Leçons de niveau 2

Picard/Culture/Annexe/Domaine picard

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Domaine picard
Image logo représentative de la faculté
Annexe 2
Leçon : Culture

Annexe de niveau 2.

Précédent :Sommaire
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Annexe : Domaine picard
Picard/Culture/Annexe/Domaine picard
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.




Le Domaine picard
  •       Étindu d'eul Picard
    • La langue picarde est la langue parlée dans les Hauts-de-France (Nord-Pas-Calés, Picardie) mais aussi en Wallonie dans la province du Hainaut (à l’ouest d' une ligne R'bécque-Biaumont-Chimai) ainsi que dans une partie de l’Oise et de la Seine maritime.

    Chés parlés picards[modifier | modifier le wikicode]

    La langue picarde est une langue d' oil parlée dans le Nord de la France et dans le sud de la Belgique.

    Elle comprend des dialectes qui sont des variétés géographiques et dans ces dialectes, on trouve des microdialectes (sous-dialectes, patoés, parlés, ...). Chaque village parle avec ses mots.

    exemple 1 :

    Langue indo-uropéyènne >
    Langue romane >
    Langue d'oil >
    Langue picarde >
    Picard d'in heut (dialecte) >
    Chti (édsous-dialecte ou patoé) >
    chtimi d' Linse (parlé d'chés mineurs)

    exemple 2 :

    Langue picarde >
    Picard d'in bos (dialecte) >
    patoé du Vimeu (édsous-dialecte ou patoé) >
    parlé d'Nibo (vir chés lives à Gaston Vasseur)

    exemple 3 :

    Langue picarde >
    Picard de l' Oise (dialecte) >
    patoé du Bieuvésis (édsous-dialecte ou patoé) >
    parlé d'Sertchu (vir chés lives à François Beauvy)

    exemple 4 :

    Langue picarde >
    Picard de Wallonie (dialecte) >
    patwas d' Ât (édsous-dialecte ou patoé) >

    chés variantes du picard[modifier | modifier le wikicode]

    • anmiénoé (Sonme et Oése nord)
    • vimeu (Sonme ouest) (Vimeu-Pontiu)
    • « chtimi » (Nord et Flinde ouest)
    • hennuyé (Hénau et Nord)
    • picard du Bieuvésis,
    • « rouchi » (Valinchiénoé et Borain) ,
    • tournaisien, patwas d' Ât ,
    • laonnoé (Ainne nord est) (Thiérache),
    • vermandoé (Ainne nord ouest),
    • noyonnoé (Oése nord est),
    • marquintérre (Sonme nord et Pas-Calés sud ouest),
    • boulonné-cinsié (Pas-d'Calés ouest),
    • boulonné-marin (Pas-d'Calés ouest) (‘’Gravelines, Grand Fort Philippe’’),
    • calésien (Pas-d'Calés nord ouest),
    • térnoé (Pas-d'Calés centre),
    • arojoé (Pas-d'Calés sud),
    • variétés circum-liloéses (Roubais, Tourtchuin, Moucron, Comène),
    • Artésien rural,
    • ...
    Voir

    La langue picarde dans l' histoire[modifier | modifier le wikicode]

    • les nations picardes [1] =
    Dans les anciennes universités médiévales, une nation était un groupe d' étudiants d'une même région. La nation picarde regroupait les étudiants qui parlaient le picard.
    Dans l' université de Paris, il y avait quatre nations = la nation picarde, la nation française, la nation normande et la nation anglaise. La nation picarde correspondait aux diocèses de Beauvais, Noyon, Amiens, Laon, Thérouane, Arras, Cambrais, Tournai, une partie du diocèse de Liège et du sud du diocèse d’Utrecht.
    Dans l' universitè d'Orléans, il y avait dix nations (Française, Allemande, Lorraine, Bourgogne, Champagne, Picardie, Normandie, Touraine, Aquitaine et Écosse], mais ce nombre a été réduit ensuite à quatre en 1538, par un arrêt du Parlement de Paris : nations française, germanique, normande et picarde.
    • Jacqueline Picoche signale que « Les Agréables conférences de deux paysans de Saint-Ouen et de Montmorency sur les affaires du temps (1649-1651) révèlent que les habitants des deux localités en question, c'est-à-dire de la proche banlieue nord de Paris, avaient un parler de type picard » [2]

    Notes pi référinches[modifier | modifier le wikicode]

    1. Auctarium Chartularii Universitatis Parisiensis.. produxerunt Samaran (G.) et Van Moé (Aem.-A.). IV, Liber Procuratorum Nationis Picardiae, Dykmans M., Revue belge de philologie et d'histoire, Volume 20, Liméro 20-3-4, pp. 694-696, (1941)
    2. Jacqueline Picoche, LES MONOGRAPHIES DIALECTALES (DOMAINE GALLO-ROMAN) , Langue Française , liméro 18, les parlers régionaux (mai 1973), pp. 8-41