Recherche:Les abolitions des traites et des esclavages/Abolition des esclavages

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Abolition des esclavages
Icône de la faculté
Chapitre no 10
Recherche : Les abolitions des traites et des esclavages
Chap. préc. :Les abolitions des traites
Chap. suiv. :Etre citoyen et participer à l'élaboration des lois
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Les abolitions des traites et des esclavages : Abolition des esclavages
Les abolitions des traites et des esclavages/Abolition des esclavages
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

"Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune". Article premier de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, Assemblée nationale constituante de 1789

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Les tentatives de sorties des systèmes esclavagistes avant le XVIIIe siècle[modifier | modifier le wikicode]

1688 - Pétition des Quakers de Germantown près Philadelphie[modifier | modifier le wikicode]

Abolitions dans le système esclavagiste américain à l'époque moderne, XVIIIe siècle, (1715 - 1815)[modifier | modifier le wikicode]

USA, abolition de l'esclavage politique, maintien de l'esclavage marchandise[modifier | modifier le wikicode]

  • 1778 - France, États-Unis et secrétariat d'État aux Affaires étrangères (1589-1791), Traité d'amitié et de commerce conclu entre le roi et les États-Unis de l'Amérique Septentrionale, Paris (notice BnF no FRBNF33705763, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1778 - Benjamin Franklin (dir.) (trad. Regnier), Recueil des loix constitutives des colonies anglaises confédérées sous la dénomination d'États-Unis de l'Amérique septentrionale. Auquel on a joint les notes d'indépendance, de confédération et autres actes du congrès général traduit de l'anglais par Regnier, dédié à M. le docteur Franklin, Philadelphie et Paris, Cellot & Jombert, 370  p. (notice BnF no FRBNF39375161, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Saint-Domingue, révoltes serviles & révolution de la citoyenneté[modifier | modifier le wikicode]

La loi de 1791[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie (La loi de 1791)[modifier | modifier le wikicode]

  • 1791 - anonyme, Il est tems de le mettre au jour : Dialogue logographique entre un député de Saint-Domingue, un ministre d'Etat, et un mulâtre, Paris (notice BnF no FRBNF34139116, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

France, abolition de l'esclavage politique & de l'esclavage marchandise[modifier | modifier le wikicode]

Constitution de 1791. Page 1

L'abolition de l’esclavage dans les débats des assemblées révolutionnaires[modifier | modifier le wikicode]

Laffon de Ladebat - Sur la nécessité de détruire l'esclavage dans les colonies (page de titre), Bordeaux, 25-08-1788.png
Décret n° 2262 de la Convention nationale Abolissant l'esclavage, 4 février 1794

La pensée abolitionniste durant la nuit du 4 août 1789[modifier | modifier le wikicode]

« Or, à côté de Duport, de Lameth, de Maury, de Cazalès, de Sieyès, de Bailly, de Talleyrand, de Mirabeau, vinrent s'asseoir, fermes et forts, les députés du tiers. Ctei y comptait 212 marchands ou cultivateurs, parmi lesquels ce Leguen de Kérangal, fabricant de toiles à Landivisiau (Sénéchaussée de Lesneven), qui, au début de la grande nuit du 4 août,montant à la tribune dans son costume breton, prit corps à corps les privilèges, avec sa rude éloquence, et déchaîna l'enthousiasme des renonciations féodales. »
— L'Univers, (notice BnF no FRBNF34520232c)[2].

« ... "nous ne ferons enfin de bonnes lois qu’en nous organisant sur un code qui exile l’esclavage" »
— Guy Le Guen de Kerangal.- Assemblée nationale, nuit du 4 août 1789, page 345[3].

« Proposé par Colbert et signé en 1685 par Louis XIV, le code régissant les rapports sociaux dans les colonies fut adopté par le roi, chose significative, la même année que le texte révoquant l’Édit de Nantes. Sur la question des discriminations ethniques voir : Yvan Debbasch, Couleur et liberté : le jeu du critère ethnique dans un ordre juridique esclavagiste, Paris, Dalloz, 1967. »
— Déborah Liébart.- "Un groupe de pression contre-révolutionnaire : le club Massiac sous la constituante"[4]

L'esclavage & la traite des Africains dans les Constitutions de 1789 à 1815[modifier | modifier le wikicode]

  • 1788-1989 - André-Daniel Laffon de Ladebat et Académie des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux (dir.), Discours sur la nécessité et les moyens de détruire l'esclavage dans les colonies : lu à la séance publique de l'Académie royale des sciences, belles lettres et arts de Bordeaux, le 25 août 1788, Bordeaux (ISBN 978-3-655-09910-0, notice BnF no FRBNF37262771, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • Octobre 1790 - Henri Grégoire, Lettre aux philantropes sur les malheurs, les droits et les réclamations des gens de couleur de Saint Domingue et des autres îles françoises de l'Amérique, Paris, Henri Grégoire, Éditions Belin, E.-J. Bailly et Desenne (notice BnF no FRBNF36035029, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  1. Constitution de 1791
  2. 1791-1792 - Jourdain, Yves-Claude (1749-1828).- Extrait alphabétique de tous les décrets de l'Assemblée nationale, servant de table générale, applicable à toutes les collections, & qui peut même en tenir lieu..., 2 vol., (IV-556, 554 p.), Éditeur : Mme Brutté (Rennes) ; Belin, (Paris), 1791-1792, {{BNF|30663539s}}.

La Révolution française témoignage des échanges culturels entre colonies & métropoles[modifier | modifier le wikicode]

Devise : la liberté ou la mort[modifier | modifier le wikicode]

Joseph Addison by Sir Godfrey Kneller
Devise républicaine " Liberté, égalité, fraternité ", proposée par Robespierre à la Convention nationale le 5 décembre 1790 et placée par J. N. Pache sur les murs des édifices publics parisiens.

L'expression "La liberté ou la mort" est tirée de la tragédie Cato de [[w:Joseph Addison|Joseph Addison], Esq. En 1700, Joseph Addison fit représenter Caton, tragédie dans le genre classique qui eut une vogue extraordinaire, mais qui était due en partie aux circonstances politiques. La pièce fut traduite en 1713 par Boyer et publié chez le libraire J. Desbordes d'Amsterdam.

1700 - Caton d'Utique (Q5053587), tragédie de Joseph Addison ; Joseph Addison, Cato. A tragedy. As it is acted at the Theatre-Royal in Drury-Lane, John Wood et George Grierson, Édimbourg et Dublin,


« Cato — Adieu, young Prince : I wou'd not hear a word

Shou'd leſſen thee in my eſteem : Remember
The hand of fate is over us, and heav'n
Exacts ſeverity from all our thoughts :
It is not now a time to talk of ought

But chains, or conqueſts, liberty, or death. »
— Joseph Addison, Cato. A tragedy. As it is acted at the Theatre-Royal in Drury-Lane, John Wood et George Grierson, Édimbourg et Dublin, , 1700[6].



Cato — Adieu, young Prince : I would not hear a Word
Shou'd leſſen thee in my Esteem : Remember
The Hand of fate is over us, and Heav'n
Exact's ſeverity from all our Thoughts :
It is not now a Time to talk of ought
But Chains, or Conquest, Liberty, or Death.|Joseph Addison, Cato. A tragedy. As it is acted at the Theatre-Royal in Drury-Lane, John Wood et George Grierson, Édimbourg et Dublin, , 1713[7].}}

« Et toi Divine Liberté infpire nos âmes & rens ou nôtre vie heureufe en te poffedant ou nôtre mort glorieufe en te défendant »
(en) Joseph Addison (trad. Abel Boyer), Caton, tragédie par M. Addison ; traduite de l'anglois par Mr Abel Boyer, Amsterdam, J. Desbordes, 80  p. (notice BnF no FRBNF36064219, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata[8]

« "La devise « Liberty or Death » figure dans Caton, tragédie de Joseph Addison (1712), qui exalte la résistance à la tyrannie de César et le choix du héros antique éponyme de se donner la mort (elle est traduite en français en 1738 [Utrecht, Neaulme … »
— Michel Biard.- La liberté ou la mort, mourir en député, 1792-1795, 2015[9].

Abolitions du système esclavagiste à l'époque contemporaine, XIXe siècle, (1815 - 11948)[modifier | modifier le wikicode]

Miguel Hidalgo (1753-1811), considéré au Mexique comme le père de la Patrie[10].

Nations souveraines[modifier | modifier le wikicode]

1793, "Unité, Indivisibilité de la République, Liberté, Egalité, Fraternité ou la Mort"

Bibliographie (Nations souveraines)[modifier | modifier le wikicode]

  • 2016 - Bernard Peloille, De la Nation & De sa prise en charge et de sa déprise d'une Révolution l'Autre, Éditions Inclinaison, 289  p. (ISBN 978-2-916942-51-3)Voir et modifier les données sur Wikidata, publié le 20 septembre 2016

Les translations des empires coloniaux des Amériques vers l'Afrique & l'Asie[modifier | modifier le wikicode]

La tentation des développements séparés sur le critère d'Etat-nation[modifier | modifier le wikicode]

La tentation des développements séparés sur le critère de race[modifier | modifier le wikicode]

  • 2010 - Jacques Rancière, « Le racisme comme création de l’Etat », Œuvres ouvertes.net et Mediapart, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Bibliographie : "Les abolitions des traites et des esclavages"[modifier | modifier le wikicode]

  • Liste d'opposants à l'esclavage
  • 1668 - Diego de Avendaño, Thesaurus indicus, seu Generalis instructor pro regimine conscientiae in iis quae ad Indias spectant : Tomus primus, ea continens, quae ad ciuilem praesertim conducunt gubernationem. Tomus secundus circa spiritualia totus sacramenta inquam, praecepta ecclesiae, priuilegia pro ipsis, indulgentias, & sacrorum homi, Anvers (notice BnF no FRBNF30041573, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1794 - Pierre-Gaspard Chaumette, Discours sur l'abolition de l'esclavage. Prononcé par Anaxagoras Chaumette, au nom de la Commune de Paris, 30 pluviôse an II, C.-F. Patris, 42  p. (notice BnF no FRBNF30229580)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1802 - Charles-Yves Cousin d'Avallon, Histoire de Toussaint-Louverture, chef des noirs insurgés de Saint-Domingue, précédée d'un coup d'oeil politique sur cette colonie, Pillot frères, 211  p. (OCLC 19911219, notice BnF no FRBNF30282183)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1830-1840 - Odilon Barrot, Henri de Vatimesnil, Bénard, J.-H, Jean-Gilbert Ymbert et Charles-Antoine Lepec (dir.), Bulletin annoté des lois, décrets et ordonnances, depuis le mois de juin 1789 jusqu'au mois d'août 1830 avec des notices par MM. Odilon Barrot, Vatimesnil, Ymbert ; mis en ordre et annoté par M. Lepec, avocat à la cour royale de Paris, Paris, Paul Dupont (notice BnF no FRBNF30794156)Voir et modifier les données sur Wikidata, Lire sur Gallica, 23 volumes ; Lire sur Internet Archive].
  • 1848 - Conseil colonial de la Guadeloupe, Abolition de l'esclavage : Discours de M. le lieutenant-général Baron Ambert, Président du Conseil colonial de la Guadeloupe, A l'ouverture de la session de 1847, Paris, imprimerie de Guiraudet et Jouaust (notice BnF no FRBNF36400651, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 1948 - Vittorino Magalhes Godinho, Le travail forcé dans le Mexique colonial (ISSN 0395-2649, 1243-258X et 1953-8146, DOI 10.3406/AHESS.1948.2360, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 2002 - Hélène Desbrousses et Bernard Peloille, Révolution de 1848 : un décryptage du palimpseste ? (ISSN 1960-6001 et 0243-6450, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • 2008 - Lucienne Germain et université Paris-Diderot, Aspects du débat sur l'abolition de l'esclavage en Grande-Bretagne. Chronologie du débat sur l’abolition de l’esclavage en Grande-Bretagne, 1787-1840 (ISSN 0248-9015 et 2429-4373, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • Musée du quai Branly, Agence Gaya.- Les îlots de la liberté
  • 2015 - Michel Biard, La liberté ou la mort ː mourir en député, 1792-1795, Paris, Éditions Tallandier, 363  p. (ISBN 979-10-210-0731-4, notice BnF no FRBNF44253753)Voir et modifier les données sur Wikidata

Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quakers
    Rôle des quakers dans l'abolitionnisme
    Germantown près de Philadelphie, dans le territoire de Pennsylvanie
  2. L'Univers, (notice BnF no FRBNF34520232c), 18 mai 1881
  3. Nuit du 4 août 1789, Archives parlementaires de 1787 a 1860, Tome VIII, du 5 mai au 15 sepbtembre 1789
  4. Déborah Liébart, Un groupe de pression contre-révolutionnaire : le club Massiac sous la constituante (ISSN 0003-4436 et 1952-403X, DOI 10.4000/AHRF.10873, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, octobre-décembre 2008
  5. Jean Baptiste Pierre Jullien Courcelles, Fortia d'Urban, L'art de vérifier les dates depuis l'année 1770 jusqu'à nos jours, formant la continuation, ou troisième partie de l'ouvrage publié, sous ce nom, vol. 4, Arthus-Bertrand, Treuttel et Wurtz, 1838 [[{{Google Livres|C2hLAAAAcAAJ|page=513|surligne=}} présentation en ligne]] 
  6. Joseph Addison.- Cato. A tragedy]. As it is acted at the Theatre-Royal in Drury-Lane, John Wood, Édimbourg, 1700, page 27
  7. Joseph Addison.- Cato. A tragedy]. As it is acted at the Theatre-Royal in Drury-Lane, John Wood, Édimbourg, 1713, page 23
  8. BnF-Gallica
  9. Michel Biard.- La liberté ou la mort, mourir en député, 1792-1795, 2015.
  10. 1948 - Vittorino Magalhes Godinho, Le travail forcé dans le Mexique colonial (ISSN 0395-2649, 1243-258X et 1953-8146, DOI 10.3406/AHESS.1948.2360, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata