Leçons de niveau 2

Latin/Grammaire/Thème et version

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Thème et version
Icône de la faculté
Chapitre no 7
Leçon : Grammaire latine
Chap. préc. :Propositions
Chap. suiv. :Versification
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Grammaire en latin : Thème et version
Latin/Grammaire/Thème et version
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le thème et la version correspondent respectivement à la traduction du français vers le latin et du latin vers le français.

Le thème[modifier | modifier le wikicode]

Faire du thème correspond à traduire une phrase du français vers le latin.. Cette section va vous détailler la façon d’en faire.

  1. Choisissez une phrase que vous voulez traduire. Ici, on va prendre "La maîtresse de maison donne de l’argent aux jeunes filles." comme exemple
  2. Vous devez connaître les équivalent latins des mots que vous voulez traduire (pour maîtresse de maison, domina, pour l’argent pecunia et pour jeune fille puella) et la déclinaison à laquelle ils appartiennent (pour domina, la première déclinaison, de même pour les autres noms)
  3. Vous devez connaître la traduction des verbes que vous voulez traduire, savoir à quelle conjugaison ils appartiennent et comment ils se conjuguent (pour donner, l'équivalent latin est dare de la première conjugaison, voir la conjugaison des verbes latins pour plus d'informations)
  4. Vous devez connaître les cas en latin, les fonctions équivalentes en français et les terminaisons qui leur correspondent en fonction de la déclinaison des mots que vous voulez traduire (voir la présentation des cas et les chapitres précédents sur les déclinaisons)

Traduction[modifier | modifier le wikicode]

  1. Il faut trouver à quels cas et nombres appartiennent les mots de la phrase:"La maîtresse de maison (nominatif singulier) donne (verbe) de l’argent (accusatif singulier) aux jeunes filles (datif pluriel)."
  2. Puis, utilisez les équivalents latins des mots aux cas appropriés : "Domina pecuniam puellis dat."

Dat : c’est la troisième personne du singulier du verbe DARE (verbe de la première conjugaison latine) et pecuniam a pour nominatif "pecunia, ae ": cette terminaison faisant état du génitif pecuniae. Puellis : c’est le datif pluriel de PUELLA (nominatif singulier).

La version[modifier | modifier le wikicode]

La version suit la dynamique contraire : il s'agit de traduire du latin au français. Comme dans toutes les autres langues, l'enjeu est de proposer une traduction lisible, élégante, idiomatique en français, tout en s'éloignant le moins possible de la phrase latine.

Toute version requiert une analyse préalable, il faut bien comprendre la structure de la phrase latine afin de ne pas commettre de contre-sens. La méthode de la version latine est traditionnellement la suivante, à l'échelle d'une phrase : tout d’abord, il s'agit de trouver le verbe conjugué (bien souvent à la fin) et de l'analyser (voix, mode, temps, personne). Ensuite, à partir de ce verbe, noyau de la phrase, il faut construire le reste ; on peut, par exemple, si le sujet n’est pas contenu dans le verbe (i.e sous-entendu de quelque manière que ce soit) remonter au nominatif latin (sujet du verbe). Dès lors, il convient d'analyser les autres mots (compléments, mots invariables) pour construire la phrase entière.

Cependant, à l'échelle d'un texte, quasi toujours jalonné de phrases complexes, il faut une analyse plus globale et, de surcroît, plus rigoureuse. L'idéal serait presque de passer par une analyse logique du texte (i.e. découpage en propositions), mais, même sans s'adonner systématiquement à ce travail (il faut le faire selon les nécessités, la difficulté de la page etc.), il faut par contre repérer les mots subordonnants pour bien comprendre comment les différentes propositions qui constituent le texte fonctionnent entre elles, ceci va de soi, c’est d'autant plus indispensable que l'imbrication des propositions est plus fréquente en latin qu'en français et, évidemment, moins facile à discerner.