Recherche:Les chemins du langage/Entraînement cérébral communicatif

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Babel 900.jpg
Wikimedia-research-fr.png
Travail de recherche : Les chemins du langage

Cette page de l’espace Recherche, dépend de la faculté langues étrangères. Consultez le portail de l'espace recherche ou pour plus de détails l'index des travaux de recherche par faculté.

Toutes les discussions sur ce sujet doivent avoir lieu sur cette page.


Intérêt[modifier | modifier le wikicode]

Les successions de lettres ayant des sens différents selon les langages, il est envisageable de les exprimer simultanément pour faire passer plus d’informations dans le même son. D’où l’intérêt des "homonymes translingues", pour obtenir des degrés supplémentaires.

Il est donc ainsi possible de tout le temps jouer sur les mots avec émerveillement. Prenons la phrase : la voix que qu’il prend est grave.

= la/là + voie/vois/voix (chemin, verbe voir, son de la gorge et vote)

= en parlant au premier degré de la gravité de la voix, regarde ici le choix du chemin est important.

Par ailleurs, la stimulation engendrée par cet entraînement cérébral mnémotechnique et socialement utile est canalisatrice d’énergie, habitue à travailler régulièrement en étant autodidacte, et donne une meilleure articulation. Plus d'information et de contrôle dessus rend plus fort mentalement et donne meilleur moral, ne fait plus croire à tort selon des préjugés et incite à la réflexion et l’analyse permanente en sortant de la routine pour devenir imprévisible dans le bon sens du terme, au respect des interlocuteurs, à la communication, la construction, ainsi qu’à un profond désir d’apprentissage. La fréquence d’utilisation de chaque mot devenant plus importante, il devient également plus intéressant de les employer, situer, redonder, et solutionner leurs lexèmes parfois désagréables à partager.

Exemples de thèmes[modifier | modifier le wikicode]

Soit le code de couleur suivant, basé sur les drapeaux des pays d'origine des langues :

Langue
français
anglais
allemand
néerlandais
espagnol
portugais
italien
grec
russe
arabe
hindi
chinois
japonais
turc
indonésien
espéranto

À l’aide de cette technologie, tout le monde peut jouer avec son propre jeu gratuitement. Nous pouvons tous exprimer nos idées ou sentiments de façon subtilement détournée, à la limite du subliminal pour éviter les nombreuses gènes inhérentes à la communication.

Par exemple, lors d’un au revoir avec une charmante personne, il est possible d’exprimer un besoin (el beso /el ’beso/ = le baiser, j’embrasse), demander qui sait (the kiss /ðə kɪs/ = le baiser, embrasser), proposer un coussin (der Kuss /der kʊs/ = le baiser), parler du bachotage (il bacio /il ba’ʃo/ = le baiser, j’embrasse), doué non ? (吻 /wěn/ = le baiser, embrasser).

Associations de mots[modifier | modifier le wikicode]

Certains "parahomonymes translingues" ou polysèmes ont des significations complémentaires :

  • entre /ɑ̃tʁ/ (entrer) et antre /ɑ̃tʁ/ (tanière).
  • May /meɪ/ (mai) et 莓 /méi/ (fraise) : la saison des fraises commence en mai.

D'autres sont contraires :

  • sous /su/ (dessous) et su /su/ (sur).
  • yeah /jɛ/ (oui) et いいえ /iie/ (non).
  • या /ja:/ (ou) et や /ja/ (et).
  • or /ɔː(r)/ (ou) et और /ɔr/ (et).
  • ne /ne/ (non), nee /ne/ (non) et ναι /nɛ/ (oui).

Il en est de même avec les seconds degrés, complémentarité :

  • Le bébé boit du lait car il n'a pas de dent (bebe /bebe/ = il boit).
  • La femme fait des âmes (par épellation "F" donne "fait" en verlan).
  • lorem ipsum : ces messages n'ayant pas de sens premier, il faut se concentrer sur leurs sommes (sum : somme).

Certains sont identiques :

  • Je promets : pero (mais). Le sens caché peut d'ailleurs s’interpréter en "jeu en français mais en espagnol aussi".
  • Tu connais l'tarif : تعرف /tarif/ (tu connais).

L'importance de certains seconds degrés peut-être plus élevée selon le canal du message. En effet l'écoute favorisera la compréhension d'homophones tandis que la lecture celle d'homographes et de sens cachés dans les accents et ponctuations. Pour définir une priorité dans le traitement des données par le destinataire, insister sur l'importance d'une idée ou désambiguïser, il est possible de réitérer certains sens :

  • Je la trouverai bornée : jeu là true-vrai born-né.
    Sens : true /tru:/ (vrai), born /bɔː(r)n/ (né).
  • Merci de rester : mer-sea de reste-stay
    Sens : sea /si:/ (mer), stay /steɪ/ (reste) : rester conjugué au présent)
  • Les jambons sont en de bonnes mains : leg jambe bons, son hand deux bonnes mains.
    Sens : leg /lɛg/ (jambe), hand /hænd/ (main)
  • Voici ceux qui sont tombés du lit : vois-see ce qui son ton bed du lit.
    Sens : see /si:/ (vois) et bed /bɛd/ (lit)

Grammaire[modifier | modifier le wikicode]

Le langage peut se décrire lui-même en seconds degrés :

Envie de l’être (2 lettres). Aussi là-bas. Moderne hier (dernier mot). Maligne. Voyez-le, qu’on sonne. Dénoncé. Un génie t’y fait. Un présent imparfait serait impératif. Pas si vite ! Radicalement. Il suffit qu’ ça fasse. À l’heure du crime. La tribune…

La sentence (phrase). Intensif (tense = temps + if = si : conditionnel). Attention (hâte tense si on). Pas stressés (past = passé). Une vingtaine (点, てん /ten/ = point, virgule).

Métaphore de la « tête syntaxique » : tête de de mot peut désigner le préfixe ou le radical suivi d'une conjugaison, qui pourra être reconnue comme la queue du mot. De même, la tête de phrase sera compréhensible comme la proposition principale, voir le complément débutant physiquement la phrase. Ceci permet par exemple l'ajout de nombreux paramètres dans les expressions comme « tête de liste », « maux de tête »... Son antonyme peut être la « queue syntaxique ».

Le participe passé des verbes français des deux premiers groupes possède la même phonétique que leurs présents aux trois personnes du singulier. Il est donc possible d’exprimer la forme active en même temps que la passive par anastrophe.

Exemple : il fait = il est fait. De même, le sujet peut devenir COD : il apprend = apprends-le.

Les accords féminins et pluriels peuvent changer le sens du nom, du verbe ou de l’adjectif. Exemple : joliE = joli eux, joliS = joli est-ce.


Pour se référer à une précédente expression, et éventuellement en préciser sa langue, on peut mentionner un terme évoquant celle-ci :

  • Pays, nationalité, race ou langage : à cause de sa souffrance, la personne dans la rue ce matin je l’embauche (russe et boche). Tu r'commence ton œuvre en glaise (turc et anglais). Outil agricole (Greek /gri:k/ = grec, all [ɔːl] = tout).
  • Ville : c’est délicieux (Delhi = capitale de l’Inde).
  • Monnaie : la délivrer de ses troubles (livre = monnaie anglaise, rouble = monnaie russe). La chienne roupille (四 /ʃi/ = 4, yen = monnaies japonaise, roupie = monnaie indienne). T’as qu’à travailler (taka = monnaie du Bangladesh). L’arbre abattu (baht = monnaie de Thaïlande).
  • Pronom : Avouer votre avis (вы /vi/ = vous, et vi /vi/ = vous complément d’objet : votre vie russe et/ou italienne).

On peut également exprimer la non-utilisation des sens de certains langages : sans machine : sans le sens chinois. EtRangler les terres arables : et taire anglais et arabe.

Où alors interdire des numéros : bannir (nie /ni:/ et ни /ni/ = jamais, ni /ni/ = 9 en danois et norvégien, 二 /ni/ = 2) de la 4e cabane (ban = bannissement + 番, ばん /ban/ = numéro).

Les consonnes voisées (ou sonore) peuvent représenter les non-voisées, ceci par exemple pour ajouter un sens en relation avec le mot « voix ». Voisée peut aussi désigner la partie vue, ou dite, de la non-voisée (sourde). Exemple de contraste sourd-sonore : après le goût vient le coût. De plus, B est donc le « voisin » de P. D de T, G de K, V de F, Z de S et ʃ de ʒ.

Certains symboles qui se ressemblent peuvent aussi rentrer dans cette catégorie : 0 et O, 1, I et l, 2 et Z, 5 et S, 8 et &, A et R, + et 十 /ʃí/ (10), - et 一 /jī/ (1).

Science[modifier | modifier le wikicode]

La science est aussi descriptible de cette façon. Exemple : AlOrs oN a Clôturé : Al O + NaCl = A (ampère, groupe sanguin) a- (atto = 10^-18) litre oxygène, sodium + chlore = sel.

Il est aussi possible de communiquer des opérations mathématiques :

  • Son courage n’a d’égal que sa bonté : courage = bonté.
  • Son dispositif est prêt (prêt > 0). À plus (à > 0).

Désigner une direction ou une lettre, par les chiffres du cadran. Exemple : un sein cœur = à 150° à droite. Et inversement : elle était adroite = 1, 2, 3, 4, 5 (ou A, B, C, D, E et M, N, O, P, Q), ce qui permet de distinguer ces lettres de celles de gauche. On peut également convenir au préalable d’une association à un chiffre, pour désigner une personne, une langue...

Pour être plus facilement compréhensible, on peut insister en exprimant des sens redondés :

  • « Je ne vais nulle part » /ʒə nə vɛ nyl paʁ/ = 0 = aucun déplacement, ou alors vers midi/minuit (les heures ou tout droit sur le cadran horaire).
  • « Maintenant je tourne en rond » /mɛ̃tnɑ̃ ʒə tuʁn ɑ̃ ʁɔ̃/ = 0 = même déplacement qu’à la phrase précédente, avec en plus le sens des synonymes « rond = 0 » qui annoncent le résultat.

Certaines expressions peuvent faire comprendre un ajout ou une suppression de sommes. Exemple : plus que = +2 au lieu de -2. J’ai au moins ça = -2 au lieu de +2.

Cas des couleurs[modifier | modifier le wikicode]

  • Blanc rouge : rose /blɑ̃ ʁuʒ ʁoz/
    Bel en air/aire/ére ou j’ai : air ose au os /os/ (vous).
  • Blanc noir : gris /blɑ̃ nwaʁ gʁi/
    Bel en en /en/ (en) war /wɔ:r/ (guerre) : G /ge:/ : guerre, gère ris guéris.
  • Bleu rouge : violet /blø ʁuʒ vjɔlɛ/
    Bel eux air/aire/ére ou j’ai : vis vie vi /vi/ : вы /vi/ (vous), et vi /vi/ (vous complément d’objet) au les.
  • Bleu jaune : vert /blø ʒon vɛʁ/
    Bel eux j’o en /o en/ (ou en) : ver /ber/ (voir) vers wer /ve:r/ (qui).
  • Rouge jaune : orange /ʁuʒ ʒon ɔʁɑ̃ʒ/
    air/aire/ére ou j’o en /o en/ (ou en) : Ohr /o:r/ (oreille) en j’ai.
  • Noir orange : marron /nwaʁ ɔʁɑ̃ʒ maʁɔ̃/
    En war /wɔ:r/ (guerre) Ohr /o:r/ (oreille) en j’ai : aime art on.

Cas des langues[modifier | modifier le wikicode]

Le but est de marier des parahomonymes translingues, dont les noms de langues deviennent des adjectifs. Voici un exemple d’interprétation avec le mot "anglais" :

a n g l a i s
a n an /ɑ̃/
G j'ai /ʒe/
G jet /ʒe/
l a la /la/
l à là /la/
l a i lai /lɛ/ (laïc)
l a i s lais /lɛ/ (jeune baliveau, alluvion)
a i ai /ɛ/ (avoir)
a ï aï /ai/ (paresseux : animal)
a i s -ais /ɛ/ (suffixe formant les habitant de)
a i s ais /ɛ/ (avoir, planche de bois)
i s -is /i/ (suffixe de lieu, résultat d'une action)
i -i /i/ (suffixe de qualité, action, lieu)
a a /ə/ (un)
i s is /ɪz/ (est)
l a la /la/ (la)
a a /a/ (la, te, vous, sa, à, vers, de, en, dans, sur, avec, au bord de, chez, parmi, tous près de)
aí /ɐˈi/ (là)
l a la /la/ (la)
i i /i/ (« les » masculin)
ǎ i 矮 /ǎi/ (petit, bas)
a i 愛, あい /ai/ (amour)
a i 藍の, あい /ai/ (indigo, bleu foncé)
ɑ̃ g l ɛ
ɑ̃ g l angle
l ɛ laid (désagréable à voir)
l ɛ laie (femelle du sanglier, endroit déboisé, marteau du tailleur de pierre, traverse ou marque un bois)
l ɛ lait (liquide)
l e les (article défini pluriel et pronom personnel 3e personne du pluriel COD + COI)
ɛ -aie (suffixe plantation)
e -er (suffixe agent, réceptacle, arbre, forme l'adjectif qui a le caractère de)
e -et (suffixe diminutif)
ɛ es/est (être)
e et'
ɛ haie'
ɛ hais (haïr)
e he (j'ai)
l e le (“les” féminin, elles)
e e (et)
e é (il est)
é 峨 /é/ (haut)
é 额 /é/ (front, chiffre, volume)
é 锇 /é/ (os)
é 饿 /é/ (avoir faim)
e 絵, え /e/ (peinture, dessin, image)

Jeux de cartes[modifier | modifier le wikicode]

D’une manière générale, tous les jeux sont compatibles : dés, dominos, jeux de voiture : déplacements par un chiffre multiplié par celui de la vitesse enclenchée (utilisation des tables de multiplication), jeux de cartes :

  • Dis-moi où est le club ? Club (trèfle).
  • Dans la vallée qui descend à pique.
  • D’accord, je crois qu’il faut s’écarter des carreaux.
  • Ts perspicace : re (roi), Pikas (as de pique), /pɛʁ/ : paire.

Exemples de phrases[modifier | modifier le wikicode]

  • Les hommes coupent le bois = 3.
    L’aise hommes sommes (en) somme home /həʊm/ (maison) mot (/om/ à l’envers), coût coup couple, beau boit.
  • Un animal, des animaux = 6.
    Un anime mal, dès anime mots, des an him /æn hɪm/ (un lui) aime o /o/ (ou).
    Exemples :
    Le chat : chez à (préposition introduisant un complément, un possesseur, une destination, un usage, une provenance, une durée) : ♀.
    Le chien : chez 1 (une personne, une phrase ou un résultat) : ♂.
    Le lion : lis/lie on (lire, lier).
    L’aigle : leg /leg/ (jambe) lègue /lɛg/ egg /ɛg/ (œuf) ailes.
    Le saumon : le somme on.
  • C’est la version des plus vieux : si elle voit les menus à jeudi = 6.
    C’est l’averse, si, ondées dès pluvieux, ciel voilé meut nuageux.
  • C’est facile /se fasil/ = 3
  • C fa /fa/ (il fait) s’il, así /a’si/ (ainsi) assis, s’efface si ill /ɪl/ (malade, la métaphore malade est ici employée pour une phrase toujours personnifiée), ses faces cils …
  • Apéro gâteaux ! C’est ce que nous soupçonnions.
    pero /‘pero/ (mais) perro /‘perro/ (chien) gato /’gato/ (chat) cessent que haine, en /en/ (en) soupes oignons (la métaphore du chien et du chat employée ici signifie homme et femme : chez i1 et chez a).
  • Sans un peu d’innovation c’est le désespoir.
    sans sang sens paie œufs dîne nova /'nɔva/ (nouvelle) ovation, vas-y si on, sell /sɛl/ (vends) selle scelle eux d’aise, est-ce poires c’pot art.
  • S’il a lu ton carnet, à la limite il abuse.
    si la lutte ton carne /‘karne/ (viande) a là l’imite meat /mi:t/ (viande) il a bu.
  • Ils la validèrent car c’est fou d’être hostile.
    il l’avale, idée, ally /a'ʎi/ (là-bas) d’air qu’art ces food /fu:d/ (nourriture) d’êtres trop styles, still /stɪl/ steal steel /sti:l/ (encore-toujours vole de l’acier).
  • Mais t’es au courant des pamplemousses on les adore !
    météo : courants, cela dépend, il pleut, mousson, sont les sad door /sæd dɔ:r/ (tristes portes).
  • Y faut garder les clous des mystiques.
    if fog hard /ɪf fɒg hɑ:d/ (si brouillard dur) délais cloud /klaʊd/ (nuage) et mist /mɪst/ (brume) tique.
  • Suivez-nous, pour faire mieux on va leur dire.
    suis veine, wen /ve:n/ (quand) ven /ben/ (ils voient) où, poor /pʊər/ (pauvre) ferme yeux, on valeur heard /hɜ:d/ (entendu ici) ir /ir/ (aller).
  • Il a fait les choses les jambes très fléchies.
    il a fêlé os chez os /os/ (vous), ose les gens très réfléchis, leg /lɛg/ (jambe) trèfle flèche she /ʃi:/ (elle).
  • Ton gant bouche, j’embellirai ça, elle y pense, j’ai encore faim.
    tongue /tʌ1/ (langue) en bouche, jambe belly /‘bɛlɪ/ (ventre) et ça : lip /lɪp/ (lèvre) panse, géant corps fin.
  • La procédure est envisageable.
    lapereau s’aide dur, étang, pero /‘pero/ (mais) père perro /‘perro/ (chien) head /hɛd/ (tête) dure est tant visage able, et t’en vit sage à belle.
  • Voyons, relève l’adresse de l’expulsion.
    vois haillons, relève lad dress /læd drɛs/ (robe d’enfant) de l’ex-pull si on.
  • On s’échangeait nos microbes, mais bien.
    on sèche champs, chant no /nəʊ/ (non) micro, robe cRo (R /ɒ:r/ épelé à l’anglaise) : carreau caro /‘karo/ (cher), maybe /‘meɪbi:/ (peut-être) 1.
  • Par exemple, nous avions adoré ton décolleté.
    par ex-ample, avion add door /æd dɔ:r/ et ton décolle, dès qu’call /kɔ:l/ (appelle).
  • Il doit pointer, sinon peu m’importe qu’il ne soit pas payé.
    il doigt pointé, seen /si:n/ (vu) on peut mains portent.
  • Ces abricots demeurent à partager.
    16 abris de brique, code meurs, demeure appart’ âgé.
  • Il m’arrive d’héberger du monde.
    île marre mar /mar/ (mer) rive des berges jet, des bergers hument.

Clés de codage[modifier | modifier le wikicode]

À un moment donné, il est possible d’adopter plusieurs codes de comptage simultanément. À partir d’un certain nombre de phrases, on peut alors retrouver la clé privée (phonétique, écrite en caractères latins, chinois, ou autres) d’une personne, en posant des équations. Celle-ci pourra la faire deviner entre autres à l’aide de chiffres annoncés comme dans les exemples suivants :

  • Elle fit redescendre les artistes pour qu’ils expliquent.
    /ɛl fi ʁədesɑ̃dʁə lez aʁtist puʁ k ilz eksplik/ = 4.
    Chiffres allemands présents : 1, 4, 8, 6 = elf /ɛlf/, vier /fi:r/, acht /axt/, sechs /zɛks/.
    Il est très doué vous ne trouvez pas ?
    /il ɛ tʁɛ dwe vu nə tʁuve pa/ = 4.
    Chiffres italiens : 1, 2, 3 = un /'un/, due /'due/, tre /tre/.
    Le Chinois du bas est père.
    /lə ʃ inwa dy ba ɛ pɛʁ/ = 1.
    Chiffres chinois : 10, 8, 2 = 十 /shí/, 八 /bā/, 二 /èr/.
    Certains sons expriment plusieurs chiffres, pouvant donc se combiner pour désigner des heures, zones…
    /di/ = 2/10, /ni/ = 2/9 (norvégien, danois), /saba/ = 3 (bambara)/7, /shi/ = 4/10, /si/ = 4/6.
    Exemple : d’ici *:2 + 10 + 4 + 6 *:de 2h10 à 4h06…

Calcul de l'expressibilité[modifier | modifier le wikicode]

Le nombre de sens possibles dans un mot m(X) est fonction du nombre de ses morphèmes X (plus petites unités de sens, par exemple le « pot » de potier).

En combinant les morphèmes, m(X) = X + X(X-1) + X(X-1)(X-2) … + 0.

Par exemple si nous avons huit morphèmes dans un mot, m(8) = 8 + 56 + 336 + 1680 + 6720 + 20160 + 40320 + 40320 = 109 600 sens potentiels pour ce mot.

Dans le but d'enrichir encore les réflexions, il est possible d'ajouter des lexèmes à chaque éléments connus :

Plus de locutions homonymes par exemple avec des verbes factitifs, ou en définissant et degrés de paronymie internationale pour les faux-amis. Ainsi, les termes graphiquement et phonétiquement identiques seraient des faux-amis 0e degré, ceux possédant 1 son ou 1 lettre de différence comme 1er degré...

Oralement par une apparence fixe, complétée par des gestes variables et des sons plus ou moins aigu et long, les phonèmes.

Par écrit par des images créées, et notamment des lettres, employées à certaines positions dans différents mots ponctués et modulables par des anagrammes. Les lettres peuvent également être associées à plusieurs codes, connus comme leur position dans l'alphabet ou les initiales de personnes (exemple : AB = Alex + Bénédicte, abbé, 1 femme et 2 hommes, 12m ou 1h02, voir 1h10 si on associe le cadran des minutes avec celui des heures...), ou alors en leur associant des codes privés au préalable. Il existe de nombreux codes de cryptage, avec l'exemple du chapitre 1) de pondération de chaque lettre en +1 ou -1, si Y est le nombre de lettres ou phonèmes associés et p(Y) le nombre de ces codes, nous avons : p(Y) = 2Y, avec Y ≥ 0. Donc avec les sons français p(37) = 74 codes.