Littérature de jeunesse en anglais : Leslie Brooke, L'oie aux plumes d'or/Les deux autres épreuves

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chapitre 7 : Les deux autres épreuves
bouton image vers le chapitre précédent La première épreuve





White open book.svg

Avant de lui donner sa fille en mariage, Simplet devait lui amener un homme capable de manger une montagne entière de pain.

Simplet n'hésita pas une seconde et repartit aussitôt vers le bois. Et là, toujours au même endroit, se tenait un homme, l'air désespéré, se serrant la ceinture, qui lui dit :

-- « J’ai mangé une pleine fournée de miches de pain mais à quoi cela sert-il à une homme aussi affamé que moi ? Je me sens vide et je dois me serrer la ceinture si je ne veux pas mourir de faim. »

Simplet fut enchanté de l'entendre et lui répondit :

-- « Debout, venez avec moi. Je vous donnerai assez à manger pour satisfaire votre faim. »

Il l'amena au roi qui, pendant ce temps avait ordonné que toute la farine du royaume lui soit apportée et avait fait cuire une immense montagne de pains.

L'homme des bois se mit à table et, à la fin de la journée, la montagne avait disparu.

Pour la troisième fois, Simplet réclama son épouse, et bien le roi essaya encore de l'évincer en lui demandant de construire un bateau capable de se déplacer sur terre et sur mer.

-- « Si vous êtes vraiment capable de conduire ce navire, » ajouta-t-il, « vous aurez ma fille pour épouse sur le champ. »

Simplet retourna dans les bois et retrouva le petit vieux tout gris à qui il avait donné son gâteau qui lui dit : « J’ai bu pour vous, j’ai mangé pour vous, je vais aussi vous donner ce navire, et tout ça parce que vous avez été généreux à mon égard. »

Alors il donna à Simplet un navire capable d'aller sur terre et sur mer, et quand le roi le vit, il comprit qu’il ne pouvait plus retenir sa fille.

Le mariage fut célébré et après la mort du roi, Simplet hérita du royaume et vécut heureux avec sa femme jusqu'à la fin des temps.