Littérature de jeunesse en anglais : Walter Crane, Cendrillon/La marraine

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche





White open book.svg

Elles se vêtirent luxueusement de soieries, de perles, de fleurs et de dentelles ;
Cendrillon, la pauvre, n'eut même pas un moment pour faire sa toilette.
Quand elles partirent au bal, bouffies d'arrogance et d'orgueil,
La pauvre Cendrillon se sentit toute triste, et s'assit pour pleurer.
Elle ne pleurait pas depuis plus d'un quart d'heure
Qu'une créature lumineuse et merveilleuse apparut à ses côtés ;
Elle lui jeta un regard de compassion et lui dit d'une voix apitoyée :
« Je suis la Fée ta Marraine, cesse donc de pleurer mon enfant :
Je sais que tu as du chagrin et que tes sœurs te martyrisent :
Va me chercher une citrouille, la plus grosse que tu puisses trouver. »
Elle partit chercher la citrouille et la Fée agita sa baguette
Et la changea en un carrosse somptueux, garni de coussins luxueux.

« Maintenant va chercher la souricière sur l'étagère – il y a six souris à l'intérieur ; »
Elle les changea en six coursiers caracolant, harnachés de pair.
« Maintenant va chercher la ratière », et à l'intérieur il y avait un énorme rat noir,
Qui se transforma en cocher avec des chausses de soie et un chapeau bicorne.
Six lézards qui se trouvaient par hasard à proximité, à portée de main,
Furent transformés en valets poudrés, formant une suite bien garnie de qualité.
– « Cendrillon, voici l'équipage qui va te conduire au bal. »
– « Pas dans cette tenue, s'écria-telle, je ne peux absolument pas y aller comme ça. »