Aller au contenu

L'Europe des Lumières : circulation des idées, despotisme éclairé et contestation de l'absolutisme/La diffusion des idées des Lumières

Leçons de niveau 9
Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Début de la boite de navigation du chapitre
fin de la boite de navigation du chapitre
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « L'Europe des Lumières : circulation des idées, despotisme éclairé et contestation de l'absolutisme : La diffusion des idées des Lumières
L'Europe des Lumières : circulation des idées, despotisme éclairé et contestation de l'absolutisme/La diffusion des idées des Lumières
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Des philosophes qui voyagent[modifier | modifier le wikicode]

Trace écrite[modifier | modifier le wikicode]

Les philosophes débattent entre eux au sein de salons comme celui de Madame Geoffrin. Ils déploient une intense correspondance à travers toute l'Europe. Les académies, comme l'Académie royale des sciences réorganisée en 1699 se multiplient aussi.

Les idées se diffusent également par le biais des cafés, nouveaux lieux de sociabilité et des cabinets de lecture et autres bibliothèques.

Ces lieux contribuent à la formation d'une opinion publique.

L'Encyclopédie[modifier | modifier le wikicode]

Étude de la biographie d'un philosophe des Lumières[modifier | modifier le wikicode]

Denis Diderot, né en 1713 dans une famille d'artisans aisés, est destiné par sa famille à une carrière ecclésiastique. Après des études chez les jésuites (ordre religieux), il est bachelier de l'Université de Paris en 1728.

Après une dizaine d'années à exercer différents métiers pour vivre, il se lie d'amitié avec Jean-Jacques Rousseau puis est engagé par un libraire. En 1747, avec le mathématicien et physicien d'Alembert, il codirige la publication de l'Encyclopédie, ce qui l'occupera près de 20 ans.

En 1749, Diderot est emprisonné à Vincennes pour un essai philosophique (ouvrage de réflexions) exposant son athéisme (doctrine de celui qui ne croit en aucun dieu). En 1751, le premier volume de l'Encyclopédie est publié. 6 autres volumes suivent. Mais en 1759, cette œuvre étant jugée subversive, le roi interdit son impression et en ordonné la destruction par le feu. Le pape met l'œuvre à l'index (liste de ouvrages interdits par l'Église catholique). Les manuscrits conservés par Diderot sont cachés par son ami, le philosophe Malesherbes. Diderot écrit des pièces de théâtre, des romans et des essais tout en poursuivant secrètement la publication de l'Encyclopédie dont les 10 derniers volumes sont imprimés en 1765. En 1773-1774, Diderot voyage en Russie à l'invitation de la tsarine Catherine II, admiratrice des philosophes.

Il meurt à Paris en 1784.

Questions

Au cours de quel siècle Diderot a-t-il vécu et quel type d'études a-t-il suivi ?

Diderot a vécu au XVIIIème siècle et il a suivi des études chez les jésuites.

Relevez dans le texte le nom de ses amis savants et philosophes.

"Jean-Jacques Rousseau", "d'Alembert", "Malesherbes".

Quelle est son œuvre principale ? En quelle année paraît le premier volume ?

Il s'agit de l'Encyclopédie, dont le premier volume paraît en 1751.

Relevez dans le texte les passages montrant que les idées de Diderot lui valent l'hostilité des pouvoirs politique et religieux.

"essai philosophique exposant son athéisme", "l'Encyclopédie", "cette œuvre étant jugée subversive", "le roi interdit son impression", "ordonne la destruction par le feu", "le pape met l'œuvre à l'index".

De quel terme peut-on qualifier l'attitude de Catherine II à l'égard de Diderot ?

On peut la qualifier de "mécénat".

Relevez dans le texte les différents types d'œuvre écrites par Diderot.

"L'Encyclopédie", "essai philosophique", "pièces de théâtre", "romans", "essais", "10 derniers volumes".

Trace écrite[modifier | modifier le wikicode]

L'Encyclopédie (1751-1772) est la plus importante entreprise de publication réalisée au XVIIIème siècle. La réalisation de l'ouvrage est dirigée par le philosophe Denis Diderot et le mathématicien d'Alembert. Elle remporte un certain succès auprès des classes cultivées. Mais, les idées développées sont jugées subversives et le roi Louis XV censure l'ouvrage. La publication se poursuit clandestinement.

Révolutionnaire, l'Encyclopédie entend rassembler l'ensemble des connaissances disponibles pour les mettre à la portée de tous.