Recherche:Laboratoire d'écologie collaborative/Fiche/La gestion des espaces verts et la biodiversité

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fiche mémoire sur la gestion des espaces verts et la biodiversité
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Fiche : La gestion des espaces verts et la biodiversité
Laboratoire d'écologie collaborative/Fiche/La gestion des espaces verts et la biodiversité
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.



Pour pouvoir associer [[w:Biodiversité|biodiversité] et espaces verts, des conseils de gestion ont été créé, comme celui de gestion différenciée. La loi aussi se prête à ce jeu, par la création du plan Ecophyto 2018] et donc la mise en place du zéro-phyto.

La gestion différenciée[modifier | modifier le wikicode]

La gestion différenciée est, d’après la Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles de RHONE-ALPES (FREDON Rhône-Alpes) « un outil permettant de ne plus considérer l’espace communal comme un tout, mais au contraire comme un ensemble d’espaces individuels, ayant chacun leur fréquentation, leur but visuel, leur usage et donc les moyens humains et techniques qui leur sont affectés. ». L’entretien est donc réfléchi pour avoir lieu le moins souvent possible, mais autant que nécessaire tout de même, comme le signale le site gestiondifferenciee.be.

Par cette pratique, les espèces indigènes sont mises en valeur, mais les pratiques horticoles ne sont pas exclues, une vraie biodiversité peut alors se développer. Les avantages économiques ne sont pas moindres, et comprennent la réduction de la consommation d’eau et des produits chimiques, ainsi que la diminution des couts liés au matériel car il sera adapté aux pratique, et les temps de travaux seront maitrisés, ce qui permettre d’optimiser les moyens humains. Les risques pour la santé sont ainsi diminués, et les aménagements plus adaptés à l’utilisation par les habitants. Pour le personnel responsable de l’entretien, les taches sont moins répétitives, et leurs avis et connaissances sont revalorisés pendant leur temps de travail, car il faut savoir faire preuve d’adaptabilité pour entretenir les espaces de façon raisonnée. La valorisation des paysages de la commune peut attirer le tourisme, et donc l’emploi. En résumé, le cadre de vie de chaque être vivant sur la commune est ainsi amélioré.

Pour réaliser un plan de gestion différenciée, plusieurs étapes sont définies sur le site gestiondifferenciee.org, dans le guide méthodologique proposé par le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) de la Vendée :

• Le diagnostic des pratiques :

  • Récolte des données qualitatives : la description des sites (qualité paysagère, valeur historique, culturelle, environnementales, …), les usages (fonction et fréquence), la biodiversité (floristique et faunistique), les problématiques (accessibilité, contraintes réglementaires, exposition, nature du sol, vandalisme), les enjeux, les objectifs et les évolutions possibles.
  • Récolte des données quantitatives : lister et nommer les espaces, les localiser sur un plan, les classer par typologie, mesurer les surfaces, lister l’entretien actuel (tache, fréquence, matériel utilisé)

• La classification des sites selon leur profil, en différents codes d’entretien, allant des sites horticoles, aux sites aux propriétés favorables aux milieux naturels

• La définition des futures pratiques d’entretien

• Le suivi annuel, comprenant la mise en place de protocoles de suivi, la compilation des résultats, le réajustement des pratiques, et la communication autour de ces résultats.

Le zéro-phyto[modifier | modifier le wikicode]

Le zéro-phyto est un objectif de suppression de l’utilisation des produits phytosanitaires (ou pesticides, ou produits phytopharmaceutiques) sur l’ensemble des espaces végétalisés publics et privés. Ces substances chimiques sont utilisées pour protéger les végétaux contre tous les organismes nuisibles, ou à prévenir leurs actions. Les fongicides en font donc partie, au même titre que les herbicides ou les insecticides.

Pour le moment, cette démarche est bénévole, mais d’ici le 1 janvier 2017, les gestionnaires des espaces verts publics (sur les promenades comme en forêt) ne pourront plus y recourir. Sur les voiries, terrain de sports et cimetières, par exemple, les pratiques ne seront pas à modifier. En 2022, ce sont les jardins de particuliers qui en seront privés.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

http://www.gestiondifferenciee.be

http://www.gestiondifferenciee.org/spip.php?article57

http://www.fredonra.com