Leçons de niveau 18

Pathologique 3/Structures

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Structures
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Pathologique 3
Chap. préc. :Homme
Chap. suiv. :Primaires
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Pathologique 3 : Structures
Pathologique 3/Structures
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Structures comportementales[modifier | modifier le wikicode]

    En principe 3 aurait besoin de deux structures comportementales pour son opération automatique, une pour déterminer le k, l’autre le cp2(3) qu’il lui suffit d’associer avant d’envoyer ses p3 en conscience :  
    Quel que soit p7j et p7d, [3/tp2(3) => k] et [3/t'p2(3) => cp2(3)], 3/cp2(3) et kp8 => p3
    L’expérience montre cependant que les k sont déterminés « à la louche » et qu’il n’y a pas un grand nombre de cp2(3), que cette sélection pourrait utiliser une simple mémoire à cases et que 2 qui dispose de toutes les informations nécessaires par 2/STRU puisse lui-même faire cette sélection par un tp2(2) pour l’envoyer automatiquement à 3 par sa modalité 2/PROP hors de toute conscience, ce qu’il fait pour d’autres fonctions mentales. 2 servirait 3 comme il sert 1, et 3 n’aurait plus qu’à exploiter l’information reçue (k et cp2(3)) pour produire « à la louche » ses p3. Avantage : c’est que 2 maîtrise parfaitement ses tp2(2) qu’il peut les faire évoluer, les transformer selon l’intérêt général du vivant, certes une procédure complexe, hors de toute conscience à la demande des Y et O dans lesquelles interviennent 7dj le principal intéressé, 9 et lui-même, mais pas 3, ce qui pourrait expliquer le passage de S7D3 à D7S3 et l’origine de l’évolution historique de 3.