Leçons de niveau 13

La matière et l'esprit/Réalité de l'esprit

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Réalité de l'esprit
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : La matière et l'esprit
Chap. préc. :Matière et matérialisme
Chap. suiv. :Lien entre matière, esprit et vivant
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « La matière et l'esprit : Réalité de l'esprit
La matière et l'esprit/Réalité de l'esprit
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La seule expérience de l'esprit que l’on puisse faire est celle de son propre esprit. En quoi cette conscience est-elle spirituelle ? Lorsqu'Aristote l'analyse, il nomme l'intelligence, la raison, la capacité d'abstraction. Il semblerait bien que ce soit le propre de l'humain d'extraire des formes universelles à partir de perceptions sensibles et singulières. Nos concepts sont universels, ils s'appliquent à toute une catégorie d'objet singulier, parce qu’ils sont abstraits, ni singuliers ni sensibles. Si nos idées étaient matérielles, elles seraient singulières et sensibles. Si un concept unique se retrouve à l'identique dans une catégorie d'objet singulier, il est nécessaire qu’il ne soit pas singulier. Comment un être matériel comme l'être humain peut-il saisir ce qui ne l'est pas ? L'humain n’est pas qu'un être matériel.

Pour Descartes, l'essence de la conscience, c’est la pensée, la conscience doit toujours penser. Comment expliquer les intermittences (pertes de connaissance ou simplement le sommeil) dans la pensée ? Pour Descartes, cela met en évidence le « double pouvoir de la mémoire » (dont ils parle dans ses correspondances). Pour qu’il y est souvenir, il faut d’abord qu'une sensation laisse une trace dans notre cerveau. Cette mémoire appelée « mémoire du corps » est donc l'impression matérielle, que Descartes compare au pli d'une feuille. Mais ce pli ne donne pas lieu à un souvenir, mais seulement à une réminiscence : quand une sensation présente ressemble à celle déjà "pliée" dans notre cerveau, elle la réanime et toutes les pensées qui lui étaient associées. Deux faits le montrent : l'impression de déjà-vu et la résurgence des passions anciennes, comme l'amour de Descartes pour la petite fille louche. Mais cette mémoire-trace mécanique, ne suffit pas à expliquer la réalité du souvenir.

Dans la matière de notre cerveau, le passé ne peut exister que sous la forme de trace ou en tant que réalité présente. Cette mémoire mécanique du corps, la réminiscence, ne permet pas le souvenir car elle n’est pas la reconnaissance du passé. L'impression devient signe du passé, comme le mot est signe d'un sens. Le corps retient le passé mais ne le reconnait pas, avec le corps seules sont des réalités présentes. En plus d'une mémoire du corps, il existe une mémoire intellectuelle dont la fonction est d'interpréter les traces laissées par le passé; la reconnaissance du passé dans le présent suppose l’existence d'un esprit dans la matière, c'est-à-dire une faculté capable de se détacher du présent en se détachant de la matière.