Leçons de niveau 18

Philosophie de l'esprit/Le diplosome

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Le diplosome
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Philosophie de l'esprit
Chap. préc. :Interface
Chap. suiv. :Compatibilité
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Philosophie de l'esprit : Le diplosome
Philosophie de l'esprit/Le diplosome
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La cellule eucaryote[modifier | modifier le wikicode]

Schéma d'une cellule animale.
    Ce qui distingue les organismes vivants de la matière inerte c'est d'être capables de se mouvoir par eux-mêmes dans leur environnement. Or pour se mouvoir il leur faut disposer d'une fonction motrice, d'une fonction qui la dirige et d'une fonction qui décide. Pour décider cette dernière a besoin d'une fonction analytique et d'une autre qui juge ce qu'elle fait et la guide. Ce qui nécessite aussi une fonction qui lui révèle et qui partage ce que toutes ces fonctions font, cette fonction c'est la conscience.
    Donc tous les êtres vivants, y compris les unicellulaires et leur ancêtre le DACU-LUCA (DACU), sont conscients et pensent. Dans le principal empire du vivant, les eukaryota, dont nous faisons partie, on trouve un organite : le centriole, présent dans toutes les cellules animales et certaines végétales comme celles des fougères et des algues, mais que d’autres végétaux plus récents en descendant et certaines familles de bactéries d’un fonctionnement plus mécanique semblent avoir perdu. Cet organite géométrique composé de neuf groupes de trois tubules est invariable depuis plusieurs milliards d'années, c'est donc une constante biologique. Il est responsable de la division cellulaire, de la perception et de la locomotion, par des flagelles et des cils qui comportent la même structure ennéanaire et un point basal, auquel il est relié par des tubules.
    Le diplosome (constitué de deux centrioles) ne pense pas, mais il est capable de coder des informations ainsi que les instructions qu'il reçoit des fonctions pensantes pour les exécuter. Par sa nature il est compatible avec la nature physique, et par sa structure avec la nature mentale consciente du vivant. Il est l'interface que cherchait Descartes pour prouver l'interaction entre nos natures physique et mentale, donc son dualisme.
    Toutes nos cellules pensent, mais pendant la gastrula au stade embryonnaire des métazoaires, une entité mentale collective se forme pour assurer la gestion de leur ensemble. Nous sommes cette entité consciente et disposons des fonctions mentales évoquées au début de cet article pour donner des instructions à notre cerveau biologique inconscient afin de diriger notre corps, ses muscles et nos actes dans le monde physique qui l'entoure.

Rôles du diplosome[modifier | modifier le wikicode]

    Tous les rôles du diplosome n'ont pas encore été clairement établis en biologie. Il fut longtemps uniquement identifié comme le déclencheur de la reproduction cellulaire, car avant toute division cellulaire chacun des deux centrioles se reproduit simultanément donnant naissance à deux couples de centrioles, qui se déplacent dans le cytoplasme et qu'apparaissent les fibres de l'aster et ceux du fuseau de division.
    Le centrosome est maintenant considéré comme un centre cinétique, autant pour les mouvements internes de la division, que pour les mouvements externes des cellules car l'ensemble de son appareil moteur constitué de cils ou de flagelles en dérive. Cette structure de neuf groupes de tubules se retrouve dans les cils, les flagelles et le point basal, d'où leur intérêt. Comme nous n'ignorons pas que ces éléments sont aussi des organes sensoriel de l'environnement extérieur de la cellule ainsi que l'attestent les cônes et les bâtonnets de la rétine qui en dérivent, le diplosome recevrait aussi les informations qui en proviennent. Le pas supplémentaire qui consisterait à admettre que le diplosome est un organe de commande comparable à un cerveau au sein de la cellule, n'est pas encore franchi.