Leçons de niveau 18

Paradoxe sémantique/Stress sémantique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Stress sémantique
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Paradoxe sémantique
Chap. préc. :Imaginaire
Chap. suiv. :Mon sens personnel
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Paradoxe sémantique : Stress sémantique
Paradoxe sémantique/Stress sémantique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Stress sémantique[modifier | modifier le wikicode]

La difficulté que nous éprouvons à communiquer notre sens à l'autre et dans une moindre mesure, les incohérences apparentes du sens de l'autre, l'impossibilité à lui faire entendre raison, et tous les quiproquos qui en résultent, peuvent nous créer et lui créer un stress particulier que nous nommons le stress sémantique.

Rappelons cette phrase d'Alfred Korzybski dans L'introduction (B. 2.) de son ouvrage majeur, Science and Sanity ː

Que nous traduisons par ː

Si nous avons élaboré l'ébauche d'une théorie sémantique entièrement nouvelle, rejetant la théorie et les concepts de Ferdinand de Saussure, afin de tenir compte et de respecter la nature du sens dans notre esprit et dans notre mémoire, et si nous pouvons proposer quelques améliorations (voir la leçon ː Linguistique DMS), il n'en reste pas moins que l'incommunicabilité formelle de notre propre sens à l'autre, et l'imperception constatée de son propre sens, n'en demeurent pas moins des obstacles infranchissables.

Cependant, après avoir compris la vraie nature du sens et les contraintes naturelles posés par la communication, accepté et assumé l'impossible et ses conséquences, sans chercher davantage à le vaincre, nous pouvons nous débarrasser de ce stress sémantique tout en améliorant notre capacité à communiquer.

Au delà de l'impossibilité de transmettre directement notre pensée, nous ne partageons pas les mêmes sens, l’inverse supposerait que nous ayons tous le même niveau de culture et d’évolution mentale, la même expérience du monde, de nous-mêmes et du sens, un déni de réalité. La sémantique ne devrait donc pas s’attacher à l’étude du sens des termes, mais à celle des propriétés du sens, et puisque le sens précède le langage, la linguistique devrait rattacher le langage au sens et non le sens au langage.