Leçons de niveau perfectionnement

Milieu de partie au jeu d'échecs/Bon ou mauvais fou

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Bon ou mauvais fou
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Milieu de partie au jeu d'échecs
Chap. préc. :Cases fortes
Chap. suiv. :Affaiblissement de l'aile roi
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Milieu de partie au jeu d'échecs : Bon ou mauvais fou
Milieu de partie au jeu d'échecs/Bon ou mauvais fou
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Nous allons étudier dans ce chapitre plus en détail la valeur combative d'un fou[1].

Définition de la notion de bon ou mauvais fou[modifier | modifier le wikicode]

Nous savons que la théorie accorde, en général, autant de valeur combative à un cavalier qu’à un fou, (soit trois points). Le cavalier et le fou ont chacun un handicap que l’on considère, en moyenne, comme équivalent. Le cavalier est une pièce à faible porté et il lui faut, souvent, plusieurs coups pour aller d'un point à un autre. Le fou ne peut atteindre que les cases de l'échiquier de même couleur que la couleur de celle où il se trouvait au départ. Si le handicap du cavalier est en général constant, il n'en va pas de même du handicap du fou. En effet, supposons qu'un fou soit sur les cases blanches. Si les cases blanches de l'échiquier sont plus encombrées par des pièces et des pions que les cases noires, on imagine facilement que le fou aurait plus de mal à se déplacer que si c’était l'inverse. En fait, ce qui est le plus gênant pour un fou, c’est que les pions de son propre camp soient sur des cases de couleurs identiques à celles qu’il occupe. On qualifiera donc de mauvais fou, un fou qui, dans ses déplacements, est gêné par les pions de son propre camp.

Par exemple, observons les deux positions suivantes :

Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
a8 b8 c8 d8 e8 f8 g8 h8
a7 b7 c7 d7 e7 f7 g7 h7
a6 b6 c6 d6 e6 f6 g6 h6
a5 b5 c5 d5 e5 f5 g5 h5
a4 b4 c4 d4 e4 f4 g4 h4
a3 b3 c3 d3 e3 f3 g3 h3
a2 b2 c2 d2 e2 f2 g2 h2
a1 b1 c1 d1 e1 f1 g1 h1
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
{{{67}}}
Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
a8 b8 c8 d8 e8 f8 g8 h8
a7 b7 c7 d7 e7 f7 g7 h7
a6 b6 c6 d6 e6 f6 g6 h6
a5 b5 c5 d5 e5 f5 g5 h5
a4 b4 c4 d4 e4 f4 g4 h4
a3 b3 c3 d3 e3 f3 g3 h3
a2 b2 c2 d2 e2 f2 g2 h2
a1 b1 c1 d1 e1 f1 g1 h1
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
{{{67}}}

Dans la position 1, le fou en d7 peut être qualifié de mauvais, car sa marche est totalement obstruée par la position des pions noirs. Mais en plus, on constate que les noirs ne peuvent pas remédier facilement à la situation. Le pion noir, en f5, ne peut pas avancer, car il est bloqué par le pion blanc en f4. Les pions noirs en d5 et c6 sont bloqués par le pion blanc en d4. Une échappatoire du fou noir en allant sur la case e8 puis sur la case h5 est compromise par la présence de la dame-blanche en d1 et du cavalier blanc en g3.


Dans la position 2, le fou blanc en d2 peut être qualifié de mauvais, car il est bloqué par le pion blanc en b4 qui pourra difficilement avancer, par le pion blanc en d4 et par les pions noirs en f4 et g5.


Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Dr Max Euwe : Les échecs, jugement et plan. Payot, Paris (ed.1966) chapitre 4.