Leçons de niveau 9

Révolution industrielle en Europe/Les révolutions industrielles du XIXe siècle

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Les révolutions industrielles du XIXe siècle
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Révolution industrielle en Europe
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Des sociétés transformées
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Révolution industrielle en Europe : Les révolutions industrielles du XIXe siècle
Révolution industrielle en Europe/Les révolutions industrielles du XIXe siècle
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les révolutions industrielles du XIXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Problème : Pourquoi parle-t-on de révolution industrielle ?

L'ère de la vapeur et du charbon[modifier | modifier le wikicode]

En Angleterre, à la fin du XVIIIe siècle, on assiste aux débuts de l'industrialisation. Le charbon est l'énergie de cette première révolution industrielle. Il alimente notamment la machine à vapeur, perfectionnée par James Watt, qui devient le moteur qui actionne d'autres machines : on peut ainsi produire beaucoup plus à moindre coût. Deux grands secteurs se développent alors rapidement : la sidérurgie et le textile.

Les nouvelles énergies[modifier | modifier le wikicode]

À partir des années 1880, l'électricité ouvre de nouvelles perspectives. Elle permet l'éclairage public des villes, le fonctionnement du télégraphe et du téléphone, la mise en exploitation des tramways et des métros. Son transport, grâce aux lignes à haute tension, en fait une nouvelle source d'énergie pour l’industrie.
La mise au point du moteur à explosion dans les années 1880 fait découvrir l'importance du pétrole : ce sont les débuts de la construction automobile et de l'aéronautique. À la même époque, les découvertes scientifiques permettent le développement de l’industrie chimique.

Un nouveau système économique et social[modifier | modifier le wikicode]

La croissance économique est sans précédent au cours du XIXe siècle en Europe. Le machinisme est désormais au cœur de la production industrielle. Il nécessite de l'argent, la concentration des travailleurs dans les usines et impose des lieux de production près des matières ou des foyers de main-d’œuvre.

Des innovations en chaîne[modifier | modifier le wikicode]

Stimulés par la demande des consommateurs et par les industriels qui ont des problèmes techniques à résoudre, les inventeurs, puis dans la seconde moitié du siècle, les ingénieurs trouvent ce qu’ils cherchent ! Ils apportent des réponses techniques qui transforment les modes de production et améliorent la productivité.
Mais un progrès entraîne des réactions en chaîne : car, grâce à lui, on peut adapter toutes les étapes de la production. Ainsi, l'innovation fait l'effet << boule de neige >> : d'autres innovations doivent y répondre !

La révolution des transports[modifier | modifier le wikicode]

La machine à vapeur vient révolutionner les transports. La première locomotive à vapeur est mise au point par Stephenson en 1815. Au cours du siècle, plus de 700 000 kilomètres de voies ferrées sont construites dans le monde, permettant le transport de voyageurs et des marchandises. Les premiers bateaux à vapeur apparaissent vers 1850.
À la fin du siècle, l'électricité permet la circulation des informations grâce au téléphone et à la mise en place d'un vaste réseau de câbles sous-marins. En 1885, la mise au point du moteur à explosion fait naître l'automobile.

La naissance du capitalisme en France[modifier | modifier le wikicode]

Avec l'industrialisation, le capital nécessaire pour créer ou faire fonctionner une entreprise devient considérable : la fortune familiale des entrepreneurs ne suffit plus.
À partir du milieu du XIXe siècle, des solutions apparaissent : sociétés par actions et nouvelles banques attirent l'épargne de la population en lui proposant dividendes et intérêts. Les capitaux ainsi rassemblés sont mis à la disposition des industriels qui les utilisent dans leurs entreprises. L'argent et le profit deviennent le moteur du capitalisme.

L'usine, un nouveau bâtiment[modifier | modifier le wikicode]

De vastes bâtiments, de hautes cheminées : un nouveau paysage gagne peu à peu l'Europe. La taille des machines et la nécessité de regrouper de nombreux travailleurs pour les faire fonctionner imposent un nouveau cadre de travail : l'usine, au cœur des nouvelles villes-usines des pays noirs ou des faubourgs des grandes villes.
C'est aussi pour les entrepreneurs le moyen de surveiller la main-d’œuvre. La grande usine, exceptionnelle encore à la fin du XIXe siècle, est le symbole de la révolution industrielle.