Recherche:Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques/Reproduction analogique ou numérique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Reproduction analogique ou numérique
Icône de la faculté
Chapitre no 26
Recherche : Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques
Chap. préc. :Reproduction
Chap. suiv. :Enrichissements
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques : Reproduction analogique ou numérique
Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques/Reproduction analogique ou numérique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le terme transfert de support regroupe toutes les techniques de reproduction du contenu de l’information d'un document sur un support plus pérenne, afin d’éviter de trop nombreuses opérations de réparation sur le document. Ce support peut être analogique (un film argentique par exemple) ou numérique. Cette opération rend à nouveau possible l’accès au contenu de centaines de milliers de documents impropres à la consultation et trop coûteux à restaurer. Les techniques analogiques sont cependant progressivement remplacées par la numérisation, qui permet une communication plus aisée, notamment à distance. La numérisation connaît un développement exponentiel (Gallica, Europeana…) grâce à de très importants marchés externes qui permet la mise en valeur des fonds conjuguée à un effet de sauvegarde, grâce à un archivage sécurisé des données.

La reproduction analogique[modifier | modifier le wikicode]

Dans le domaine de la conservation en bibliothèques, les supports les plus utilisés pour une reproduction analogique sont essentiellement le microfilm et la microfiche (supports argentiques). Les documents ainsi reproduits présentent l'avantage, en plus de se substituer aux originaux et donc de leur éviter tout risque lié aux manipulations et aux consultations, d’être facilement transférables à d'autres supports (par duplication, impression ou numérisation). Deux facteurs doivent cependant être mis en œuvre lors d'une reproduction sur un support analogique : la bonne restitution du document initial, ainsi que sa durabilité.

On distingue plusieurs étapes dans le processus de reproduction analogique : Il convient en premier lieu de prendre en compte la nature du document dans le choix du support de reproduction : un texte imprimé sans illustrations ne demandera pas la même qualité de reproduction qu'un document iconographique par exemple Signalons que la prise de vue devra être effectuée soit par une société spécialisée dans la reproduction, soit par un photographe habilité à le faire, d'un niveau CAP ou BTS. On s'assurera que le matériel photographique, notamment les flashes, sont adaptés à la nature de l'opération. Dans tous les cas, les opérateurs devront avoir conscience des problèmes posés par la tâche, et la présence du bibliothécaire sur les lieux de la prise de vue pourra s'avérer utile pour l'en informer.

Les microfilms : (Normes Z 43-051, Z43-053 et 43-120)[modifier | modifier le wikicode]

Généralités[modifier | modifier le wikicode]

Le microfilm est un support de stockage analogique reproduisant les pages de livres ou périodiques, des documents juridiques et des dessins techniques. Sa forme la plus courante est un rouleau de film photographique inversible noir et blanc au format 35 mm, consultables sur des lecteurs de microfilms en bibliothèques ou centres d'archives.

Échelle de réduction[modifier | modifier le wikicode]

Les documents sont reproduits à raison d'une ou de deux pages par image, les périodiques de grand format sont généralement reproduits à raison d'une seule page à l'image, et il n'y aura jamais de changement d'échelle de réduction en cours de prise de vue d'un document.

Conditionnement[modifier | modifier le wikicode]

Le microfilm sera livré par le prestataire en bobines de 30 m, le symbole début de bobine placé à l'extrémité externe du rouleau. Le film devra être entouré d'un papier neutre, et chaque bobine placée dans une boîte appropriée (acier, matière plastique ou carton au ph neutre), indiquant le titre, les dates extrêmes contenues sur la bobine ainsi que la cote du document reproduit.

Les microfiches : (Norme Z 43-033)[modifier | modifier le wikicode]

Généralités[modifier | modifier le wikicode]

La microfiche est l'un des supports analogiques les plus compacts : elle se présente sous la forme d'une fiche de plastique généralement de 10 sur 15 cm, dont chacune peut contenir une centaine de pages selon la taille de l'original. Notons que son usage est moins répandu que le microfilm.

Echelle de réduction[modifier | modifier le wikicode]

L'échelle utilisée sera fonction des dimensions du document et de la hauteur du plus petit des graphismes à reproduire. De la même façon que pour les microfilms, il n'y aura jamais changement d'échelle au cours de la prise de vue d'un même document. Les dépliants seront reproduits par section.

Conditionnement[modifier | modifier le wikicode]

Les microfiches composant un même document seront livrées dans une pochette en papier de ph neutre façonnée sans colle. Dans chaque pochette, les microfiches devront être séparées par un intercalaire en papier à ph neutre.

Vérifications[modifier | modifier le wikicode]

Il revient au prestataire d'effectuer les premières vérifications (corrections bibliographiques et qualité optique), qui sont entièrement à sa charge. Des contrôles pourront être exécutés par le commanditaire à ses frais : contrôles bibliographiques, contrôles du pouvoir de résolution, de la densité, chimiques... La réfection sera exigée systématiquement dans les cas suivants : 1. Non conformité aux spécifications d' exécution (qualité optique ou chimique, spécification documentaire, nombre de reprises, etc.) Incomplétude 2. Taches ou traces présentes sur le film susceptibles d’en altérer la conservation.


La reproduction numérique[modifier | modifier le wikicode]

La numérisation des fonds patrimoniaux est une problématique cruciale, en ce qu'elle peut permettre de conserver de manière rigoureuse des documents qui sont fragiles ou qui sont amenés à le devenir tout en permettant corrélativement l'accession aux informations que le document contient grâce à sa copie numérique. La démarche de numérisation des fonds appartenant à L'État a d'ailleurs débuté en 1996, preuve s'il en est, de l'importance de cet aspect de la conservation.

Les aspects techniques :[modifier | modifier le wikicode]

Les différentes étapes du traitement de l'image[modifier | modifier le wikicode]

Pour réaliser une reproduction numérique, différentes étapes sont nécessaires.

  1. La numérisation physique

Il s'agit de créer une image document avec une caméra numérique ou un scanneur. Pour que l’affichage du document soit de meilleure qualité, il faut utiliser la haute résolution qui permettra de restaurer les éléments les plus fins de l'écriture et du graphisme. On peut également choisir l’apparence du document selon l'usage souhaité (couleur, niveau de gris, noir et blanc,...).

  2. Prétraitement

Cette étape consiste à améliorer la qualité de l'image en éliminant les défauts dus au scannage du document (contraste de luminosité, inclinaison dans le scanner, courbure du texte,...). Il également possible de faire une binarisation du texte, c'est-à-dire, de distinguer le fond de l'image des autres éléments pour obtenir une image binatonale où le texte apparaîtrait en noir et le fond en blanc. Cette application est possible sur les images en couleur et en niveau de gris.

  3. Segmentation du texte et du graphisme

Sur une image, on sépare les formes du fond. Un premier lieu, il faut classer les éléments pour distinguer les éléments textuels des éléments graphiques (ratures, signes de renvoi, traits, lettrines).

  4. Structuration et reconnaissance

Cette étape permet de rechercher à un ou plusieurs niveaux de granularité la régularité ou non des caractéristiques des lignes (blocs, colonnes, lignes, mots).

  5. L'extraction d'éléments

L'extraction des structures de lignes permet la recherche des mots, caractères, liens entre texte et image. Cette étape consiste à isoler chaque éléments de structure dans l'image créée.Les techniques d'extractions consiste à extraire les lignes du texte sur l'image. On peut également réalisé une extraction des traits filiformes pour repérer les composantes graphiques autour du texte. Cette action permet de préserver le texte après l'élimination du graphisme. Avant de commencer la numérisation elle-même, il faut définir de nombreux critères: - le personnel qui sera nécessaire pour cette opération. - les ouvrages qui doivent être numérisés en priorité ou les ouvrages qui ont besoin d’être numérisés. (cette sélection d'ouvrages doit être faite selon des critères établis par la politique de conservation de l'établissement). - s'assurer que le matériel nécessaire à l'opération est disponible et que l'environnement est propice à la numérisation. - porter un grand soin à la manipulation des originaux.

Les différents outils qui peuvent être utilisés lors de cette démarche sont: - les scanners. - les appareils photos numériques. - des applications du type OCR utilisant la reconnaissance optique.

Il faut porter attention au format du fichier obtenu (généralement, un format .TIFF non-compressé contenant quelques métadonnées) et le modifier ou non de manière à avoir un fonds numérisé homogène. Il est tout aussi nécessaire de se poser la problématique du support sur lequel seront stockés les données numérisées. Afin de pouvoir localiser les données numérisées ainsi obtenues, il est nécessaire d'associer à ces fichiers informatiques des méta-données qui permettront d’identifier et de localiser les documents dans le catalogue de l'établissement. La référence actuelle dans ce domaine est le format DublinCore.

L'aspect juridique:[modifier | modifier le wikicode]

Même si on peut considérer que la plupart des fonds patrimoniaux qui sont amenés à être numérisés font partie du domaine public à cause de leur ancienneté, la question juridique n’est pas à négliger en cas d'exception.

Bien évidemment, la priorité en termes de numérisation des documents doit être donnée aux documents libres de droit, afin de permettre une plus grande souplesse quant à leur exposition. Néanmoins, dans tous les cas, il ne faut pas oublier que la bibliothèque ne possède aucun droit artistique ou littéraire sur les fonds numérisés qu'elle possède. Néanmoins, en tant que ce fonds de données numériques correspond à la production d'une base de données, la bibliothèque bénéficie d'une protection juridique de la structure de cette base de données. Elle possède aussi un droit sui generis d'une durée de 15 ans sur l'investissement consacré à la production de cette base de données, droit empêchant la réutilisation même partielle de cette base de données sans autorisation préalable.

Il existe une exception concernant les documents inédits possédés par la bibliothèque. Si un document inédit tombe dans le droit public (70 ans après la mort de l'auteur), le possesseur du manuscrit possède automatiquement les droits d'exploitation du document. Il ne faut cependant pas oublier que le droit de divulgation de l'œuvre est perpétuel et donc qu’il sera nécessaire de rentrer en contact avec les possesseurs de ce droit (héritiers) afin de pouvoir entamer une numérisation du document.

La numérisation des biens culturels et l'Europe:[modifier | modifier le wikicode]

En 2000, la Direction Société de l'information de la Commission Européenne a créé un groupe de représentants administratifs de haut niveau (NRG) afin de surveiller la coordination entre les différents pays européens en ce qui concerne leur politique de numérisation de leurs fonds patrimoniaux. -Les recommandations émises lors des premières réunions sont les suivants: -la mise en place d'indicateurs sur les politiques de numérisation (évaluation comparative), -la diffusion réciproque de bonnes pratiques, l'interopérabilité des différents systèmes d'information, -la création de commissions nationales associant l’ensemble des opérateurs culturels et scientifiques, -la création d'observatoires nationaux et d'annuaires des fonds numérisés, l'application de chartes de qualité et de programmes de conservation à long terme des documents numériques. Pour plus des informations plus détaillés au sujet des pratiques numériques concernant les fonds patrimoniaux, il est conseillé de s'orienter vers http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/numerisation/ .

Perspectives[modifier | modifier le wikicode]

La question de l’archivage des reproductions, qui suppose le recours à des supports offrant de bonnes garanties de conservation, doit être bien distinguée de celle des facilités d’utilisation qu’offre le choix de telle ou telle technique de reproduction. À ces deux types de problèmes, les supports argentiques et les supports numériques apportent respectivement des réponses sinon opposées, du moins radicalement différentes. Les facilités de consultation que peuvent offrir les techniques de numérisation (rapidité d’accès à de vastes « corpus » d’images) requièrent l’utilisation d’images d’une définition moindre que celle présentée par les supports argentiques classiques (microformes, et a fortiori, photographies). En outre, l’évolution des technologies numériques, l’obsolescence rapide des matériels disponibles sur le marché, et les difficultés soulevées par la conservation, à moyen et long terme, des images numérisées, ont conduit les spécialistes des plus grandes bibliothèques patrimoniales, en France et à l’étranger, à préconiser des protocoles de numérisation où les supports argentiques de reproduction gardent une fonction essentielle.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques : recommandations techniques/Ministère de la culture et de la communication. Paris : Direction du livre et de la lecture, 1998.