Leçons de niveau 10

Première Guerre mondiale/L'arrière et la guerre totale

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
L'arrière et la guerre totale
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Première Guerre mondiale
Chap. préc. :La guerre au front
Chap. suiv. :Les conséquences de la guerre
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Première Guerre mondiale : L'arrière et la guerre totale
Première Guerre mondiale/L'arrière et la guerre totale
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.




La Grande Guerre est très différente des conflits précédents. Combattants et civils sont mobilisés pour soutenir le pays. Les hommes sont partis à la guerre donc les femmes les remplacent dans toutes les activités économiques. Des bénévoles surnommées « les anges blancs » partent sur le front et deviennent infirmières. Des femmes deviennent aussi marraines de guerre, elles écrivent à des soldats pour les rassurer, elles leur envoient aussi des colis composés essentiellement de nourriture. D'autres femmes fabriquent des obus ou des munitions : elles s'appellent les munitionnettes.

Deux soldats, l'un français, l'autre anglais sur un corps allemand


Les civils sont victimes de la propagande : l'État utilise l'information pour influencer l'opinion publique. Cela devient du « bourrage de crâne » car ils nient les réalités du front, masquent les défaites et idéalisent les soldats.
Pendant la guerre, malgré une montée des salaires, une inflation monétaire rend la vie très chère.
L'arrière aide l'effort de guerre en prêtant de l’argent à l'État.
Au final, cette guerre a été totale, civils et soldats ont participé à leur manière pendant cette guerre.

Les aspects de la 'Guerre Totale' à l'arrière :

  • pénuries, privations, augmentation de la mortalité, angoisse des familles
  • réquisitions
  • les femmes remplacent les hommes aux champs et dans les usines
  • le « bourrage de crâne » : propagande, désinformation, censure