Leçons de niveau 14

Malformations congénitales/Les agents tératogènes

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Début de la boite de navigation du chapitre
Les agents tératogènes
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Malformations congénitales
Chap. préc. : Programme génétique du développement embryonnaire
Chap. suiv. : Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Malformations congénitales : Les agents tératogènes
Malformations congénitales/Les agents tératogènes
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Tératologie[modifier | modifier le wikicode]

On oppose un agent tératogène à un agent mutagène (cause une mutation au niveau de la molécule d’ADN). Un agent tératogène ne cause pas de mutation au niveau de l’ADN, il modifie l’expression des gènes. Un agent tératogène va entrainer une mutation, il travaille surtout sur l’expression de l’ARNm et la synthèse de l’ARN.

Très fréquemment, un agent mutagène est tératogène. Mais un agent tératogène n’est pas forcément un mutagène.

  • Mendel : malformations congénitales d’origine génétique
  • Gregg : malformation congénitale d’origine environnementale
    (rubéole = malformations de l’œil et de l’oreille).
  • Fraser : certains agents pharmaceutiques (cortisone) peuvent causer des malformations. Une combinaison des causes environnementales et génétiques qui entrainent une mutation.
  • Lenz : thalidomide (médicament contre les vomissements), entrainant la phocomélie = tératologie expérimentale.

Les trois grands principes de la tératologie :

  • période de vulnérabilité : chaque organe a sa période de vulnérabilité. En général, la période de vulnérabilité précède de plusieurs jours le moment de formation de l’organe atteint (5e SD pour la thalidomide). Tout ce passe comme si des cellules sont prédestinées à la formation de l’organe. Avant l’implantation, il y a une résitance totale aux agents tératogènes. La période d’organogenèse est la plus vulnérable aux tératogènes. Au niveau de la période fœtale, la vulnérabilité est moindre mais pas nulle ! L’alcool cause encore des malformations après la période d’organogenèse.
  • prédisposition héréditaire aux effets des tératogènes : par notre constitution génétique, on va métaboliser le tératogène de façon différente, c’est la pharmacogénétique. La mère va également métaboliser le médicament, on aura plus ou moins de tératogènes qui traverseront l’organisme maternel. Chaque médicament a sa spécificité propre. Le problème que l’on a, en pratique, c’est que chaque médicament n’est pas pris de façon isolé. 1/5 des femmes prennent un médicament pendant la grossesse.

Il est également important de noter la différence de sensibilité entre les espèces.
Exemple du développement de la fente palatine et la formation du palais en fonction de la souche de souris et du médicament (ici, cortisone) : les gènes sont important en termes de réponse aux tératogènes: ces résultats signent la difficulté d’extrapoler les résultats de l’animal à l’homme.

  • prédisposition génétique à la malformation : le virus de la rubéole : entraine une triade de malformations : cataracte, surdité et canal artériel.

Le risque est de 90% dans les 12 premières semaines, mais il est beaucoup moindre à la fin de la 15-16e semaine, mais il n’est pas nul !

Exemple de tératogènes[modifier | modifier le wikicode]

  • L’alcool : touche 1/1000e des grossesses, entraine un retard de croissance, locomoteur, cardiaque (extrêmement complexe), la période critique concerne toute la grossesse.
  • Les radiations ionisantes :
  • La cocaïne : vasoconstriction des petits vaisseaux, les organes où cette vasoconstriction se fait n’est plus irrigué : effets délétères sur le développement du cerveau.
  • L'acide rétinoïque : dérivé de la vitamine A, chez les personne souffrant d’actée sévère, de l’oreille, du cœur et du cerveau.
  • Les antiépileptiques : risque d’hypoxye chez le fœtus, les médicaments utilisés sont source de malformation, tout comme l’épilepsie. Les personnes épileptiques ont une combinaison de 2 ou 3 antiépileptiques.

Certaines maladies maternelles sont causes de maladies fœtales :

  • Le diabète (cardiaque, tube neural)
  • La phénylcétonurie (retard mental, malformation cardiaques), défaut enzymatique dans le catabolisme de la phénylalanine, qui s’accumule dans le sang, elle est toxique pour le cerveau.
  • L'hyperthermie (malformation du tube neural et microphtalmie)
  • La tentative d’avortement