Leçons de niveau perfectionnement

Milieu de partie au jeu d'échecs/Généralités

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Généralités
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Milieu de partie au jeu d'échecs
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Colonnes ouvertes
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Milieu de partie au jeu d'échecs : Généralités
Milieu de partie au jeu d'échecs/Généralités
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


Nous allons voir dans ce premier chapitre quelques généralités sur le milieu de partie.

Définition du milieu de partie[modifier | modifier le wikicode]

Où commence le milieu de partie ? où finit le milieu de partie ?


Nous considérerons que le milieu de partie commence lorsque les fous et les cavaliers ont été développés, lorsque le roque a eu lieu et lorsque la reine est sortie ou sur le point de sortir. Les pièces sont en place et la partie proprement dite peut commencer. Il est à noter que l’on a parlé des cavaliers et des fous mais pas des tours. En effet, celles-ci sont généralement incapables de sortir et doivent se contenter de protéger les arrières des pions. C'est seulement lorsque quelques pions ont été échangés qu’elles pourront envisager de jouer un rôle au centre du jeu ou de menacer le camp adverse. Nous verrons cela dans le chapitre sur les colonnes ouvertes.


Nous considérerons que le milieu de partie finit dans deux situations : dans la première situation, le milieu de partie est fini lorsque suffisamment de pièces et de pion ont été échangés et qu’il n'y a plus grand-chose sur échiquier. Commence alors une fin de partie où chaque coup peut être décisif. Dans la deuxième situation, on peut dire aussi que le milieu de partie finit quand la stratégie de l'un des joueurs a porté ses fruits et que le gain pour l'un des joueurs n'est plus qu'une question de temps. À ce niveau-là, généralement les grands joueurs, qui ont théoriquement perdu, abandonnent pour abréger leur agonie. Les moins bons joueurs continueront dans l'espoir de voir leurs adversaires faire une bêtise qui leur permettra de se rattraper.


Que faire alors ?[modifier | modifier le wikicode]

C'est là tout l’objet de cette leçon. Au coup précis où est censé commencer le milieu de parti, le joueur chevronné prend le temps de réfléchir. Ce sera peut-être sur ce coup qu’il utilisera le maximum de son temps de réflexion. En effet, il doit être capable d'élaborer un plan, une stratégie. Il lui faut analyser la position en profondeur pour essayer de voir exactement tous les avantages potentiellement présents dans sa position et élaborer un plan pour en tirer parti au mieux. Tout au long des chapitres de cette leçon, nous essayerons de passer en revue les différents avantages qui peuvent se présenter dans un milieu de partie et pour chaque avantage, nous essayerons de discuter de la stratégie qu’il va falloir s'efforcer de mettre en place pour transformer ces avantages en gains décisifs.


Si le joueur ne voit aucun avantage particulier dans sa position, sa stratégie sera d'essayer de consolider en permanence sa position. Il doit essayer de lutter pour contrôler un maximum de diagonales avec les fous. Il doit essayer de mettre ses cavaliers sur des cases où ils peuvent contrôler un maximum de cases sans être chassés de leur position par les pions adverses. Le gros défaut des débutants est d'essayer de compter sur l'inattention de l'adversaire pour lui prendre une pièce par surprise. Le débutant essaye aussi d'attaquer l'adversaire en utilisant une seule pièce. Le bon joueur évitera ces deux attitudes. Tout d’abord, il supposera que son adversaire ne commet aucune erreur d'inattention et ira même, en partie amicale, jusqu'à lui permettre de reprendre son coup s'il se fait prendre une pièce par inattention. Quel intérêt y a-t-il à voir son adversaire perdre à cause d'une erreur d'inattention. Ce n’est pas nous qui avons gagné, c’est lui qui a perdu. Ensuite, le bon joueur n'attaque pas son adversaire avec une seule pièce. Une attaque se mène avec succès si un maximum de pièces y participe.