Leçons de niveau 14

Invasions barbares/La chute de l'empire d'Occident

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
La chute de l'empire d'Occident
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Invasions barbares
Chap. préc. :La romanisation des germains
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Invasions barbares : La chute de l'empire d'Occident
Invasions barbares/La chute de l'empire d'Occident
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Des royaumes sur les ruines de Rome[modifier | modifier le wikicode]

À partir du IVe siècle cependant, l'empire romain d'Occident n'est plus assez fort pour résister aux poussées des nombreux peuples barbares qui voudraient s'installer en Europe de l'Ouest. Même si la plupart des cités sont fortifiées, l'armée romaine fortement réduite est occupée un peu partout (Perse, Dacie...), et ne peut plus défendre un seul point. Les empereurs sont de plus en plus jeunes, incapables de régner, et se font assassiner assez régulièrement. L'armée romaine est très chère, et finit par tomber en ruine: pour palier au manque de soldats, les gouvernements successifs enrôlent encore plus de foederati, mais s'affaiblissent en leur accordant des privilèges exorbitants.

Les Germains sont une multitude de peuplades bien distinctes, dont quelques-uns plus importants que d'autres:

  • Les Goths, formés des Wisigoths et des Ostrogoths (résident respectivement à l'ouest et à l'est de l'Ukraine).
  • Les Francs, basés en Belgique actuelle.
  • Les Vandales, basés en Pologne actuelle.

La bataille d'Andrinople en 378 est une défaite absolument totale: les Goths du duc Fritigern (barbares de la région actuelle de l'Ukraine) réussissent à tuer l'empereur Valens et à détruire les maigres forces romaines. L'empereur suivant, Théodose, est décidé à rétablir l'autorité romaine à n'importe quel prix. Il fait alliance avec l'ennemi de Fritigern, le duc Athanaric, pour vaincre les troupes gothes ennemies. En 382, il signe un traité de paix avec Fritigern, qui autorise les Goths à rester dans l'empire romain en tant qu'alliés militaires. Ce traité sera renforcé en 391, après la révolte du mystérieux duc Alaric.

En 406, lorsque le Rhin gèle, les Germains restés sur leurs terres décident de passer sur la glace par milliers, déferlant avec femmes et enfants en Gaule romaine. Ces tribus germaniques, nombreuses et très bien organisées, décident alors de coloniser durablement les territoires des Gaules, ce qui met l'empire en grande difficulté. Les barbares importent leur culture et leurs ressources, tandis que Rome apportent la chrétienté et les acquis d'une civilisation millénaire. Malheureusement, alors que la paix semblait conclue, le duc Alaric se soulève une nouvelle fois et pénètre plusieurs fois en Italie, retenu par le brillant général Stilicon. Lorsque ce dernier meurt, en 408, plus rien ne peut arrêter ce roi Wisigoth, qui rompt son serment d'allégeance suite à une grave provocation romaine et pille Rome en 410. L'empereur, Honorius, a toutefois déplacé sa capitale à Ravenne, laissant la cité impériale complètement démunie et bientôt brûlée.

Vers 450, ce qui aggrave encore la situation est l'invasion de l'empire par les Huns: aux prises avec eux, l'empire d'Orient aux abois ne peut plus aider l'empire d'Occident. Le général Ætius, connaissant bien la civilisation des Huns, se charge de les combattre avec les fédérés germains qui le souhaitent. Les Huns sont dirigés par le fameux souverain Attila, qui connait également très bien la civilisation romaine. La grande bataille se déroule en 451, aux champs Catalauniques. Attila, ayant la réputation d'être invincible, est pourtant battu par la coalition Romano-Barbare. Il meurt peu après et l'alliance se dissout, tandis que le général Ætius s'empare de la Gaule pour lui même.

À la fin du Ve siècle, vers 470, l'empire d'Occident vit une agonie lente et désastreuse, marquée par une grande violence (rejet des populations barbares par les Romains, choc des cultures...) et une situation économique affreuse. En 476, les Hérules (un peuple d'Italie du nord) gouvernés par le roi Odoacre s'emparent de Rome et exilent le jeune empereur Romulus Augustule, qui n'était qu'une marionnette dans les mains de son gouvernement. Odoacre devient roi d'Italie: c'est la fin définitive de l'empire romain d'Occident. Malgré cela, les institutions romaines continuent d'exister pour plusieurs décennies, et l'empire d'Orient ne tombera aux mains des Turcs qu'en 1453.

Les royaumes qui naîtront de cette chute sont nombreux, et loin d'êtres fixes: Les Wisigoths, installés en Aquitaine et en Espagne, se feront exterminer par les Arabes en 711. Les Vandales, réfugiés en Afrique du Nord, seront vaincus par les byzantins vers 533, et leur peuple se mêlera à la population locale sans faire de vagues. Les Francs, eux, fonderont un royaume dans le nord de la France qui mènera à la création de cette dernière en 486.