Recherche:Néo-Quenya/Orthographe et phonologie/Phonologie 4 : les voyelles et les caractères spéciaux

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Voyelles et caractères spéciaux
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Recherche : Orthographe et phonologie
Chap. préc. :Phonologie 3 : les 12 sons additionnels
Chap. suiv. :Orthographe 1 : quelques généralités
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Orthographe et phonologie : Voyelles et caractères spéciaux
Néo-Quenya/Orthographe et phonologie/Phonologie 4 : les voyelles et les caractères spéciaux
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Et voilà, la fin de la phonologie approche à grand pas !

Cependant, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, vous avez du vous rendre compte qu’il nous manque une série de lettres essentielles ! Je veux bien entendu parler ... des voyelles !

Celles-ci font partie des signes que l’on appelle des tehtar (ne pas prononcer "têtard" mais avec un [x] !!!). Ce sont des ajouts que l'ont met au-dessus ou au-dessous des tengwar habituels. Nous allons les détailler ici.


Les tehtar[modifier | modifier le wikicode]

Les voyelles[modifier | modifier le wikicode]

Les voici, dans l’ordre A, E, I, O, U :

Tehta amatixe3.GIF
Tehta tecco.gif
Tehta amatixe1.gif
Tehta rempe.GIF
Tehta rempenuquerna.GIF
Note 1 : les tehtar sont en noir. Le tengwa en gris est présent a titre indicatif.

Note 2 : en quenya, le u se prononce ou, et le e se prononce é (à l'Italienne, en fait).

Note 3 : TOUTES les voyelles sont accentuées, QUELQUE SOIT leur POSITION.

Comme vous pouvez le voir, les voyelles se placent au-dessus des tengwar. En quenya, le mode de lecture est du bas vers le haut. Donc ce mot :

Arda.Tengwar.png

sera lut Arda. Quand a la petite barre sous le premier a, nous allons en parler maintenant.

Les débuts de mots[modifier | modifier le wikicode]

Si une voyelle est placée en début de mot, il faut utiliser un de ces deux supports, car un tehta ne peut pas "flotter" dans le vide. Le premier est pour une voyelle courte (e), le deuxième pour une voyelle longue (é).

Voyelle courte
Voyelle longue

Le cas du y[modifier | modifier le wikicode]

Maintenant, vous pouvez comprendre l'épineux problème du y !

Dans un cas classique, on place deux points sous le tengwa qui précède le y :

Tehta unutixe2.GIF

Si le y est en début de mot, on utilise Anna comme support, et on place les deux points en dessous, tout simplement ! Cela est également valable en milieu de mot, si jamais on ne peut pas utiliser le tengwa "normal".

Panneau d’avertissement Note : cela n'empêche en rien d’avoir un autre tehta au-dessus du tengwa ! Par exemple :
Le mot quenya

Doublement des lettres[modifier | modifier le wikicode]

Il nous reste un dernier tehta à voir : le trait sous le tengwa, qui permet le doublement de celui-ci.

Tehta unuatwe.GIF

Par exemple, númen (5-I) transcrit la lettre n. Avec ce tehta placé en-dessous, on aura nn.

Les lettres les plus fréquemment doublées sont : n, m, l et c.

Attention : le s se double avec Essë (8-III).


Diphtongues[modifier | modifier le wikicode]

Les diphtongues sont deux voyelles qui se prononces de manière à ne faire qu'un seul son. On en rencontre dans certaines langues : en anglais, on a par exemple train, où AI se prononce AY, d'un bloc. On considère généralement que le français ne possède plus de diphtongues.

Le quenya présente deux types de diphtongues : celles qui se finissent en i, et celles qui se finissent en u. Elles présentent la première voyelle de la diphtongue en tehta écrite au-dessus de yanta (9-III) pour les diphtongues-i, ou úrë (9-IV) pour les diphtongues-u. Il existe cinq diphtongues en quenya :

  • Diphtongues en i
  • AI : prononcée , comme dans paille.
  • UI : prononcée OY, comme dans l'anglais toy.
  • Diphtongues en u
  • AU : prononcée OW, comme dans l'anglais cow.
  • EU : la plus difficile, car elle n'apparait ni en anglais ni en français. Prononcez un so anglais, mais en incluant un e français au milieu : sëo.
  • IU : prononcée YU, comme dans l'anglais yule.

Toute autre combinaison de voyelle doit être prononcée séparément (par exemple, ëa = E + A).

Retour sur le cas du H[modifier | modifier le wikicode]

L'un des plus gros problème de la prononciation Quenya reste le H. Faisons donc un petit tour des différents cas possibles.

Le cas simple : HL et HR[modifier | modifier le wikicode]

On ne trouve ces formes qu'en début de mot, et le H est alors muet. Cependant, il adoucit légèrement le L et le R, qui sont prononcé de manière presque soupirée.

Un cas plus complexe : HW et HY[modifier | modifier le wikicode]

La prononciation de HW a déjà été vue, et est heureusement assez peu courante.

Le cas de HY suit un peu le même principe. Il s'agit su son ch de l'allemand ich. Prononcez un che français ou un sh anglais, et remontez le bout de votre langue contre l'avant du palais et les incisives.

Ces deux formes se retrouvent principalement en début de mot, et très très rarement en milieu de mot (au jour d'aujourd'hui, ahya- semble en être la seule forme attestée).

Les cas vraiment complexes : le [x][modifier | modifier le wikicode]

Originellement, tout h qui n'entrait pas dans les catégories au-dessus était prononcé [x] (le Bach allemand ou la jota espagnole). Toutefois, aujourd'hui, deux cas se présentent :

  • En début de mot : si la lettre suivante n’est pas l, r, w ou y, on a un H anglais, comme dans high.
  • En milieu de mot : on a un [x].

Cependant, après e ou i, et devant un t (donc les formes eht et iht), HT se prononce alors HY.


Ajouts sur la prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Petit pot-pourri de tout ce qui n'a pas sa place ailleurs, mais qui est quand même important.

Histoire du l qui croise v et w[modifier | modifier le wikicode]

On a vu que v et w se prononcent de la même manière quasiment partout. Par contre, dans le cas de lv et lw, la prononciation est souvent altérée en lb, même si c’est phonétiquement presque impropre.

Cas du y, match retour[modifier | modifier le wikicode]

Il peut être bon de noter que le y Quenya est une consonne, jamais une voyelle.

On a donc toujours le son "ÏLLE" de l'anglais yes, ou du français bille. La voyelle y, comme l'allemand ü ou le français lune n'existe pas en Quenya (mais se retrouve en Sindarin).

Un x qui traine[modifier | modifier le wikicode]

Il arrive que la forme latinisé du Quenya fasse apparaitre un x, par commodité de lecture (tout comme cw devient qu). Ce x est une transcription de KS est compte pour deux sons, comme dans Helcaraxë.

Palatisation et labialisation[modifier | modifier le wikicode]

Une consonne palatisée est prononcée avec le palais, et labialisée avec les lèvres.

En début de mot, NY, NW et TY ne sont pas deux consonnes séparées (N + Y) mais une seule (Ñ, comme l'espagnol señor). Cela semble également être valable pour RY et RY en début de mot.

Une labialisation identique se produit avec NW, GW, WR, QU en début de mot. Ils sont prononcés d'un son, avec les lèvres "boudeuses". MAIS en milieu de mots, ils redeviennent un groupe de deux sons.

L'accent tonique[modifier | modifier le wikicode]

Nous termineront par un point essentiel, l'accent. C'est-à-dire, quelle syllabe du mot est la plus fortement prononcée. Je passe sur les mots monosyllabique, qui n'ont qu'un seul choix possible.

Mots de deux syllabes[modifier | modifier le wikicode]

Accent quasiment toujours sur la 1ere syllabe : AMan, et non pas amAN.

Exception : si le mot fini par une voyelle accentuée : aVÁ, et non pas AVá.

Mots de trois syllabes et plus[modifier | modifier le wikicode]

Généralement accentué sur l'avant-dernière syllabe.

Exception : si l'avant-dernière syllabe est courte, l'accent passe à l'avant-avant-dernière syllabe.

Syllabe courte : voyelle non accentuée, sans diphtongue, suivie par plus d'une consonne.

Exemple : VESTalë : le dernier a est court, l'accent est donc sur la première syllabe.