Recherche:Le temps dans la relativité restreinte ou la célérité du temps/Physique

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Physique
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Recherche : Le temps dans la relativité restreinte ou la célérité du temps
Retour auLogique
Chap. suiv. :Mathématique
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Le temps dans la relativité restreinte ou la célérité du temps : Physique
Le temps dans la relativité restreinte ou la célérité du temps/Physique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Postulat de départ : Si pour un observateur extérieur, le temps d'un 'objet' se déplaçant à la vitesse de la lumière ne passe pas, il va à la vitesse du temps.


- Si le temps se déplace à la vitesse de la lumière, il se déplace à la même vitesse pour tous. Il s'agit du temps propre (observateur intérieur) ou 'temps ressenti'. La lumière peut diffuser en tous sens, le temps doit faire de même. Il doit donc diffuser dans deux sens opposés 'en même temps'. On note l'invariance du temps quelque soit le référentiel : principe fondamental de la relativité.


- Le temps relatif (observateur extérieur) ou 'temps de l'horloge' se déplace relativement à la déformation de l'espace :

Lors d'un déplacement 'rapide', l'espace est relativement 'contracté', le temps se déplace relativement plus vite.

A proximité d'un corps massif, l'espace est relativement 'dilaté', le temps se déplace relativement plus doucement.


- Si le temps se déplace à la vitesse de la lumière, temps et espace cohabitent (ou presque). Lorsque la vitesse et la gravité altèrent un des deux pour un observateur, ils altèrent l’autre dans les mêmes proportions (ɣ). (Du coup, le postulat de réciprocité des vitesses est immédiatement respecté.)

En annexe 1, la démonstration mathématique du postulat de réciprocité des vitesses. Elle est basée sur l'expérience de pensée de simultanéité de la figure 5.