Leçons de niveau 18

Prévision décisionnelle/Application de la prévision

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Application de la prévision
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Prévision décisionnelle
Chap. préc. :Cas particuliers
Chap. suiv. :Conclusion
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Prévision décisionnelle : Application de la prévision
Prévision décisionnelle/Application de la prévision
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les outils[modifier | modifier le wikicode]

Pour prendre des décisions, les chefs d’entreprise ont recours aux tableaux de bord pour évaluer la performance de l’entreprise. Ils veulent aussi pouvoir effectuer des analyses, créer ou modifier des rapports existants, faire du reporting, ou encore avoir une perspective prévisionnelle.

En plus du tableur Excel, toujours très utilisé, les utilisateurs ont besoin de pouvoir piloter eux-mêmes les opérations qu’ils sont amenés à faire quotidiennement (production, gestion des ressources humaines...). Les outils décisionnels peuvent répondre à cette problématique.

Un Système d’Information Décisionnelle (SID) efficace doit pouvoir combiner quatre fonctions fondamentales : la collecte, l’intégration, la diffusion (ou la distribution) et la présentation des données.

  • Fonction collecte : détecter, sélectionner, extraire et filtrer les données pertinentes issues de l’environnement interne et externe de l’entreprise, compte tenu du périmètre couvert par le SID. Ce dernier doit être capable de combiner plusieurs sources hétérogènes (sur le plan technique et sémantique), qu’elles soient internes ou externes. C’est la fonction la plus compliquée à mettre en place dans un SID complexe.
  • Fonction intégration : concentrer les données collectées dans un espace unifié afin de permettre aux différents utilisateurs d’avoir accès à une source d’information commune, homogène, relativement bien organisée, normalisée et fiable, au sein d’un système unique. Dans ce sens, le Data Warehouse (entrepôt de données), permet aux entreprises de restructurer et d’exploiter de grandes quantités de données, répertoriées selon des dimensions différentes. Élément central du dispositif, la fonction intégration permet le filtre et la validation des données collectées afin d’arriver à une certaine cohérence d’ensemble, de synchroniser les données intégrées avec d’autres qui seraient à rajouter par la suite ou dans le même temps, et de rapprocher l’ensemble données entreposées avec celles provenant des systèmes « légaux » de l’entreprise comme le contrôle de gestion ou la comptabilité. C'est également dans cette fonction que sont effectués éventuellement les calculs et les agrégations (cumuls) communs à l’ensemble du projet.
  • Fonction diffusion (ou distribution) : permet de mettre les données collectées et intégrées à la disposition des utilisateurs, selon des schémas correspondants aux profils et aux métiers de chacun. Chacun des utilisateurs va avoir accès à une interface personnalisée, en fonction des informations pertinentes dans l’exercice de leur fonction. Le niveau de détail va différer selon les acteurs, certains agrégats ou cumuls n’étant nécessaires que dans certaines applications.
  • Fonction présentation : est la partie visible pour l’utilisateur. Elle permet de gérer les accès aux informations, le fonctionnement du poste de travail, la prise en charge des requêtes et assure la visualisation des résultats selon la forme retenue par l’utilisateur. Elle permet également la relation avec d’autres outils de communication : outils bureautiques, bases de données…

À cela, nous pouvons rajouter une cinquième fonction qu’est l’administration. Cette fonction transversale permet de veiller à la bonne exécution des étapes précédentes : pilotage des mises à jour, création de documentation sur les données (méta-données), sécurisation du SID, gestion des sauvegardes et des incidents…

Excel : exemple avec la fonction "prévision" [modifier | modifier le wikicode]

La fonction prévision calcule, ou prédit, une valeur future suivant une tendance linéaire, en utilisant les valeurs existantes.

Prenons un exemple simple :

Nous voulons tenter de déterminer le chiffre d’affaires de l’année 2013 en fonction de celui des années précédentes.

  • Dans X, nous indiquons 2013 car nous recherchons le chiffre d’affaires de cette année.
  • Dans Y_connus, nous entrons la plage de données contenant les chiffres d’affaires (exprimé en milliers d'euros).
  • Dans X_connus, nous introduisons la plage de données contenant les années.

Ces manipulations amènent au tableau suivant : Après validation, le chiffre d’affaires de l’année 2013 est calculé (prédit) en tenant compte des années précédentes.

Prévision sur excel.png

Le système informatique d’aide à la décision (aussi appelé SIAD) [modifier | modifier le wikicode]

À partir des données de l’entreprise, le SIAD permet d’identifier des problèmes de gestion, de suivre l’évolution de l’activité et de disposer d’outils d’investigation. Les outils fournis par le SIAD sont :

  • Divers tableaux dont le tableau de bord comportant des alertes et constitués grâce au reporting
  • La restitution d’analyses sophistiquées (analyse de corrélation, simulation etc) utilisant les outils de datamining
  • Des tableaux (et graphiques) rétablissant les résultats des interrogations posées notamment en utilisant les hypercubes OLAP
    Hypercube Axonometric projection.4.gif

Le SIAD se distingue du système d'information, dans la mesure où sa fonction première est de fournir non seulement l'information, mais aussi les outils d'analyse nécessaires à la prise de décision. Il est habituellement constitué de programmes, de bases de données internes ou externes, et d'une base de connaissances. Il fonctionne avec un langage spécifique et un programme de modélisation qui permettent aux dirigeants d'étudier différentes hypothèses en matière de planification et d’en évaluer les conséquences.

La notion de "Business Intelligence" (BI) ou informatique décisionnelle [modifier | modifier le wikicode]

Aujourd’hui très répandu, le « business intelligence » est indispensable pour la bonne gouvernance de l’entreprise, à tous les niveaux et pour avoir une longueur d’avance sur les concurrents. Le BI est un outil d’assistance du processus de décision de l’entreprise. L’informatique décisionnelle qualifie l’exploitation de données de l’entreprise dans le but de simplifier les décisions de l’entreprise. Un outil appelé ETL (Extract, Transform and Load) est ainsi chargé d'extraire les données dans différentes sources, de les nettoyer et de les charger dans un entrepôt de données appelé datawarehouse.

Les logiciels au cœur de la décision [modifier | modifier le wikicode]

Les entreprises ressentent de plus en plus le besoin de prendre des décisions. Ces dernières doivent être les plus fiables possibles et s'inscrivent dans des stratégies de plus en plus élaborées. Les logiciels de l’informatique décisionnelle ont accès, et utilisent, les données de la base de données de l’entreprise ainsi que de leur Progiciel de Gestion Intégrée (" Enterprise Ressource Planning" en anglais). Voici quelques exemples de logiciels décisionnels qu’ils soient libres ou propriétaires :

  • SAS [1](logiciel propriétaire) est le plus important éditeur indépendant du marché du décisionnel. Avec plus de 60 000 sites clients répartis dans 134 pays. Plusieurs applications lui sont propres : tableaux, graphiques…
  • Business Objects (logiciel propriétaire) : il permet l’accès aux applications habituelles du décisionnel (tableaux, graphiques…) ainsi qu’à internet.
  • Birt, qui signifie Business Intelligence and Reporting Tools, est un projet de la Fondation Eclipse créé et animé depuis 2004. Birt figure parmi les outils Open Source de Business Intelligence les plus largement diffusés et utilisés. Le nombre élevé de développeurs dans le monde(un million) témoigne de la facilité d’adoption de cet outil.
  • Cognos [[w:Cognos]|est une compagnie canadienne, filiale d'IBM depuis 2008. Fondée en 1969, la compagnie édite des solutions décisionnelles et propose des services permettant aux entreprises de piloter, superviser et comprendre leur performance. Les solutions qu’elle propose aident les entreprises à mesurer, comprendre et anticiper leur performance opérationnelle et financière et apportent un éclairage étayé sur les meilleures actions à mener. Elles contiennent entre autres : reporting, tableaux de bord, analyse des résultats et des tendances à venir, planification et élaboration budgétaire, partage simplifiée des informations pour qu’elles soient accessibles à un grand nombre d’acteurs de l’entreprise…
  • BI Square Software [[[w:BI Square Software]]]] est un éditeur de logiciels de Business Intelligence. Créé en 2010, il fournit des tableaux de bord décisionnels sur l'IT afin que les entreprises pilotent et optimisent au mieux leur infrastructure informatique (serveurs, stockage, réseau...), en s'appuyant sur les bonnes pratiques ITIL et Green IT. Soutenu par Oseo Innovation et Paris Région, il est lauréat de Scientipôle Initiative.
  • SpagoBI [[w:SpagoBI]|est une solution de Business Intelligence entièrement Open Source. SpagoBI est distribué sous licence Mozilla Public License, qui est compatible avec les usages commerciaux. SpagoBI Server est le module principal de la suite, qui offre toutes les fonctionnalités centrales et analytiques de la plateforme. Il est basé sur deux modèles théoriques (modèle analytique et modèle comportemental) et fournit un éventail de services administratifs et transversaux. Le Modèle Analytique est le noyau de SpagoBI Server. Il couvre l’ensemble des besoins analytiques, en fournissant plusieurs solutions pour chaque domaine analytique : reporting, tableaux de bord « en temps réel », modèles d'Indicateurs clé de performance pour développer et tester des modèles de monitorage des performances, analyse géo-référencée pour l’affichage des informations sur une base géographique, fichiers Office pour publier et exécuter des fichiers Office sous le contrôle du modèle comportemental, processus externes, pour exécuter les processus externes qui peuvent interagir avec des systèmes de traitement de transactions en ligne (OLTP)…
  • Logiciel.JPG
    ] Accessible en Open Source, Pentaho est une solution d’informatique décisionnelle développée en Java. L'offre principale de l’Américain Pentaho repose sur sa suite qui rassemble des outils d'intégration de données (ETL), d'analyse, de reporting, de tableaux de bord et de datamining. Pentaho est de plus en plus présent en France, en Europe.

Les principaux domaines d’application[modifier | modifier le wikicode]

L’analyse prédictive est utilisée dans divers domaines d’applications.

  • Les assureurs utilisent l'analyse prédictive pour analyser les prix des concurrents : par l'intermédiaire de robots espions qui vont faire des simulations complètes sur le Web. Ils l'utilisent également pour déterminer les événements qui peuvent influencer l'environnement et les conséquences qu’ils engendreraient sur l'activité (ex. loi Hamon).
  • Les banques en ont recours concernant le service à la clientèle et la détection des fraudes (les fraudes à la carte bancaire par exemple). Elles analysent aussi les risques que peuvent engendrer les prêts.
  • La grande distribution accorde une place importante à la fidélisation de leurs clients. C’est pour cela qu’ils utilisent la prévision pour analyser l’efficacité des opérations de fidélisations.
  • Les entreprises industrielles deviennent de plus en plus enclines aux outils prévisionnels pour appréhender la défectuosité des produits. Une autre utilité de ces outils en industrie est la gestion des approvisionnements et des stocks.
  • La fidélité des clients est une des priorités des opérateurs de télécommunication. L’analyse prédictive leur permet de détecter si les clients ont prévus de les quitter.