Leçons de niveau 16

Progiciel de gestion intégré/Analyse SWOT

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Analyse SWOT
Icône de la faculté
Chapitre no 9
Leçon : Progiciel de gestion intégré
Chap. préc. :Logiciels libres
Chap. suiv. :Épilogue
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Progiciel de gestion intégré : Analyse SWOT
Progiciel de gestion intégré/Analyse SWOT
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Swot erp.png

Forces[modifier | modifier le wikicode]

Les forces sont les facteurs internes positifs que contrôle l'organisation , et sur lesquels on peut bâtir dans le futur.

  • optimisation des processus de gestion (flux économiques et financiers) ;
  • cohérence fiabilité et homogénéité des informations (un seul fichier articles, un seul fichier clients, etc.) ; suppression des redondances des saisies
  • intégrité et unicité du système d'information; chaque entité de l’organisation bénéficie des mêmes données et en temps réel, le partage du même système d’information facilitant la communication interne et externe ;
  • minimisation des interfaces : interfaces natifs entre les modules (le WORKFLOW), synchronisation des traitements, maintenance corrective simplifiée car assurée directement par l'éditeur et non plus par le service informatique de l'entreprise (celui-ci garde néanmoins sous sa responsabilité la maintenance évolutive : amélioration des fonctionnalités, évolution des règles de gestion, etc.) ;
  • globalisation de la formation (même logique, même ergonomie) 
  • souplesse à long terme pour les changements règlementaires
  • données mieux partagées entre les services (avec accès cependant contrôlés)
  • centralisation de la maintenance (même éditeur, mêmes procédures d’installation et de réparation)

Faiblesses[modifier | modifier le wikicode]

Les faiblesses sont les aspects négatifs internes mais qui sont également contrôlés par l'organisation, et pour lesquels des marges d'amélioration importantes existent

  • la maîtrise des coûts et des délais de mise en œuvre et de déploiement  (annoncée au départ, rarement vraie); ce dernier point est essentiel et la mise en œuvre d'un ERP/PGI dans une entreprise est fréquemment associée à une révision en profondeur de l'organisation des tâches et à une optimisation et standardisation des processus, en s'appuyant sur le « cadre normatif » de l'ERP/PGI.
  • à chaque fois qu’un objectif d’implémentation est acquis, une nouvelle version ou une nouvelle législation viennent changer les contraintes et demandent une nouvelle implémentation; la tendance actuelle est à toujours plus d’efficacité, les processus métiers se doivent d’être souples et agiles
  • périmètre fonctionnel souvent plus large que les besoins de l'organisation ou de l'entreprise (le progiciel est sous-utilisé) 
  • lourdeur et rigidité de mise en œuvre et difficultés d'appropriation par le personnel de l'entreprise du à la nécessité d'adapter parfois certains processus de l'organisation ou de l'entreprise au progiciel (habitudes, culture d’entreprise…)
  • pertes de spécialisation : les entreprises se différencient par leur gestion de leurs processus métiers, adopter un ERP c’est renoncer à sa spécificité: ce qui signifie que, bien qu’il existe des fonctionnements normalisés dans certains secteurs, les normes ne doivent porter que rarement sur des processus profonds et complexes.
  • nécessité d'une maintenance continue et immédiate ; en cas de panne, c’est toute l’organisation qui est figée
  • captivité vis-à-vis de l'éditeur : le choix d'une solution est souvent structurant pour l'entreprise et un changement de PGI peut être extrêmement lourd à gérer. Confier l’ensemble de l’environnement à un seul éditeur suppose que celui-ci est un spécialiste de tout ce qui doit être géré, et qu’il peut monter ou descendre en puissance selon les besoins des processus. Quand un éditeur d’ERP est entré il ne ressort plus. Coûts de sortie exorbitants : les mêmes que les coûts d'entrée
  • Adaptation obligatoire de l'entreprise au progiciel et non l'inverse
  • Externalisation du personnel : informaticiens et organisateurs, puis optimisation des ressources

Opportunités[modifier | modifier le wikicode]

Les opportunités sont les possibilités extérieures positives, dont l'entreprise peut éventuellement tirer parti, et qui peuvent donc faciliter ou étendre un de ses secteurs d'activité

  • souplesse et pérennité sur le long terme
  • évolution maîtrisée du système d'information
  • centralisation de la maintenance

Menaces[modifier | modifier le wikicode]

Les menaces sont les problèmes que l'entreprise peut rencontrer, qui surviennent de l'extérieur, et qui peuvent donc empêcher ou réduire un de ses secteurs d'activité

  • obligation de maintenance immédiate et captivité vis-à-vis de l'éditeur
  • adaptation induite de l'entreprise au progiciel
  • externalisation plus facile du personnel