Recherche:Imagine un monde/Avant-propos

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikimedia Community Logo.svg
Avant-propos

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté Socio-anthropologie. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.

Titre de la page pour créer un wikilien : Recherche:Imagine un monde/Avant-propos
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, «  », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

De Lionel Scheepmans.

Sans aucune prétention à l'exhaustivité, cet ouvrage se veut être une première étude holistique du mouvement Wikimédia basée sur une observation participante de longue durée. Son approche méthodologique repose sur une double conviction personnelle. La première est que la simple somme des savoirs acquis par une multitude d'études portant séparément sur les composantes spécifiques d'un mouvement social[N 1] ne peut aboutir à la bonne compréhension de son tout[N 2]. La seconde conviction est que l'étude d'un mouvement social dans son ensemble, ne pourra être que limitée, voire trompeuse, si l'on ne prend pas la peine d'aborder les choses en finesse et en détails aux travers différentes approches ou points de vue.

Cette dernière conviction concorde parfaitement avec les travaux de Ken Wilber remarquablement vulgarisés dans son ouvrage intitulé Une brève histoire de tout[B 1]. Dans la préface de cet ouvrage Tony Schwartz affirme que Wilber reconnait quatre « formes de la vérité »[B 2] que je considère moi aussi complémentaires et indispensables pour atteindre ce que j'appellerai la « complétude étude » du monde qui nous entoure. Ces quatre approches se répartissent selon deux axes opposant chacun deux catégories. Un premier axe oppose la catégorie « individuelle » à celle de « collective », tandis qu'un second opposera la catégorie « intérieure », que j'entends ici comme subjective, introspective, réflexive, interprétative ou herméneutique et à tendance qualitative, à la catégorie « extérieure », que j'entends cette fois comme objective, distanciée, structurelle et à tendance quantitative. Voici ci-dessous sous forme de tableau et de manière revisitée ces quatre approches ou formes de vérité originairement appelées « quadrants » par Ken Wilber[B 3].

Intérieure Extérieure  
Approche intentionnelle Approche psychologique Individuelle
Approche culturelle Approche sociale Collective

De manière utopique j'en suis parfaitement conscient, ces convictions auront donc guidé mon étude du mouvement Wikimédia que je tenterai de restituer au mieux dans cet ouvrage. La nature utopique de mon entreprise apparaitra d'autant plus évidente que j'ai aussi souhaité situer le mouvement Wikimédia au sein même d'une « révolution numérique » que Marcel Mauss n'aurait pas hésité de qualifié de « fait social total » tant celle-ci met « en branle la totalité de la société de ses institutions »[B 4].

Dans l'absolu, une telle étude holistique devrait donc porter son attention sur près de 16 milliards d'accès mensuels[W 1], à un ensemble de près de 400 millions de pages web hébergées sur un peu plus de 900 sites web[W 2] actifs dans plus de 300 langues distinctes. Elle devrait ensuite, toujours dans l'absolu, étudier ce gigantesque espace numérique en s'intéressant à des dizaines de milliers d'actions humaines journalières[W 3] dont l'archivage presque complet est libre d’accès et d'utilisation dans le cadre qui nous préoccupe. Au niveau de la sphère hors ligne du mouvement, elle devrait enfin s'intéresser aux centaines de groupes humains regroupant des milliers de personnes actives au sein de centaines d'évènements hors ligne distribués dans le monde entier.

Il apparaît ainsi clairement que l'étude du mouvement Wikimédia est un travail sans fin alors que a contrario, une thèse de doctorat doit bien se clôturer un jour. Toute la difficulté dans le rendu de celle-ci sera donc de faire la synthèse d'une étude voulue globale dans le respect de ses premiers engagements, mais fatalement incomplète. Relever ce défi consistera donc à fournir au lecteur de cet ouvrage une image réduite, mais fidèle, de l'ensemble du mouvement Wikimédia qui reposera autant que possible sur les quatre approches méthodologiques présentées précédemment et sur des cas de figure suffisamment précis et détaillés.

Pour façonner cette entreprise à taille humaine, des choix ont donc dû être fait. Le premier choix aura été de limiter l'état de l'art de la littérature internationale portant sur le mouvement Wikimédia, relativement pauvre disons le tout de suite, à la sphère francophone et anglophone et de ne renoncer à vouloir y intégrer la totalité des très nombreux textes et travaux d'étude qui auront porté uniquement sur le projet Wikipédia. Un second choix, liés ici à des contraintes de temps au niveau de la recherche, de budget concernant les déplacements et de connaissances linguistiques par rapport aux interactions, consistera à se concentrer principalement sur la sphère francophone du mouvement. Toute fois, et afin de rester cohérent par rapport à notre désir d'approche holistique, l'étude portera aussi bien entendu sur la sphère internationale du mouvement et ce dès lors que celle-ci rentrera en interaction avec la sphère francophone.

Il n'aura pas non plus été possible durant mes recherches d'étudier en détail les centaines de sites web soutenus par le mouvement Wikimédia. Trois d'entre eux auront cependant fait l'objet d'une observation et d'une participante assidue. Il s'agit en premier lieu bien sûr du projet Wikipédia[W 4], premier-né des projets Wikimédia bien connus de tous, en second lieu le projet Wikiversité[W 5], le dernier-né de la fratrie, peu connus bien que très important au niveau épistémique puisqu'il se dédie à la publication de matériaux pédagogique et de travaux de recherche, et en troisième et dernier lieu, le projet Méta-Wiki[W 6] qui représente le principal espace numérique de coordination et de gouvernance du mouvement Wikimédia.

En dehors de l'espace Internet, il ne me fut pas non plus possible d'être présent partout où j'aurais voulu être. D'une part pour des raisons de temps, de déplacement et d'argent déjà évoqués, mais aussi d'autre part, parce que l'on ne m'a pas autorisé. Le rejet de ma candidature au conseil d'administration de l'association Wikimédia France par exemple[W 7], ne m'aura pas permis de découvrir celle-ci au même titre que l'association belge dont je fus l'un des membres fondateurs[W 8] et membre du conseil d'administration pendant plus de deux ans[W 9]. Il ne m'aura pas non plus été possible malgré certaines insistances parfois[W 10], de participer à l'une des « Wikimedia Conference »[W 11] organisées chaque année à Berlin, la dernière en date, celle de 2020 ayant par ailleurs été annulée suite à la pandémie de maladie à coronavirus. Au niveau de l'espace numérique enfin, je n'aurai pas non plus réussi à expérimenter le statut d'administrateur global sur l'ensemble des projets[W 12] bien qu'il me fût possible d'en assumer la tâche au niveau local dans le projet Wikiversité francophone[W 13] ou encore de rejoindre le comité d'édition du WikiJournal of Humanities au sein du projet anglophone[W 14].

Ceci dit, mes observations et ma participation au mouvement Wikimédia entièrement retracée sur ma page de présentation présente sur l'ensemble des projets Wikimédia[W 15][N 3], auront largement suffi à nourrir un ouvrage dont le volume ne peu de toute façon dépasser les standards accordés à une thèse de doctorat en socio-anthropologie. Sachons ensuite que les écrits de cette thèse auront d'abord fait l'objet d'une première publication en ligne sur le site Wikiversité avant de se voir imprimé dans une version papier officiel dans le but d'être soumise à évaluation[W 16].

Étant donné que Wikiversité, au même titre que Wikipédia, est un projet collaboratif où chacun peut reprendre et poursuivre les travaux entamés par d'autres, cet ouvrage, ne constituera donc finalement qu'une version historique d'un travail de recherche qui ne demande qu'à être poursuivi. Dans une telle perspective, les convictions et engagements présentés en début de cet avant-propos n'apparaissent donc plus comme de simples utopies. Elles deviennent un guide et une invitation à poursuivre un travail que j'aurai précédemment entamé. Une entreprise sans fin certes, mais qui s'intègre parfaitement à cette vision du monde portée par le Mouvement Wikimédia : Imaginer un monde dans lequel chaque être humain puisse partager librement la somme de toutes les connaissances[W 17]


Notes

  1. Pour exemple, les individus, groupes, leurs interactions, environnements, croyances, valeurs, symboles, et tout autres aspects phénoménologiques abordés de façon non systémique.
  2. Bien entendu, cet énoncé axiomatique n'est pas une trouvaille, mais bien l'héritage historique de nombreuses réflexions et controverses méthodologiques et épistémologiques qui ne peuvent être abordées dans le cadre de cet avant-propos. Limitons-nous ici à nous remémorer cette célèbre citation d'Aristote selon laquelle : « la totalité est plus que la somme des parties ».
  3. Une fois enregistré, chaque utilisateur des projets Wikimédia dispose d'une page qu'il peut à loisir éditer comme bon lui semble tant que son contenu est en lien avec le mouvement Wikimédia. Pour les versions imprimées de cet ouvrage, une copie de cette page sera disponible parmi les annexes.

Références bibliographiques

  1. Ken Wilber, Une brève histoire de tout, 2019 (ISBN 978-2-89662-912-1 et 978-2-89662-913-8) (OCLC 1080210579) [lire en ligne] 
  2. Ken Wilber, Une brève histoire de tout, 2019 (ISBN 978-2-89662-912-1 et 978-2-89662-913-8) (OCLC 1080210579) [lire en ligne], p. 10 
  3. Ken Wilber, Une brève histoire de tout, 2019 (ISBN 978-2-89662-912-1 et 978-2-89662-913-8) (OCLC 1080210579) [lire en ligne], p. 71 
  4. Mauss, Marcel, 1872-1950., Essai sur le don : forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Presses universitaires de France, 2007 (ISBN 9782130554998 et 2130554997) (OCLC 300157291) [lire en ligne], p. 241 

Références webographiques

  1. « Wikistats - Statistics For Wikimedia Projects », sur stats.wikimedia.org (consulté le 13 mars 2020)
  2. « Wikiscan statistics », sur wikiscan.org (consulté le 13 mars 2020)
  3. « Wikistats - Statistics For Wikimedia Projects », sur stats.wikimedia.org (consulté le 13 mars 2020)
  4. « Wikipédia:Accueil principal », dans Wikipedia, the free encyclopedia, (lire en ligne)
  5. « Wikiversité », sur fr.wikiversity.org (consulté le 14 mars 2020)
  6. « Meta, a Wikimedia project coordination wiki », sur meta.wikimedia.org (consulté le 14 mars 2020)
  7. « Wikimédia France/Gouvernance/Siège communautaire - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 14 mars 2020)
  8. « Wikimedia Belgium vzw », sur ejustice.just.fgov.be, (consulté le 14 mars 2020)
  9. (en) « Board - Wikimedia Belgium », sur be.wikimedia.org (consulté le 14 mars 2020)
  10. « Talk:Wikimedia Summit 2020 - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 14 mars 2020)
  11. « Wikimedia Conference - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 15 mars 2020)
  12. « Stewards/Elections 2020/Votes/Lionel Scheepmans - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 14 mars 2020)
  13. « Wikiversité:Administrateur/Candidature/Lionel Scheepmans — Wikiversité », sur fr.wikiversity.org (consulté le 14 mars 2020)
  14. « Talk:WikiJournal of Humanities/Editors/Archive 2019 - Wikiversity », sur en.wikiversity.org (consulté le 14 mars 2020)
  15. « user:Lionel Scheepmans - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 14 mars 2020)
  16. « Recherche:Imagine un monde — Wikiversité », sur fr.wikiversity.org (consulté le 14 mars 2020)
  17. « Vision - Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 15 mars 2020)

Graphique illustrant le nombre de consultations de cette page durant les jours passés