Recherche:Méthodes de détermination de la ou des relations possibles entre des phénomènes échantillonnés/Principes généraux

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Méthodes de détermination de la ou des relations possibles entre des phénomènes échantillonnés : Principes généraux
Méthodes de détermination de la ou des relations possibles entre des phénomènes échantillonnés/Principes généraux
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Méthode à suivre qui sera développée et explicitée :


1/ Sélectionner un domaine d'étude pour chaque variable. Dans le cas de chronogrammes, choisir le même intervalle de temps pour toutes les variables, même dans le cas de retards de déphasage.


2/ Décomposer toutes les variables échantillonnées qui caractérisent chaque phénomène en leur partie paire et leur partie impaire, chacune ayant la même variable d'entrée et le point (0,0) comme point central, ce qui conduit à faire un changement d'origine des ordonnées sur la partie paire.


3/ Analyser et formuler algébriquement ces parties, ou des fonctions, sans parité, de celles-ci, exemple Logarithme ou exponentielle, ceci indépendamment les unes des autres et en se servant de fonctions de base ( sin , cos, sh, ch, x^k ).


4/ Associer les parties impaires ( respectivement paires ) des variables d'entrée avec celles des variables de sortie ( établissement et utilisation de tableaux de correspondance selon les fonctions de base et selon les fonctions de chacune des parties analysées comme aide ) - exemple de retard multiples selon les puissances de x -.


5/ Reconstituer la relation algébrique la plus logique qui lie les variables de sortie aux variables d'entrée ( au départ choix d'une somme ou d'un produit de fonctions ) : y=f(x,t) ; g(x,y,t)=0, z=h(x,y,t), k(z,x,y,t)=0 , z=m(x,t) et z=n(y,t), p(z,x,t)=0 et z(y,y,t)=0 ( premiers cas doublés ), etc.


La méthode du chapitre 2 semi-graphique , semi-statistique, n’est pas achevée . On peut l'appliquer soit sur la globalité des variables soit séparément sur leurs parties impaires et paires selon la méthode ci-dessus. Elle a été gardée dans ce bloc d'étude car l'objectif est le même.