total (RR 0,85 ; IC à 95 %, 0,75 à 0,95), même s'il n'a été obtenu que dans un cas de nombre limité d'études.

Conclusions : Cette méta-analyse exhaustive fait état d'un important effet protecteur de l'effet d'un régime végétarien par rapport à l'incidence et/ou à la mortalité dues aux cardiopathies ischémiques (¡25%) et incidence du cancer total (¡8%). Le régime végétalien a permis de réduire considérablement le risque d'incidence (¡15 %) du cancer total.[n 1][9]

Cette étude me semble particulièrement intéressante pour les tailles d'échantillons traités. L'article relate et traite également les problèmes de biais. La revue par des spécialistes de la 'santé' et souhaitée pour le travail ici présent.

Aux différents stades de la vie[modifier | modifier le wikicode]

Il y a un manque d'information sur le régime alimentaire des enfants végétariens. La présente étude a comparé l'apport alimentaire de cinquante enfants végétariens, âgés de 7 à 11 ans, à celui de cinquante omnivores appariés. Trois dossiers alimentaires de trois jours ont été remplis par chaque enfant à des intervalles de six mois. Le lendemain du jour où le dossier a été rempli, chaque enfant a été interrogé afin de clarifier les aliments et d'évaluer la taille des portions. Les dossiers alimentaires ont été analysés à l'aide de Microdiet (Université de Salford). Des mesures du cholestérol et de l'hémoglobine par piqûre de doigt ont été prises dans un sous-échantillon du groupe. Une seule famille d'enfants était membre de la Société végétarienne et près du tiers des enfants végétariens avaient des parents omnivores (dix-sept sujets sur cinquante). L'apport énergétique (MJ) des végétariens était significativement inférieur à celui des omnivores, soit 7-6 (écart-type 1-05) et 8-0 (écart-type 1-36) respectivement ; il n'y avait aucune différence significative dans les apports en fer ou en gras. Pour les végétariens, le rapport polyinsaturés:graisses saturées (P:S 0-7 (SD 0-04)) et l'apport en NSP (13-8 (SD 0-7) g/j) étaient significativement plus élevés que ceux des omnivores (P:S 0-5 (SD 0-02), NSP 10-3 (SD 0-4) g/j). Il n'y avait pas de différence significative dans les mesures du cholestérol (mmol/I) entre les deux groupes : végétarien 3-5 (ET 0-12), omnivore 3-7 (ET 0-15). Le taux d'hémoglobine (g/I) des végétariens (11-8 (SD 0-2)) était significativement inférieur à celui des omnivores (12-4 (SD 0-2)) ; 47-5% des enfants végétariens se situaient sous le troisième centile des courbes de référence Dallman (Dallman & Siimes, 1979). L'apport des végétariens ressemble davantage aux recommandations actuelles (ministère de la Santé, 1991), bien qu'ils doivent être aussi conscients que les omnivores de la nécessité de réduire leur apport en graisses. Les taux d'hémoglobine des enfants végétariens suggèrent qu'ils ont besoin de conseils nutritionnels pour assurer une absorption optimale du Fe. [n 1][10]


Objectif : Déterminer l'apport énergétique et nutritionnel de certaines adolescentes omnivores et végétariennes afin de comparer leur risque de carences nutritionnelles.

Méthodes : Un échantillon de commodité de 78 lacto-ovovovégétariens (VLV), 15 semi-végétariens (SV) et 29 femmes omnivores (OM) âgées de 14 à 19 ans ont rempli des dossiers de pesée de trois jours à partir desquels les apports moyens et les principales sources alimentaires en énergie, nutriments et fibres alimentaires (en polysaccharides sans amidon (PSN)) ont été calculés.

Résultats : Les apports quotidiens moyens d'énergie et de la plupart des nutriments étaient comparables pour les trois groupes, bien que l'apport quotidien moyen était plus élevé (p < 0,01) pour le PSN, le cuivre et le manganèse. Les lacto-ovovovégétariens consommaient (g/j) moins de produits laitiers, d'aliments à chair et de sucreries, mais plus de légumineuses, de noix et de légumes. Les principales sources alimentaires étaient les produits céréaliers pour l'énergie, la plupart des nutriments, les PSN, les produits laitiers pour le calcium et les fruits et légumes pour la vitamine C. Les apports énergétiques représentaient moins des deux tiers des recommandations canadiennes et les estimations de probabilité d'insuffisance en protéines, calcium, fer, zinc et riboflavine, plus élevées que pour la MO. Moins de VLG (35 %) que de VSV (53 %) et de MO (41 %) avaient un régime alimentaire contenant moins de 30 % d'énergie provenant des lipides.

Conclusions : Les VLO et les VS étaient plus à risque de carences en éléments nutritifs que la MO, bien qu'environ 33 % de la MO présentaient également un risque d'apports insuffisants en fer et en zinc. [n 1][11]

Les régimes alimentaires et la croissance des enfants élevés selon un régime végétarien sont passés en revue. Un volume excessif combiné à une faible densité énergétique peut être un problème pour les enfants âgés de 5 ans (≤) et peut entraîner un retard de croissance. Les régimes alimentaires à forte teneur en w:phytate et autres modificateurs de l'absorption des minéraux sont associés à une prévalence accrue du w:rachitisme et de l'w:anémie ferriprive. La carence en vitamine B-12 est un réel danger dans les régimes végétaliens et végétariens non supplémentés ou non enrichis. Il est suggéré que les végétaliens et les végétariens utilisent des huiles à faible teneur en acide linoléique par rapport à l'acide linolénique, étant donné le rôle récemment reconnu de l'acide docosahexaénoïque dans le fonctionnement visuel. Si les pièges connus sont évités, la croissance et le développement des enfants élevés selon des régimes végétaliens et végétariens semblent normaux. [n 1][12]

Au cours de la dernière décennie, le végétarisme a gagné en popularité parmi les familles américaines. Des régimes végétariens bien planifiés peuvent satisfaire les besoins nutritionnels et favoriser la croissance normale des nourrissons et des enfants. La recherche a mis en évidence les avantages nutritionnels des régimes végétariens et a indiqué que ce style d'alimentation peut mener à des habitudes alimentaires saines à vie lorsqu'il est adopté à un jeune âge. Plusieurs vitamines, minéraux et macronutriments peuvent se trouver sur deficient dans le cadre d'un régime végétarien. Une évaluation et des conseils attentifs en matière de nutrition permettront aux infirmières praticiennes de jouer un rôle clé en encourageant les familles à adopter de saines habitudes alimentaires pour contribuer à la prévention des maladies. J Pediatr Health Care. (2006) 20, 27-34.

[n 1][13]

Régimes alimentaires et environnement[modifier | modifier le wikicode]

  • « The need for eco-vegetarian diets », World Nutrition, vol. 6, no  9-10, 2014, p. 704–710

Études des discours et postures[modifier | modifier le wikicode]

  • Audrée-Anne Dumas, « Analyse comparative du contenu de blogues nutritionnels sur le végétarisme rédigés par des diététistes et par des non-diététistes », {{{périodique}}}, 2015
  • « Values and beliefs of vegetarians and omnivores », The Journal of social psychology, vol. 140, no  4, 2000, p. 405–422
  • « Végétarisme, végétalisme, véganisme: aspects motivationnels et psychologiques associés à l’alimentation sélective », La Presse Médicale, vol. 45, no  9, 2016, p. 726–733

Réduction de l’apport calorique (Jeûne)[modifier | modifier le wikicode]

En somme, pas suffisamment d'étude sur l'homme d'après les dernières revues « Evaluation de l’efficacité de la pratique du jeûne comme pratique à visée préventive ou thérapeutique », Expertise scientifique réalisée par l’unité Inserm U669 à la demande du ministère de la Santé (direction générale de la Santé), janvier 2014, 2014 Bruno Raynard, « Le jeûne thérapeutique en cancérologie: mode ou réalité? », Nutrition clinique et métabolisme, vol. 29, no  2, 2015, p. 132–135 « Le jeûne dans la santé et pendant la maladie », Revue médicale suisse, vol. 14, no  609, 2018, p. 1128–1132 « Le jeûne: mythes et réalités », Correspondances en Métabolismes, Hormones, Diabètes et Nutrition, no  3, 2018, p. 1–4.

Il faudrait observer des études animales (? cohorte). Et là c'est hors de mon domaine (avis aux spécialistes).

Produire l'alimentation[modifier | modifier le wikicode]

Wh/j/pers/m² ?[modifier | modifier le wikicode]

Nous recherchons des études qui donnent les quantifications des produits au delà des unités monétaire.

Ex: étude phytosociologique de l'association "La forêt nourricière"

150 1kcal = 0,001 163 kWh m² → 700
kcal/100g prod (kg) kcal kWh kWh/m² kWh/pers/j
courgette 17,00 194,00 32 980,00 38,36 0,26 0,49
citrouille pour les "courges" 26,00 424,00 110 240,00 128,21 0,85 1,64
tomate 17,00 62,00 10 540,00 12,26 0,08 0,16
melon 34,00 47,00 15 980,00 18,58 0,12 0,24
poivron 25,00 11,00 2 750,00 3,20 0,02 0,04
aubergine 24,00 35,00 8 400,00 9,77 0,07 0,12
haricot sec 237,00 9,00 21 330,00 24,81 0,17https://www.youtube.com/watch?v=Mgd0_jv6TS4 0,32
bettes 16,00
patate douce 105,00 4,50 4 725,00 5,50 0,04 0,07
802,50 206 945,00 240,68 0,20 3,08
Tot. Tot. Tot. Moy. Tot.


Pour avancer vers la caractérisation en BNM, https://www.youtube.com/watch?v=Mgd0_jv6TS4&t=6m45s : la table de composition des aliments

> vérifier la mise en domaine public de l’ouvrage (60 ans, probablement encore sous droits d'auteur, mais à vérifier)

croiser à l’actuel

et vérifier si différent avec le mode de culture (semence en pleine terre : hors serre : soumis aux uv + bio)

à modérer par "La valeur nutritionnelle des aliments a-t-elle diminué depuis 60 ans?" alimentation-sante.org/wp-content/uploads/2017/06/20170530alimentshistoriquequalite.pdf Guéguen (? pas de peer-review ?)

Mais Guegen à pondérer également au regard de l’essai https://www.youtube.com/watch?v=Mgd0_jv6TS4&t=22m23s (oui, 1 essai, quid de la dispersion etc.)

il faudrait des 'cohortes' HS et PT ( avec des temps à la cueillette contrôlés etc.)


autre chercheur en référence :

Produire et amener à la bouche[modifier | modifier le wikicode]

Caractéristiques des puits, sources et vecteurs[modifier | modifier le wikicode]

  • Population et densité : puits => surf.(km²)*dens.pop.(hab/km²) * besoin (cal/pers/j) = cal/j ; source => pop.prod. (pers) * production (cal/pers/j) = cal/j
    • "productivité" (surfacique, humaine, temporelle) * population * surface agricole
    • Population de cœur urbain : densité et surface urbaine
    • Population de métropole : densité et surface métropolitaine
    • Population rurale : densité et surface rurale
  • Caractéristique énergétique du transport : demande énergétique du transport => cal/(kg.km) ; densité énergétique des aliments (cal/kg)

Les rapports de distance[modifier | modifier le wikicode]

Posons le modèle de trois couronnes concentriques :

  • une couronne purement bouche (B) (puits énergétique), qui ne produit rien, mais consomme (le cœur urbain dont la production alimentaire est insignifiante et jugée négligeable)
  • une couronne d' habitat vivrier (V) qui s'alimente et alimente le cœur urbain (zone urbaine périphérique)
  • une couronne rurale dédiée (R) alimentant la zone urbaine de façon dédiée.

Prenons ce modèle en incluant un coût énergétique du transport des denrées (kWh/(kg.km)), caractérisées par une densité énergétique (kg/kWh). Réduisons le modèle géométrique par révolution circulaire à un problème spatialement monodimensionnel en premier lieu pour mieux le visualiser (pour se faire la main).

R_________V______B___.(O)

(Avec O le centre, B le périmètre du puits, V le périmètre de la métropole et R le périmètre rural dédié à la métropole).

L'objet du calcul est de déterminer les longueurs des segments BO ; VB ; et RV permettant (ou non) l’alimentation de l’ensemble de la population présente sur RO en incluant le coût énergétique du transport des denrées. Nous pourrons poser des modèles avec divers modes de transports en conservant l'hypothèse de transport hors propulsion fossile. Ils devraient être déclinés selon les caractéristiques géographiques (notamment les voies fluviales).

Considérant des surfaces productrices et des surfaces consommatrices, il nous faudrait déterminer les "trajets" des parts de surface sur des portions de rayon , ce qui nous semble ardu en première approche. Rr, Rv et Rb seront employés pour simplifier les calculs en considérant la production et consommation de chaque couronne comme concentrée sur ces périmètres en vu d'utiliser les distances Rv-Rb et Rv-Rr pour le transport des denrées.

R_________V______B___.(O)

___Rr|_____Rv|___Rb|_.


Éléments de calculs[modifier | modifier le wikicode]

Pour déterminer la position de Rr, Rv, Rb, nous allons poser l’égalité des aires des "sous-couronnes" ainsi formées.

L' aire d'une couronne R1-R2, R2 > R1 :

Rb

R_________V______B___.(O)

___Rr|_____Rv|___Rb|_.


Définir via les cartes d'OpenStreetMap / PLU / vues satellites etc.


Rv


R_________V______B___.(O)

___Rr|_____Rv|___Rb|_.


Rr


R_________V______B___.(O)

___Rr|_____Rv|___Rb|_.

Ressources[modifier | modifier le wikicode]

"chaque personne intervenant à un moment donné sur une de ces planches devait noter l'ensemble des informations concernant son intervention : temps de travail, nature de l'intervention, moyens utilisés (semis et plants, outils, produits, etc.) et, pour les récoltes, quantité et unités (kg, bottes, pièces). Ces mesures ne concernent que les productions des parcelles suivies (légumes, aromatiques, fleurs comestibles, etc.)." [14]

[n 2]

Notes et Références[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 et 1,5 Traduit à l'aide de DeepL (Translator) (au moins en première passe)
  2. Même si le rapport ne les mentionne pas, des relevés "massiques" furent donc réalisés.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Autonomie Alimentaire (quelle surface ?) [1]
  2. 2,0 et 2,1 « Vegetarian diets, low-meat diets and health: a review », Public health nutrition, vol. 15, no  12, 2012, p. 2287–2294 [texte intégral]
  3. « Health effects of vegetarian and vegan diets », Proceedings of the Nutrition Society, vol. 65, no  1, 2006, p. 35–41
  4. Adeline Thomas, « Les régimes végétariens sont-ils réellement bénéfiques pour la santé? », {{{périodique}}}, Université de Lorraine, 2016
  5. John D. Grant, « Matière à réflexion pour une bonne santé: Préconiser une alimentation à base de plantes », Canadian Family Physician, vol. 58, no  9, 2012, p. –472–e474
  6. Erreur de paramétrage de {{Lien web}} : les paramètres url et titre sont obligatoires (titre : La place de la viande en nutrition humaine).
  7. « Aspects sanitaires de la consommation de viande », {{{périodique}}}, 2015
  8. 8,0 et 8,1 « Comparison of Nutritional Quality of the Vegan, Vegetarian, Semi-Vegetarian, Pesco-Vegetarian and Omnivorous Diet », Nutrients, vol. 6, no  3, 2014-03, p. 1318–1332 [texte intégral lien DOI]
  9. 9,0 et 9,1 « Vegetarian, vegan diets and multiple health outcomes: a systematic review with meta-analysis of observational studies », Critical reviews in food science and nutrition, vol. 57, no  17, 2017, p. 3640–3649 [texte intégral lien DOI]
  10. 10,0 et 10,1 « The dietary intake of a group of vegetarian children aged 7-11 years compared with matched omnivores », British Journal of Nutrition, vol. 75, no  04, 1996-04, p. 533 (ISSN 0007-1145, 1475-2662) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2019-01-14)]
  11. 11,0 et 11,1 « Dietary intakes of adolescent females consuming vegetarian, semi-vegetarian, and omnivorous diets », Journal of Adolescent health, vol. 18, no  4, 1996, p. 292–300 [texte intégral lien DOI]
  12. 12,0 et 12,1 « Vegetarian diets and children », The American journal of clinical nutrition, vol. 59, no  5, 1994, p. 1176–1181S [texte intégral lien DOI]
  13. 13,0 et 13,1 « Vegetarian Eating for Children and Adolescents », Journal of Pediatric Health Care, vol. 20, no  1, 2006-01, p. 27–34 (ISSN 08915245) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2019-01-14)]
  14. Maraîchage biologique permaculturel et performance économique, INRA, 2015