Littérature de jeunesse en anglais : Pocahontas/John Smith

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche





White open book.svg

Très loin de là, en Angleterre, vivait un vaillant jeune homme nommé John Smith, qui rêvait de batailles et d'aventures. Il avait déjà participé aux guerres de France et de Flandre, malgré son jeune âge.

Et ces deux jeunes gens, la petite indienne sauvage et le jeune guerrier, qui vivaient à des kilomètres l'un de l'autre, allaient un jour se rencontrer et se lier d'amitié.

Revenu au pays, dans le comté de Lincoln, après plusieurs voyages dangereux, John rêvait encore de surmonter de glorieuses épreuves dans de nouveaux combats. Il se retira au calme dans les bois où il installa son campement et passa ses journées à lire des histoires de batailles et de chevaliers errants. Plein d'enthousiasme, il affrontait quotidiennement des ennemis imaginaires.

Mais un jour, il en eut assez de rêver et repartit parcourir le monde à la recherche de nouvelles aventures.

COMMENT LE CAPITAINE JOHN SMITH GAGNA DU GALON

Il décida de rejoindre l'armée française qui se battait contre les Turcs mais fut victime de compagnons de route malhonnêtes et eut à surmonter de nombreuses vicissitudes.

Il finit par atteindre le port de Marseille et embarqua avec un groupe de pèlerins. Hélas, ils furent pris dans une énorme tempête et les pèlerins, superstitieux, le rendirent responsable de cette catastrophe et le jetèrent par-dessus bord. Heureusement, il réussit à rejoindre à la nage une petite île où un navire breton vint à son secours.

John resta à bord plusieurs mois et prit part à un combat contre un bateau vénitien. Après la victoire, il reçut sa part du butin. Cette somme lui permit de traverser l'Italie et de se rendre en Styrie. Il entra au service de l'armée de l'empereur Rodolphe II et fut nommé capitaine de cavalerie. Il remplit ses fonctions très honorablement.

Pendant le siège de la ville de Régal, les Turcs mirent les assiégeants au défi de venir affronter leurs champions.

Le choix se porta sur le capitaine John Smith, le combat eut lieu sur un terrain au pied de la ville, le Turc fut battu et décapité. Le lendemain, un second champion turc releva le défi et fut également vaincu. Ce fut ensuite le tour d'un troisième qui, après un combat désespéré rencontra le même sort que les deux premiers.

Pour récompenser le capitaine de son courage et de ces victoires, le prince Sigismond (de Transylvanie) lui offrit un blason représentant trois têtes de Turcs. C'est ainsi qu'il entra dans l'histoire.

Mais par la suite, il lui arriva de nombreux malheurs, il fut blessé et emprisonné par les Turcs qui le réduisirent en esclavage. Il réussit toutefois à s'échapper et à rejoindre la Russie puis à regagner l'Angleterre une fois de plus.