Leçons de niveau 10

Première Guerre mondiale/La guerre au front

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Première Guerre mondiale : La guerre au front
Première Guerre mondiale/La guerre au front
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Dans cette leçon nous allons étudier la guerre au front c'est-à-dire là où il y a des batailles.

Plans stratégiques des états-majors allemands et français.

La guerre de mouvement[modifier | modifier le wikicode]

Au début de la guerre, la stratégie allemande tenait compte de la tenaille franco-russe : le plan Schlieffen, comme on l'appelle, prévoyait une attaque préventive de la France quitte à violer la neutralité belge, en contournant Paris et qui envelopperait les armées du centre et de l'est. Et une fois la France prise, se retourner sur le front de l'est. En 1914, l'armée allemande envahit la Belgique neutre. Le 12 septembre, les troupes allemandes ne sont plus qu’à 45 kilomètres de Paris. Le chef de l'état-major, Joffre, lance une contre-attaque du 5 au 12 septembre : c’est la bataille de la Marne. Pour transporter ses troupes au front, des taxis parisiens sont réquisitionnés : c’est l'épisode des « taxis de la Marne ». Cette attaque se solde par un succès côté français, les allemands se replient vers l'Aisne, car ils veulent prendre les ports du Pas-de-Calais. Les français veulent les en empêcher. Une course s'engage alors de septembre à novembre 1914 pour arriver les premiers. Après des batailles meurtrières, les hommes commencent a s'enterrer : ce sont les tranchées. À l'est de l'Europe, les offensives allemandes échouent aussi face à l'empire russe.

La guerre d'usure (1915-1917)[modifier | modifier le wikicode]


Guerre d'usure

Il s'agit d'une guerre visant à affaiblir les capacités matérielles et humaines de l'ennemi.

Tranchée française lors de la bataille de Verdun

Pour conserver les positions acquises, les armées s'enterrent dans des tranchées sur la ligne de front, de l'ouest de la mer du nord à la frontière suisse, à l'est, de la Baltique aux Carpates. L'armement s'adapte, les gaz asphyxiants sont redoutés et des tanks et des chars apparaissent. Dans les tranchées, les conditions sont épouvantables, la mort, la boue, les poux côtoient l'ordinaire du soldat. Pour percer le front, une grande offensive est lancée à Verdun par l'armée allemande.

En 1917, usés par le front, les soldats se rebellent et des mutineries éclatent. À l'est, la révolution éclate. En octobre 1917, Lénine monte au pouvoir. Il demande l'arrêt de la guerre et signe l'armistice à Brest-Litovsk le 3 mars 1918.

Les années décisives (1917-1918)[modifier | modifier le wikicode]

En janvier 1917, l'Allemagne déclare la guerre sous-marine, des dizaines de navires britanniques sont coulés. Le 2 avril 1917 le président américain Wilson s'allie avec la France et le Royaume-Uni. Les états d'Amérique latine entrent aussi en guerre. Après l'armistice russe, l'Allemagne concentre ses forces à l'ouest mais comme les alliés bénéficient de l'aide américaine, l'Allemagne est repoussé à partir de juillet 1918. De plus l'Allemagne est en révolution ce qui précipite sa demande de paix en octobre 1918.

L'empereur Guillaume II ayant abdiqué, le nouveau gouvernement allemand signe l'armistice le 11 novembre 1918 près de Compiègne, à Rethondes.