Leçons de niveau 13

La matière et l'esprit/Lien entre matière, esprit et vivant

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Lien entre matière, esprit et vivant
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : La matière et l'esprit
Chap. préc. :Réalité de l'esprit
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « La matière et l'esprit : Lien entre matière, esprit et vivant
La matière et l'esprit/Lien entre matière, esprit et vivant
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Darwin s'est interrogé sur la situation de l'humanité et des civilisations dans La Filiation de l'homme. Au préalable, on doit parler du darwinisme social, une idéologie, donc différente d'une théorie, due à Herbert Spencer, un philosophe anglais. Il étend le concept de sélection naturelle au phénomènes sociaux humains; il va ainsi légitimer l’existence d'une société où doit régner une concurrence généralisée avec élimination progressive des moins aptes, des plus faibles.

On continue aujourd’hui d'attribuer cette idéologie à Darwin, alors qu’il semble penser tout le contraire : pour lui, la sélection naturelle, ne s'applique pas dans les sociétés humaines. La sélection naturelle est à l'origine de l'évolution biologique des espèces, et l'humain y est soumis. Cependant, il précise que la civilisation est le prolongement de l'évolution et dans ce nouveau milieu, qui n’est pas naturel, la sélection prend une nouvelle forme car il y a non seulement sélection en faisant le tri entre des fonctions organiques, mais aussi entre des instincts, et chez l'humain, l'instinct social a été conservé. Cette tendance à la solidarité, à l'entraide, a conduit les humains à institutionnaliser ces instincts sous la forme de la morale, du droit... Permettant ainsi la protection des plus faibles, ce qui va donc se retourner contre le phénomène de sélection naturelle (= l'élimination des plus faibles). C'est ce que Patrick Tort a appelé l'effet réversible de la sélection : « la sélection naturelle sélectionne la civilisation, qui s'oppose à la sélection naturelle ».

Il ne s'agit pas d'étendre stupidement le pouvoir de la sélection naturelle comme le suppose le darwinisme social. Mais il ne s'agit pas non plus d'opposer la sélection et la civilisation qui aurait ses propres lois. La conscience morale n’est pas une création pure de l'esprit humain, et cela ne renvoie à rien de transcendant, c’est le prolongement d'instincts sélectionnés. La morale est donc un processus naturel.

La sélection comme élimination n'étant plus un avantage à l'étape de la civilisation, il y a sélection de la sélection comme élimination. Dans les sociétés humaines, tout ce qui sert à la cohésion sociale est beaucoup plus profitable de qui relève de l'élimination, la solidarité est l'avantage. On comprend que l'évolution du vivant se poursuit et triomphe en éloignant l'humain de l'animal, en inventant la civilisation. L'apparition de l'esprit (la conscience morale) se serait faite par un retournement de l'évolution contre elle-même. L'esprit n'aurait pas d'origine surnaturelle mais naturelle et matérielle. La conscience morale renvoie à l'instinct, qui est une organisation de la matière.

Darwin met donc en évidence un moyen de penser matière, vie et esprit.