Leçons de niveau 14

Invasions barbares/La romanisation des germains

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
La romanisation des germains
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Invasions barbares
Retour auSommaire
Chap. suiv. :La chute de l'empire d'Occident
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Invasions barbares : La romanisation des germains
Invasions barbares/La romanisation des germains
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Il est très difficile de retracer exactement l'ampleur et la géographie des grandes migrations au bas-empire romain, tant les sources sont peu nombreuses et les informations confuses.

Des migrations très anciennes[modifier | modifier le wikicode]

Les germains et les autres peuples dits "barbares", du latin barbaricum (ceux qui n'obéissent pas à Rome), n'ont pas envahi l'empire romain du jour au lendemain. Les migrations des peuples situés sur la rive droite du Rhin a commencée vers 375, dans la paix et les accords commerciaux: les romains pactisaient avec les barbares, leur accordant leur protection en échange de soldats (les foederati), dans des traités appelé foedus. Les soldats germains, ayant prit le mode de vie des romains, défendront les frontières (le limes) ou serviront dans l'armée impériale comme mercenaires.

Pourtant, certaines migrations se font dans la violence. Les empereurs Dioclétien et Constantin 1er, voyant certains clans prendre de la place en Europe centrale, et malgré de nombreuses guerres contre la Perse, réussissent à réformer leurs troupes pour une efficacité optimale. En 357, la bataille de Strasbourg voit la confédérations des Alamans (barbares venus de la région de l'Autriche) combattre l'armée romaine de le prince Julien II l'apostat. Et malgré des difficultés nombreuses, Rome réussit à l'emporter contre ses ennemis, bien que ce ne soit que temporaire.