Leçons de niveau intermédiaire

Picard/Prononcer le picard/Voyelle d'appui

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Voyelle d'appui
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Prononcer le picard
Chap. préc. :Amuïssement et assimilation
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Prononcer le picard : Voyelle d'appui
Picard/Prononcer le picard/Voyelle d'appui
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Une voyelle d'appui c'est une voyelle ajoutée pour faciliter la prononciation.

Latin : schola → viu franchoés : esc(h)ole → picard : école

in picard[modifier | modifier le wikicode]

En picard, c'est souvent le son /e/ (é) qui est utilisé mais d'autres voyelles peuvent apparaitre.

  • ech cmin , chu cmin mais chl' écmin (le chemin)
ici , on ajoute é pour faciliter la prononciation.
  • O pérle dins chl'autocar pindant tout ch'voéyage. (On parle dans l'autocar pendant tout le voyage.)
mais dans une phrase courte avec un seul mot derrière pérle, on dit : O n'pérlé poin ! (On ne parle pas !)
  • il avoait dousqué lo résté dins ch' coin. (il était jusque là resté dans le coin.)
  • Quand eul bal i c'minche ( Simons, Lille aux Lillots ) (Quand le bal commence.)

égzimpes[modifier | modifier le wikicode]

1. dusque / dusqué

  • Des moèsons alle ont tè batiyes dusque da l'plainne, ed'z immeubes, minme ! (François Beauvy)
  • j' connos eun' mazon, dusqué l' plaisi ch'est d'offrir d'ces caramels-là, à eun' madame qu'al' a des fausses dints (Laurent Bauduin)
  • El pauv' vieux qu'a core eun' mason, dusqué peut l'ratindre es mémère, (Georges Fidit)

2. cminèe / écminèe

  • Il a bien rmértchè tout d'suite qu'al est, cho'c cminèe, noére con-me du quérbon, toute imbrondjèe d'suie grasse, pi tapissèe d'toéles d'érignies in quantitè. (Eugène Chivot)
  • Al est miée d'froéd, Pa Yule, li, il est ramonchelé din sin cadot, édvant ll' écminée. Éd li, quant qu'o rinte, o n'voét qué s'castchette qu'al dépasse par in heut, pi ses sabots (Jean-Pierre Calais)

3. el / eul

  • Quand ils sorteutent d'ech garache, el judi ou bien el diminche, ch'éteut in événemint. (André Accart)
  • I n'réstoait mie loin, mais i folloait bien qu'i sorte eusn ingin pour eul foaire torner un molé ! (Jean-Luc Vigneux)

4. kvau / ecvau

  • des kvaus d'bos (des chevaux de bois)
  • Ene fiève d' ecvo ! (Jacques Varlet) (Une fièvre de cheval)

Note 1[modifier | modifier le wikicode]

  • On dit aussi voyelle anaptyctique ou voyelle svarabhaktique.

La svarabhakti est une modification phonétique qui désigne l'apparition d'une voyelle d'appui dans un groupe de consonnes, visant à en faciliter la prononciation. C'est un cas d'anaptyxe. Suivant les langues, il peut s'agir d'un phénomène régulier ou d'un événement phonétique transitoire.

La voyelle svarabhaktique est en général un /ə/ ; il s'agit d'un /ə/ svarabhaktique (de même qu'il y a le /ə/ muet, le /ə/ de soutien, etc.).

Note 2[modifier | modifier le wikicode]

  • On peut aussi rapprocher ce phénomène avec l'utilisation de é pour certains féminins pluriels :
  • ène blanke moaison
  • eune béle fanme
  • des blankés moaisons
  • des bélés fanmes
  • Te verras ène safriquette / In blanqués soquettes (Pierre Delancre)
  • L'ennèe d'aprés, s'n ape il o rapportè deux bélés pumme ; Marister il o ieu l'idèe dé s'z offrir à l'évêque. (Alcius Ledieu)